menu

#Startup3D : Marklix imprime en 3D vos pièces détachées

Publié le 11 mai 2020 par Mélanie R.
marklix

Si la fabrication additive permet la production plus rapide de pièces finies, elle est aussi très prisée pour concevoir des pièces détachées. Celles-ci sont parfois très coûteuses à obtenir de part leur rareté – on pense surtout au secteur automobile et aux voitures anciennes – et donc plutôt longues à obtenir le temps de trouver la fameuse pièce, de la fabriquer et de l’expédier. Beaucoup de consommateurs sont donc découragés d’avance et auront tendance à jeter leur appareil quand celui-ci ne fonctionne plus : c’est là qu’intervient Marklix, une plate-forme en ligne qui vous permet de trouver votre pièce détachée et de la recevoir rapidement grâce à l’impression 3D. Grâce à cette méthode de production, la jeune startup peut produire des petites séries à moindre coût, proposer une production locale et imaginer de nombreuses pièces détachées, que ce soit pour de l’électroménager ou l’automobile par exemple. Nous avons pu rencontrer Pierre-Jacques Lyon, l’un des co-fondateurs de Marklix afin d’en savoir plus sur le fonctionnement de la plate-forme et ses ambitions.

3DN : Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre lien avec l’impression 3D ?

Bonjour à toute l’équipe de 3Dnatives. Je m’appelle Pierre-Jacques Lyon et je suis le co- fondateur de Marklix. Je suis issu d’une formation d’ingénieur en physique appliqué. Formation que j’ai suivi au Canada à l’École Polytechnique de Montréal, ainsi qu’en Suisse à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne. J’ai ensuite eu la chance de faire mon stage de fin d’étude au CEA de Cadarache et de travailler en tant qu’ingénieur R&D sur les bobines de supraconducteurs du réacteur à fusion du projet ITER. Mon premier contact avec une imprimante 3D remonte à mes études à Polytechnique Montréal. Nous avions énormément de projets de conception à conduire en groupe. L’impression 3D était alors un outil incontournable pour faciliter nos travaux de conception et de prototypage. Que ce soit pour concevoir des outils de mesure ou encore des bancs d’essais.

marklix

Les fondateurs de Marklix

En parallèle de mes études, entrepreneur dans l’âme, nous avons créé avec des amis une entreprise du nom de D4print. Initialement, notre objectif était de proposer des prestations d’impression en FDM, ce qui nous a conduit à la fabrication de notre machine et finalement à une volonté de la commercialiser. Le projet a finalement avorté au moment de sa mise sur le marché, par manque de capitaux et la démotivation de certains d’entre nous à devenir entrepreneur à temps plein. Cette aventure m’a appris beaucoup de choses sur la fabrication additive : son marché, ses acteurs et ses technologies.

3DN : Pourquoi avoir créé Marklix ?

Marklix découle d’une prise de conscience que nous avons eu lors du développement de D4Print. Le manque de connaissance du grand public en impression 3D rend cette technologie difficile d’accès. Notre volonté initiale a été de créer, à l’aide de nos connaissances en modélisation, une bibliothèque de fichiers 3D mettant en relation marques fabricantes et particuliers. Ainsi, la fabrication additive n’est plus réservée aux industriels : Marklix révolutionne ce système en apportant l’impression 3D de qualité au plus grand nombre.

Nous nous sommes ensuite aperçus que l’impression 3D de pièces détachées, à la demande, pouvait avoir un impact positif sur la réparation de nombreux appareils. Nous avons alors décidé de nous concentrer uniquement sur la partie réparation et d’apporter notre contribution dans la lutte contre l’obsolescence. Ce sont ces successions d’idées qui donneront vie à Marklix.

Marklix invite à réutiliser les appareils qui ne fonctionnent plus en remplaçant une pièce défectueuse

3DN : Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement de la plateforme ?

Marklix c’est l’union de 3 mots : « Market », « Library » et « Exchange ». Autrement dit, Marklix.com est une Marketplace qui met en relation tout concepteur de fichiers 3D (Markers, fabricants et industriels), prestataires d’impression 3D avec des consommateurs et des réparateurs ayant un besoin en pièces détachées.

Pour le consommateur, Marklix est une Marketplace classique avec un fonctionnement proche de celui d’Amazon. Il suffit de chercher la référence de sa pièce et d’en faire la commande. Nous avons également mis en place un programme du nom de « Ask for a part » permettant de faire une demande de pièce lorsque cette dernière n’est pas encore dans notre catalogue. Il suffira alors de remplir un questionnaire et d’expédier la pièce cassée, lorsque celle-ci est en votre possession, pour que nous puissions la faire reproduire.

Afin de satisfaire nos clients, nous nous sommes fixés des quelques exigences : dans une démarche de production locale, celle-ci est automatiquement confiée à un prestataire situé dans le pays de provenance de la commande. De plus, nous travaillons uniquement avec des prestataires industriels pour produire les pièces Marklix et nos makers sont des professionnels.

Un aperçu de la plate-forme

Nous avons également créé une série d’outils et un espace d’administration « DashBoard » pour que nos prestataires, imprimeurs 3D et makers, puissent interagir automatiquement avec la Marketplace et nos systèmes de gestion. Nous développons aujourd’hui encore de nouveaux outils permettant de vérifier la faisabilité d’une pièce par fabrication additive.

3DN : Quelles sont les technologies 3D utilisées ?

En France, notre production est assurée par Silex3D dans la région Rhône-Alpes. Cette entreprise bénéficie d’une solide expérience et répond aux normes industrielles les plus contraignantes. La grande majorité de nos pièces seront produites par frittage sélectif par laser (SLS) en PA12 sur des imprimantes EOS ou HP en Multi Jet. Certaines de nos références seront également fabriquées par dépôt de fil (FDM) et exceptionnellement par stéréolithographie (SLA). Nous associons à chaque référence la technologie et le matériau le plus adéquat à son utilisation en prenant en compte son environnement et son mode d’utilisation. Encore dans un souci de simplicité et de qualité pour le consommateur.

Marklix utilise notamment la technologie de EOS (crédits photo : EOS)

Notre catalogue comprend aujourd’hui une grande variété de types de pièces avec une forte concentration pour le petit et gros électroménager. On y retrouve également quelques pièces dédiées à l’automobile ou encore au mobilier. Nous voulons que pour chaque consommateur Marklix soit un moyen de réparation. C’est pourquoi nous devons couvrir un large éventail de catégories produits tout en nous concentrant sur des pièces cassant fréquemment. Via le programme « Ask for a part », nous proposons l’envoi de pièce détachées : nos clients pourront alors directement décider de leurs besoins en pièces détachées.

3DN : Pourquoi miser sur l’impression 3D pour produire les pièces détachées ?

L’impression 3D permet une fabrication à la demande à un coût sensiblement constant et prévisible. C’est un excellent moyen de production pour des petites séries qui reste également agile et rapidement déployable sur différents pays. La fabrication additive propose également une grande variété de matériaux et de technologies permettant la fabrication d’un large panel de pièces, pour différents usages.

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Au plaisir de vous retrouver sur Marklix.com, nous avons hâte d’avoir vos retours sur la plateforme ! Si vous êtes un professionnel du secteur de la fabrication additive, n’hésitez pas à nous contacter directement depuis notre site.

Que pensez-vous de Marklix ? Partagez votre avis sur ce projet dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK