menu

Le simulateur de vol Microsoft Flight Simulator plus réaliste grâce à la numérisation 3D

Publié le 26 octobre 2020 par Mélanie R.
Microsoft Flight Simulator

Microsoft Flight Simulator est l’un des jeux de simulation de vol les plus célèbres dans le monde avec plus d’un million de joueurs et 26 millions de vols réalisés. La toute dernière version est sortie il y a quelques mois et, afin de rendre cette expérience la plus réaliste possible, le créateur du jeu vidéo, Asobo Studio, a eu recours aux technologies de numérisation 3D d’Artec 3D. Grâce au scanner Artec Leo, il a pu reproduire des cockpits plus vrais que nature. Le résultat est assez bluffant : le joueur est plongé dans son vol, pilote son avion selon les conditions de son choix et vit une expérience inoubliable, même sur un ordinateur.

Si différentes techniques de modélisation 3D sont aujourd’hui disponibles, scanner directement un objet existant reste la méthode la plus rapide et parfois la plus facile. Les données numérisées forment en effet un modèle 3D que l’utilisateur peut modifier et retoucher – il peut aussi l’imprimer en 3D dans certains cas. Les scanners 3D offrent ainsi un moyen efficace de recréer un objet, parfois même un monument ou un vestige de l’Histoire. Beaucoup de musées par exemple ont recours à la numérisation 3D pour reconstituer des oeuvres d’art, des sculptures, etc. Dans notre cas, Asobo Studio a adopté cette méthode pour être le plus réaliste possible, un point essentiel dans un simulateur de vol. 

Microsoft Flight Simulator est l’un des simulateurs les plus célèbres du marché

Des gains de temps et un réalisme accru grâce à la numérisation 3D

La plupart des joueurs de Microsoft Flight Simulator sont des experts, des pilotes pour qui le vol n’a pas de secret. Le jeu se doit donc d’être parfait en termes de détails et de graphisme et doit être fidèle à cet environnement précis. Les équipes d’Asobo Studio se sont donc rendus sur différents tarmacs avec leur scanner 3D Artec Leo, une solution portable pratique à prendre en main. Sur quelques semaines, ils ont ainsi numérisé différents avions en 3D, du biplace de voltige au gros porteur, en ne laissant rien au hasard. Par exemple, ils ont scanné divers fuselages, des trains d’atterrissage et bien évidemment tous les éléments d’un cockpit. Une étape pas toujours facile selon Nicolas Favre, Vehicle artist chez Asobo Studio : “Lors des opérations de numérisation, la seule difficulté était de réussir à trouver le recul nécessaire pour pouvoir scanner l’ensemble du tableau de bord, dans le cockpit, une petite pièce exiguë. Sans le scan 3D il aurait été difficile et beaucoup plus long de restituer un tel niveau de précision, notamment au niveau des multiples boutons présents dans un cockpit.” Rappelons que le scanner Artec Leo est doté d’un écran tactile qui permet de voir son scan en temps réel.

Selon la taille de l’avion, ce processus de numérisation est plus ou moins long mais le plus souvent, les équipes ont mis une demi-journée voire une journée entière sur les plus gros modèles. En ce qui concerne le cockpit, il faut compter une heure à peine. Une fois cette étape de numérisation terminée, les scans sont traités sur le logiciel Artec Studio : celui-ci vient réduire la densité des détails et optimiser les modèles d’avions afin que l’utilisateur puisse produire, éditer et traiter les données 3D. Les équipes affirment que chaque avion scanné a nécessité une journée de process informatique. Les délais sont donc raccourcis par rapport à des méthodes de modélisation plus classiques, tout en augmentant le réalisme du rendu final.

Les équipes ont utilisé le scanner Artec Leo

Gabriel Turot, Vehicle artist chez Asobo studio, conclut : “Le scan 3D a engendré un gain de temps non négligeable et nous a permis d’éviter certaines étapes de vérification de la part des différents constructeurs d’avion qui devaient donner leur accord et valider notre travail. Les technologies de scan 3D nous ont permis de passer directement à l’étape de la modélisation, tout en gagnant en crédibilité et en confiance avec les constructeurs qui constatent la fidélité des avions et des cockpits utilisés dans notre jeu vidéo.” Une chose est sûre, il nous tarde de tester le Microsoft Flight Simulator ! Vous pouvez d’ailleurs retrouver davantage d’informations sur la technologie de numérisation 3D utilisée ICI.

Que pensez-vous de l’utilisation du scan 3D dans Microsoft Flight Simulation ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you