menu

Mobbot, la startup de l’impression 3D béton remporte le prix Isabelle Musy

Publié le 4 mai 2018 par Mélanie R.
mobbot

En 2014, le prix Isabelle Musy a été créé afin de récompenser le travail des femmes dans le domaine de la science et de la technologie. Cette année, c’est la fondatrice d’une startup spécialisée dans l’impression 3D béton qui l’a remporté : Agnès Petit est la gagnante du prix pour son entreprise Mobbot. Une belle victoire quand on sait que les femmes ne sont pas les plus représentées dans le domaine de la fabrication additive.

Mobbot – une abbréviation pour “robot mobile” – est une startup qui a développé des solutions d’impression 3D béton, fondée par Agnès Petit. Elle est diplômée de l’ETH Zurich en cosmochimie, puis a commencé à travailler pour le producteur de béton Holcim. Après cela, elle a rejoint Creabeton, un fabricant de structures en béton, expérience pendant laquelle elle a eu l’idée de créer sa propre entreprise.

mobbot

Agnès Petit, fondatrice de Mobbot

Ériger des structures en béton sans coffrage est un avantage considérable pour des travaux de construction, avec des délais de réalisation réduits, une plus grande liberté de conception et une pénibilité du travail moindre. La startup suisse aiderait donc les entreprises à fabriquer des structures en béton le plus efficacement possible grâce à une technologie qui s’appuie sur la relation entre la rhéologie du béton, c’est-à-dire sa viscosité, et la tête d’extrusion du robot.

Aujourd’hui, Mobbot permettrait de scanner en 3D l’excavation directement sur le chantier afin d’utiliser par la suite ces images pour interpréter une forme. A partir de cette forme, la startup pourrait générer une trajectoire le long de laquelle le robot viendrait extruder le mélange de ciment, sable, eau et adjuvants. Agnès Petit ajoute : « Typiquement, un architecte va réaliser des plans sur papier et les confier à une entreprise de construction qui, à son tour, fait des diagrammes en 2D des formes en bois nécessaires pour couler le béton, ce qui nécessite beaucoup de temps et de ressources. Mon idée était d’éliminer toutes ces étapes et de déposer le béton directement, sans avoir à créer de diagrammes ou de formes. En plus, celles-ci sont généralement trop rigides et ne peuvent pas être utilisées pour faire des structures personnalisées rapidement et à moindre coût. Elles nécessitent beaucoup de matières premières et génèrent des quantités importantes de déchets.”

mobbot

Le bras robotisé utilisé par Mobbot

Le bras robotisé utilisé par Mobbot serait aujourd’hui capable de prendre en compte tous les obstacles présents sur le chantier, permettant alors de retrouver les dimensions exactes. La startup a déposé un brevet pour cette technologie, et sa fondatrice attend qu’il soit approuvé avant d’en dévoiler plus. Un de ses objectifs est de développer un robot mobile plus petit que la pièce créée.

Le prix Isabelle Musy sera remis à Agnès Petit par l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne et devrait lui offrir la somme de 50 000 francs suisses, soit plus de 41 000 euros. Retrouvez plus d’informations sur le site officiel de la startup suisse.

Que pensez-vous de la cette entreprise spécialisée dans l’impression 3D béton? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you