menu

Des luminaires imprimés en 3D s’alimentent avec l’énergie cinétique

Publié le 29 décembre 2017 par Mélanie R.
luminaires imprimés en 3D

Margot Krasojevic est une architecte basée à Londres qui a imaginé des lumières LED imprimées en 3D avec un polymère recyclé. En forme de spirale, ces luminaires imprimés en 3D peuvent s’étirer, se reformer et se recharger elle-même grâce aux secousses environnementales. Le projet, Seismic Electromagnetic Induction LED, pourrait bien en séduire plus d’un.

Si l’impression 3D est de plus en plus utilisée par des designers pour concevoir différentes formes de lampes et autres objets de décoration, c’est parce qu’elle permet de supprimer certaines contraintes de fabrication et d’offrir des niveaux de complexité plus élevés. Des avantages apparemment bien compris par cette architecte qui a eu recours à l’impression 3D pour créer ces luminaires qui se chargent automatiquement et s’allument avec l’énergie cinétique.

luminaires imprimés en 3D

Les séismes sont rarement associés à quelque chose de positif. C’est donc assez étonnant que Margot Krasojevic ait basé cette innovation sur ce phénomène naturel. Et pourtant ces secousses offrent des avantages pour ces luminaires imprimés en 3D qui se “nourrissent” de cette énergie cinétique. Chacun est composé d’une sorte de filet imprimé en 3D à partir d’un polymère recyclé qui est élastique et suffisamment solide pour supporter les effets d’un séisme.  La forme en dôme du luminaire donne l’illusion d’une intensification de la lumière autour de la surface de sa géométrie semi transparente.

Au coeur de la LED, qui émettrait une lumière blanche brillante visible à trois mètres dans une pièce noire, se trouve un tube fileté structurel qui peut être inséré dans le sol pour maintenir une certaine stabilité et qui contient des aimants et une bobine de cuivre pour faire passer un courant électrique.

luminaires imprimés en 3D

Ces LED pourraient se recharger grâce aux secousses sismiques avec ce filet imprimé en 3D qui vient amplifier l’énergie cinétique. A travers un processus d’induction électromagnétique, les réverbérations proches induisent un courant dans la lumière lorsque les aimants se déplacent dans la bobine de cuivre.

Actuellement, l’architecte est en train d’adapter la surface interne du filet imprimé en 3D pour la revêtir de cuivre. Elle affirme que cela permettra de renforcer le champ magnétique, créant alors un courant électrique plus fort et plus constant : la LED pourra alors briller plus fortement tout en rechargeant sa batterie.

luminaires imprimés en 3D

Pour en savoir plus sur ce projet et sur les autres initiatives menées par Margot Krasojevic, rendez-vous sur son site officiel.

Que pensez-vous de ces luminaires imprimés en 3D? N’hésitez pas à partager votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you