menu

La reprise de l’impression 3D métal, un marché évalué à $18,5 milliards d’ici 2032

Publié le 24 mars 2022 par Mélanie W.
marché impression 3D métal

Le cabinet d’étude IDTechEx a publié son dernier rapport sur le marché de la fabrication additive métal intitulé “Metal Additive Manufacturing 2022-2032 : Technology and Market Outlook”. Celui-ci devrait atteindre une valeur de 18,5 milliards de dollars d’ici 10 ans alors même que les prévisions faites en 2020 étaient peu concluantes suite à la crise du COVID-19. Le secteur aérospatial, utilisateur incontesté des procédés métalliques, a en effet enregistré une forte baisse à cause de la situation sanitaire. Avec la reprise progressive des activités, le marché de l’impression 3D métal affiche quelques signes plutôt positifs, avec un taux de croissance annuel évalué à 18,8%. Mais quels sont les facteurs qui portent ce redressement ? Peut-on s’attendre à une plus large adoption des technologies 3D métal dans les années à venir ? Et  au contraire, qu’est-ce qui freine leur croissance ?

En 2020, le cabinet soulignait l’importance des métaux, convaincu qu’ils allaient porter la croissance du marché. En 2022, le marché est toujours en quête d’innovation en termes de matériaux. On sait que, par rapport aux polymères, le choix est relativement restreint, avec de la matière qui reste chère. Les industriels cherchent des alternatives et optent par exemple pour des polymères hautes performances ou encore des composites. Pourtant, dans des secteurs exigeants, les métaux restent le choix numéro un. C’est pour cela que de plus en plus de startups explorent de nouvelles solutions, cherchant à développer des alliages hautes performances. On pense au français Pint qui développe des alliages de titane pour la fabrication additive.

Les principales tendances du marché de l’impression 3D métal selon le rapport (crédits photo : IDTechEx)

Si certaines barrières semblent se lever côté matériaux, l’étude précise qu’il en est de même pour le prix des machines. Nous n’en sommes qu’au début, mais certains fabricants cassent les montants qu’on a l’habitude de voir sur des imprimantes à fusion laser – 500 000 euros, voire un million. La startup One Click Metal par exemple s’est donnée pour objectif d’offrir une solution d’impression 3D métal à 100 000 dollars. Ce type d’initiatives peut contribuer à la croissance du marché en levant certaines barrières à l’entrée. Reste à savoir si elles sont pérennes et aussi performantes.

Enfin, le rapport précise qu’un des facteurs de croissance du marché est lié au développement du liage de poudre métal, porté notamment par les sociétés Voxeljet et ExOne. Le procédé présente un certain nombre d’avantages, notamment la possibilité de concevoir de grandes pièces. C’est un marché qu’on suit de près depuis plusieurs mois déjà et qu’on continuera à surveiller ! Le liage de poudre n’est évidemment pas la seule technologie du secteur et il est également intéressant de voir les évolutions du DED ou de l’EBM, notamment à l’heure où les processus de fabrication se rélocalisent.

Le liage de poudre métallique est un procédé à suivre de près (crédits photo : Digital Metal)

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’évolution du marché de la fabrication additive métal, vous pouvez télécharger le rapport ICI. En attendant, n’hésitez pas à partager votre avis sur ce secteur dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : Sigma Labs

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks