menu

Nanoe confirme sa volonté d’ouvrir le marché de l’impression 3D céramique et métallique

Publié le 1 décembre 2021 par Mélanie W.
nanoe impression 3D ceramique

Le fabricant français de filaments Nanoe annonce l’ouverture d’une nouvelle usine pour juin 2022, dédiée à la production de ses matériaux pour la fabrication additive. Commercialisés sous sa marque Zetamix, ces derniers ont pour objectif de démocratiser l’impression 3D céramique et métallique via des procédés d’extrusion. Grâce à une étape de fabrication en 3 étapes – impression, déliantage et frittage, les industriels sont en mesure de concevoir plus facilement et rapidement des pièces aux propriétés thermiques, mécaniques et chimiques intéressantes pour des applications très différentes. En misant sur un site de production plus grand – 1 000 mètres carrés – l’entreprise française espère ouvrir davantage le marché de la céramique et du métal et proposer une solution clé-en-main pour un procédé assez peu maîtrisé actuellement. Elle en profite également pour annoncer le développement de nouveaux matériaux dont un deuxième filament zircone ne nécessitant aucun déliantage chimique, et un matériau à base de carbure de silicium.

Depuis le lancement de Zetamix en 2018, Nanoe s’efforce de démocratiser la fabrication additive céramique et métallique grâce à des solutions matériaux compatibles avec la majorité des imprimantes FDM/FFF du marché. Il faut dire aussi que ce n’est pas un des procédés les plus simples, impliquant des étapes de déliantage et de frittage et donc d’investir dans des machines capables de réaliser ces travaux de post-traitement. Or, la céramique est une matière aux propriétés extrêmement intéressantes notamment sa grande résistance à l’usure, à la chaleur, son inertie chimique, sa faible porosité ou encore sa permittivité élevée.

Les matériaux Zetamix sont compatibles avec la majorité des imprimantes 3D FDM/FFF (crédits photo : Nanoe)

Aujourd’hui, une centaine de machines utilisent les filaments de la marque, avec un réseau d’experts et de revendeurs qui s’est agrandi dans le monde entier. L’entreprise française travaille actuellement avec un écosystème solide et international ce qui, selon Guillaume de Calan, co-fondateur de Nanoe, est essentiel si l’on souhaite rendre cette technologie disruptive. Il nous a confié : « Nous travaillons avec des fabricants de machines mais surtout des utilisateurs finaux. Ce sont eux qui nous permettent de comprendre les applications de demain et comment nos filaments peuvent être employés au quotidien. Grâce à nos partenaires, nous explorons des domaines d’application auxquels nous n’avions tout simplement jamais pensé. Cette approche est capitale car elle nous permet de découvrir comment on peut impacter l’industrie au sens large grâce à la fabrication additive. »

Nanoe et ses ambitions sur le marché de l’impression 3D céramique

Pour accompagner et soutenir sa croissance, Nanoe va ouvrir une nouvelle usine de production de 1 000 m2, ouverture prévue pour juin 2022. Celle-ci devrait inclure une toute nouvelle ligne de production mais aussi une ferme d’imprimantes 3D et un centre de démonstration. Un projet ambitieux qui représente 2 millions d’euros d’investissement. Nanoe affirme que son objectif est de doubler sa production dans les prochaines années tout en restant à l’écoute de ses clients. Rappelons que le fabricant propose aujourd’hui de la zircone, de l’alumine, de l’acier inoxydable 316 L et de l’acier H13.

Pièce imprimée en 3D en céramique (crédits photo : Nanoe)

Une gamme qui devrait être complétée par quelques nouveautés en 2022. Nanoe annonce en effet le développement d’un filament à base de carbure de silicium, un matériau peu répandu sur le marché de l’impression 3D car il est difficile à densifier si on veut une matière pure. Ce lancement devrait répondre à des besoins exigeants dans l’optique, l’espace ou encore la balistique. Le fabricant va également présenter un nouveau filament zircone qui ne nécessitera pas de déliantage chimique. Le processus de fabrication comportera deux étapes seulement : l’impression et le traitement thermique, permettant à n’importe quel utilisateur de créer des pièces finies plus rapidement. Selon Nanoe, ce nouveau filament est résistant à l’usure et l’abrasion et peut supporter des températures allant jusqu’à 600°C. Enfin côté métal, le fabricant français est assez clair : aucun lancement n’est pour l’instant prévu car la majorité des utilisateurs de leurs matériaux métalliques l’emploient pour concevoir de l’outillage ; or, l’acier proposé répond largement à leurs besoins.

Guillaume de Calan conclut : « Nous espérons que ces nouveautés contribueront à une adoption plus large de la fabrication additive céramique et métallique que ce soit dans le secteur de l’énergie, des télécommunications ou encore dans les laboratoires de recherche. Nous avons volontairement développé un système ouvert pour que la technologie soit intégrée sur toutes les lignes de production de demain. » En attendant l’ouverture de cette usine et le lancement des nouveaux matériaux, rendez-vous sur le site de Nanoe pour en savoir plus.

Que pensez-vous de Nanoe et de l’impression 3D céramique ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks