menu

L’impression 3D va-t-elle changer notre monde ?

Publié le 6 avril 2013 par 3Dnatives

Pour ceux qui n’en auraient pas encore pris conscience, l’impression 3-D prend la forme du futur – aussi vite qu un repas qui se matérialise dans nos fours micro-ondes- du simple toucher d’un clavier.

Mais la technologie est toute simple: Il s’agit d’un premier petit pas dans l’évolution de l’impression papier, en somme la mise au monde de quelque chose de plus substantiel (tel que la résine plastique) dont les couches successives donnent vie à un objet.

Et pourtant, en permettant à une machine de produire des objets de toute forme, chez soi et selon ses envies, l’ impression 3-D marque le début d’une nouvelle ère. Une toute nouvelle.

Comme les applications de la technologie se développent et que les prix baissent, la première conséquence est que la plupart des biens seront fabriqués dans ou à proximité de leur point d’achat voire de consommation. Cela pourrait même signifier une production faite maison par les particuliers eux-mêmes: vous n’aurez qu’à payer pour les matières premières et pour les documents, plans ou dessins vendus sur le web.

Seconde conséquence directe, de nombreux biens produits par de grandes usines centralisées seront réalisés localement. Même si le coût de production unitaire est plus élevé, il sera plus que compensé par l’absence de coûts d’expédition et de stockage.

Alors que les voitures actuelles sont fabriquées par plusieurs centaines d’usines à travers le monde, elles pourraient un jour être montées au niveau local voire régional selon la demande. Les pièces seraient par exemple réalisées chez les concessionnaires et ateliers de réparation, et les usines d’assemblage pourrait ainsi remplacer la gestion de la chaîne d’approvisionnement par la fabrication de composants en flux tendus.

Une autre conséquence est que les biens seront infiniment plus personnalisés, puisque les rendre légèrement différents ne nécessitera pas de manipulation, mais seulement de peaufiner les instructions du logiciel.

Le créativité, enfin, sera cette fois au premier plan, en répondant aux besoins des individus tout comme le faisait le contrôle qualité à l’ère de la standardisation.

Ces implications de premier ordre bouleverseront toute la chaîne de l’entreprise, depuis l’approvisionnement, la fabrication, les chaînes de distribution jusqu’à leurs propres stratégies et relations clients.

Autre effet papillon, les facteurs qui ont fait de la Chine l’usine du monde perdront beaucoup de leur force face au déferlement de l’impression 3D.

La Chine a mis la main sur la sous-traitance de fabrication de toute notre vieille économie en exploitant le modèle de production de masse jusqu’à ses limites. Il ne suffit pas d’absorber une demande suffisante pour réaliser des économies d’échelle sans précédent, mais il faut également en réduire le coût clé: le travail. L’ingérence du gouvernement chinois a favorisé la production à un tel niveau, impactant la croissance de ses fabricants, le pouvoir d’achat et le niveau de vie de ses consommateurs.

Dans un modèle de distribution 3D étendu, mais à la fois très souple, de fabrication à petite échelle, cet actif énorme que possédait la Chine devient un passif désuet. Plus de main-d’œuvre payée trop peu pour compenser le coût de l’expédition à travers les océans. Et plus de polémique soulevée entre instincts de surconsommation et désir de personnalisation.

Il semble pourtant que les États-Unis et d’autres pays occidentaux, presque malgré eux, n’ont pas pris pour eux d’appliquer la vieille technique de judo d’exploiter les faiblesses d’un concurrent et de le déséquilibrer par son propre poids jusqu’à l ‘entraîner à sa chute.

La Chine ne sera pas un perdant dans la nouvelle ère 3D: comme toute nation, elle aura son marché intérieur et celui-ci est énorme. En outre,tous les produits ne se prêtent pas à l’impression 3-D. Mais la Chine devra renoncer à être la locomotive de la fabrication en série de notre monde. La stratégie qui lui a donné une telle suprématie ne la servira pas dans l’avenir.

Le grand transfert de richesse et d’emplois à l’Est au cours des deux dernières décennies a pu sembler un point décisif de basculement. Mais cette nouvelle technologie va encore changer la façon dont le monde se penche.

L’impression 3D, tout comme son nom, est un phénomène assez simple: la conversion d’un fichier numérique dans un produit matérialisé par l’impression. Avec des instructions détaillées et des matériaux appropriés, en théorie et – de plus en plus souvent – dans la pratique, vous pouvez fabriquer des objets à partir d’une petite machine sur votre propre bureau. Ainsi, nous pouvons maintenant  lancer l’impression 3D de pièces pour les machines et les appareils ménagers. Nous pouvons imprimer en 3D du ciment. Nous pourrons tout imaginer pouvoir imprimer, jusqu’à la chair elle-même.

 

Les 2 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Franck dit :

    Très instructif ! merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you