menu

Nanovia développe une gamme de filaments certifiés virucides pour l’impression 3D

Publié le 4 décembre 2020 par Mélanie R.
nanovia

Le fabricant de filaments breton Nanovia présente sa nouvelle gamme de thermoplastiques pour l’impression 3D. Leur particularité ? Ils sont certifiés virucides selon la norme ISO 21702 sur le virus humain H1N1 dont la structure est similaire à celle de la COVID-19. Ces matériaux pourraient ainsi permettre de concevoir des pièces qui subissent un contact quotidien comme les poignées de porte, de fenêtre, les boutons d’ascenseur, de sonnette, etc. mais aussi pour des dispositifs médicaux qui sont en permanence confrontés à la propagation de virus. Pour l’instant, un brevet a été déposé pour la formulation développée par Nanovia. 

La fabrication additive a montré par bien des égards tout son potentiel pendant la crise du COVID-19. Elle a permis de restructurer des chaînes d’approvisionnement brisées en misant sur une production rapide et locale, détournant parfois l’utilité première de certains objets – on pense ici aux fameux masques de plongée de Decathlon transformés en respirateurs. Certains acteurs du secteur sont même allés plus loin afin de lutter contre la propagation du virus en développant des formulations spécifiques pour de nouveaux matériaux, l’objectif étant de proposer des plastiques capables de tuer les bactéries qui viennent s’y poser. Par exemple, le fabricant australien SPEE3D a testé un moyen rapide et efficace d’imprimer en 3D du cuivre antimicrobien sur des surfaces métalliques. Mais finalement, pas besoin d’aller jusqu’en Australie pour trouver des solutions innovantes : sur les Côtes d’Armor, Nanovia fait également ses preuves.

Nanovia fabrique des filaments d’impression 3D depuis 2015 (crédits photo : Nanovia)

Avec le soutien de la Région Bretagne et de Compositic, le fabricant breton a développé NANOVIA VX, une formulation qui permettrait d’éliminer 98,9% des virus en deux heures et 99,9% en quatre heures après contact. L’entreprise espère ainsi ralentir la propagation du virus sans devoir nettoyer toutes les surfaces touchées dans la minute. Les tests laboratoire seraient très positifs, soulignant le potentiel des technologies d’impression 3D. La gamme de filaments comprend aujourd’hui plusieurs solutions pour répondre à tous les besoins

Nanonvia a effet développé un PLA VX pour concevoir rapidement et facilement des objets du quotidien qui auront tendance à être souvent touchés par plusieurs personnes différentes. Rappelons que le PLA reste l’un des thermoplastiques les plus faciles à imprimer à ce jour. L’entreprise lance également un Flex VX, matériau plus flexible pour concevoir des revêtements souples, et un PEI VX, un filament plus technique pour les professionnels du secteur médical. Ce thermoplastique présente notamment une meilleure résistance aux températures élevées.

L’élimination du virus H1N1 par le filament Nanovia PLA VX (crédits photo : Nanovia)

La gamme VX serait également sous forme de granulés plastiques pour le secteur de l’injection. On ne sait pas encore quel est le prix d’une telle bobine ni quand elle sera disponible à la vente mais nous ne manquerons pas de vous informer ! En attendant, vous pouvez vous inscrire à la newsletter de Nanovia pour ne rien rater !

Que pensez-vous de ce filament virucide ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you