menu

Startup 3D du mois : Livrea Yacht et l’impression 3D d’un voilier

Publié le 3 octobre 2017 par Mélanie R.
livrea yacht

En mai dernier, nous vous présentions le projet de la startup italienne, Livrea Yacht, qui a commencé l’impression 3D de son voilier. Une première dans le secteur maritime, bien que déjà marqué par l’utilisation de la fabrication additive pour diverses applications, que ce soit pour la création d’hélices ou de pièces détachées de bateaux. Nous avons rencontré un des fondateurs de Livrea, Daniele Cevola, afin d’en savoir plus sur le processus de fabrication du voilier et comprendre quels sont les avantages que la fabrication additive offre et quels défis elle pose.

3DN : Pouvez-vous vous présenter ainsi que Livrea Yacht?

Livrea Yacht est une entreprise créée en 2013 par Francesco Belvisi et moi-même, Daniele Cevola. En 2014, nous avons présenté pour la première fois Livrea 26, born by the wind, un concept de bateau inspiré de Lancia of Pantelleria, un voilier typique du sud de la Sicile. Notre bateau comprend des pièces qui ont été imprimées en 3D en collaboration avec CRP Technology, une des plus grandes entreprises de fabrication additive en Italie. Notre projet est devenu de plus en plus ambitieux et nos connaissances ont augmenté grâce à nos différents partenaires. Cela nous a amenés à travailler aujourd’hui sur un bateau entièrement conçu grâce à la fabrication additive, le premier du marché.

livrea yacht

Les deux fondateurs de la startup

3DN : Pourquoi avez-vous eu recours l’impression 3D ?

La fabrication additive est plus une réponse à un besoin de conception qu’à une mode. Quand nous avons conçu Livrea 26, nous nous sommes rendus compte que l’impression 3D était la seule solution possible pour créer des composants de qualité, sans être gênés par quelconque obstacle.

3DN : Quel est le processus de création du voilier ?

Pour créer Livrea 26, nous avons dû dépasser le processus traditionnel de conception que nous connaissons aujourd’hui. Nous avons dû remettre en question toutes les connaissances apprises au fil des années. Grâce à l’aide d’Autodesk – notamment avec son logiciel POWERMILL – nous avons pu transformer notre design 3D en trajectoire pour notre robot doté d’un extrudeur. Nous avons reçu un soutien fondamental de LEHMANN & VOSS, une entreprise allemande qui fabrique des matériaux plastiques de grande performance : elle nous a fourni tout le soutien technique nécessaire pour que nous puissions tester le matériel le plus adapté à la réalisation de nos objectifs. Lors de la dernière Foire de Hanovre, nous avons imprimé pour la première fois la barre de notre voilier en deux heures seulement devant un public captivé !

livrea yacht

Le prototype du voilier

3DN : Quels sont les défis que vous rencontrez lorsque vous combinez l’impression 3D et la fabrication d’un voilier ? Quels sont les avantages que vous pouvez tirer en utilisant cette technologie ?

Tout d’abord, la fabrication additive permet de fabriquer des bateaux uniques sans avoir besoin d’investir dans des modèles et des moules. Elle offre également la possibilité de concevoir des formes complexes qui ne pouvaient pas être créées auparavant sans avoir des coûts de production élevés. On peut intégrer différentes fonctions et accessoires directement dans une pièce : le bateau devient vraiment un objet unique à part entière, conçu à partir d’un besoin de l’utilisateur.

Un des avantages principaux de la fabrication additive est sa capacité à créer des structures à l’aide de l’optimisation topologique  et donc qui offrent de vrais bénéfices en termes de performances : un poids léger, une solidité importante. Notre technologie est conçue pour ces voiliers qui veulent aller plus loin et repousser les limites en termes de performances.

livrea yacht

Une des pièces du futur voilier

3DN : Quels sont vos futurs développements ?

D’ici janvier 2018, nous aurons construit un voilier qui participera à une régate importante, la Mini Transat, en 2019 : il traversera plus de 6 400 km du nord de la France jusqu’à l’Amérique du Sud. C’est une course très difficile qui testera les limites du navigateur mais surtout du bateau. Avec cette opération marketing, nous voulons montrer que la technologie développée par Livrea Yacht est fonctionnelle et qu’elle peut résister à toutes les pressions que l’océan exerce sur un navire. Je sais que c’est un projet très ambitieux mais après les tests que nous avons effectués jusqu’ici, je suis très optimiste.

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs?

Nous savons que le secteur nautique est très conservateur et qu’amener une innovation technologique dans un contexte si “fermé” peut être perçu avec une certaine méfiance. Mais ce que nous offrons aujourd’hui est une nouvelle façon de construire des bateaux pour les années à veni et ce le futur pour Livrea Yacht, c’est maintenant. Nous croyons en l’innovation technologique et nous sommes en perpétuelle recherche de la performance maximale.

Pour suivre l’avancée du projet, vous pouvez vous rendre sur le site officiel de Livrea Yacht.

Quel impact la fabrication additive peut-elle avoir sur le secteur maritime? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you