menu

Light Rider, la moto ultra-légère imprimée en 3D

Publié le 23 mai 2016 par Alex M.
Light Rider

APWorks, filiale à 100% du groupe aéronautique Airbus, travaille depuis 2013 dans le secteur de la fabrication additive et notamment dans le développement de matériaux d’impression innovants. S’appuyant sur l’optimisation topologique et l’impression 3D métal, la firme dévoilait il y a quelques jours la Light Rider, une moto ultra-légère au design organique.

Un design optimisée pour la Light Rider

Avec un poids de seulement 35 kg, la Light Rider offre un style unique directement inspiré par la nature. Équipée d’un moteur électrique de 6 kW, elle est capable d’atteindre la vitesse maximale de 80 km/h en quelques secondes grâce à son chassis imprimé en 3D ne pesant que 6 kg.

article_lightrider

Pour y arriver, les ingénieurs d’Airbus APWorks ont eu recours à l’impression 3D, et plus précisément à un procédé de frittage sélectif capable de créer des couches de seulement 60 microns à partir d’un alliage d’aluminium développé spécialement par la firme.

La Light Rider a nécessité un travail initial de modélisation 3D, basé sur l’optimisation topologique, afin d’offrir une structure allégée à son maximum proposant toutefois une solidité suffisante. La Light Rider comprend un cadre vide de matière, permettant d’y intégrer directement les cables, mais aussi un style allégé pour une réduction de poids de l’ordre de 30% en comparaison aux motos électriques classiques.

article_lightrider6

« La structure ramifiée complexe et creuse n’aurait pas pu être produite à partir des techniques de fabrication traditionnelles telles que le fraisage ou la soudure, » explique Joachim Zettler, CEO d’Airbus APWorks. « Les avancées de la fabrication additive nous ont permis de réaliser le design bionic envisagé pour cette moto sans avoir à modifier de changements majeurs. Avec ces technologies, les limites de la fabrication traditionnelle disparaissent ».

« Nous avons exploité au mieux les bénéfices de l’impression 3D métal en utilisant notre propre matériau, le Scalmalloy pour la construction du cadre, » commente Joachim Zettler. Il s’agit d’un alliage d’aluminium résistant à la corrosion et spécialement développé pour la fabrication additive.

Seulement 50 exemplaires de la Light Rider ont été produites dans un premier temps pour un prix (explosif) de 50,000€. Pour les fans, les modèles sont disponibles en pré-commande ICI.

En vidéo, la présentation de la Light Rider :

article_lightrider8

article_lightrider2

article_lightrider3

article_lightrider5

Que pensez-vous de l’utilisation de l’impression 3D ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Les 4 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. […] y a quelques semaines nous vous annoncions la création de la première moto électrique imprimée en 3D par Airbus APWorks et baptisée « The Light Rider ». Hier, cette filiale du géant de […]

  2. […] 3D prend de la vitesse ! Quelques mois après le dévoilement de la LightRider, une moto imprimée en 3D, une ingénieur suédoise a dévoilé un véhicule électrique conçu […]

  3. […] en série. Cette initiative de Divergent 3D place la société dans le sillage des travaux de APWorks et de sa Light Rider, une moto imprimée en 3D en aluminium en mai […]

  4. […] 1 – Light Rider, la première moto imprimée en 3D : En mai, nous vous présentions la Light Rider, la première moto réalisée par fabrication additive de APWorks, une filiale d’Airbus. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you