menu

KIMYA apporte des solutions de fabrication additive au-delà des matériaux

Publié le 2 novembre 2021 par Mélanie W.
kimya

En 2017, le groupe français Armor décide de lancer son activité de fabrication additive en développant des filaments à partir de cartouches d’encre et de pots de yaourts recyclés. Rapidement, cette activité grandit, évolue et prend un tournant industriel : la marque Kimya voit le jour et se concentre sur la formulation de matériaux sur-mesure, la vente de matières techniques et standard pour le procédé d’extrusion, et la production de pièces pour les professionnels. Le français s’appuie donc sur trois piliers : le Kimya Lab, le Kimya Materials et le Kimya Factory. Nous avons rencontré Pierre-Antoine Pluvinage, Kimya Business Director, pour en savoir plus sur l’évolution de l’entreprise, ses ambitions et sa vision du marché.

3DN : À l’heure de la reprise économique et à quelques jours du salon international Formnext, comment analyseriez-vous les attentes des industriels envers les technologies de fabrication additive ?

Aujourd’hui, nous avons développé trois offres : le Lab, le Materials et le Factory. Ce que nous avons constaté en 2021, c’est que la partie Factory a pris son envol car les utilisateurs veulent savoir ce que la fabrication additive peut faire d’autre que du prototypage. On s’est rendu compte qu’ils ne sont pas tous prêts à utiliser les matériaux hautes performances que nous vendons car ils ne les connaissent pas et ne savent pas ce qu’ils peuvent leur apporter. Ils veulent donc rentrer par une autre porte sur le marché de la fabrication additive, via la production de pièces finies. C’est pour cela que notre activité Factory a connu une belle croissance cette année.

Pierre-Antoine Pluvinage

Je pense que les industriels ont aujourd’hui besoin qu’on leur montre ce qu’on peut faire avec la fabrication additive, au delà du prototypage. Pour cela, il faut que les matériaux puissent amener les propriétés nécessaires aux applications, matériaux qui doivent être éprouvés sur des machines. Il faut être capable d’avoir un processus solide : l’imprimabilité et la répétabilité sont essentielles.

J’ajouterai que les industriels auront plus tendance à confier leur production de pièces imprimées en 3D à des acteurs qui ont les bonnes compétences. Il ne s’agit pas seulement d’imprimer la pièce, il y a un vrai travail de design et de post-traitement à faire. En tout cas, nous sentons un réel tournant et je pense qu’il y aura un vrai développement marché en 2022, même s’il est difficile à mesurer.

3DN : Quels sont les enjeux actuels pour les fournisseurs de matériaux comme KIMYA ?

La vente de matière progresse tandis que la production de pièces explose : il est donc capital pour nous d’apporter les bonnes solutions en termes de matériaux. L’enjeu principal pour KIMYA est de positionner : on ne veut pas juste vendre de la matière pour vendre de la matière, mais répondre à des besoins concrets en développant des matériaux sur-mesure.

Et cela va plus loin : le matériau est plus ou moins adapté à la machine utilisée, au design, à l’application finale, etc. Il faut donc élargir la chaîne de valeur en prenant en compte ces différents facteurs. On doit être apporteur de solutions pour l’industriel pour délivrer une pièce finale qui répond à son besoin et ça passe par plusieurs choses, pas uniquement la matière.

La Kimya Factory comprend aujourd’hui une centaine d’imprimantes 3D (crédits photo : KIMYA)

3DN : Comment se positionne KIMYA aujourd’hui sur le marché ? Comment cette offre a-t-elle évolué au cours des dernières années ?

Comme expliqué ci-dessus, le Lab et le Factory sont des portes d’entrée pour Kimya, notamment pour accélérer l’adoption de fabrication additive. Les utilisateurs ont besoin de comprendre les matériaux, leurs valeurs d’usage et les applications.

Si on parle maintenant de l’évolution de notre offre, il faut savoir que Kimya est né du recyclage de plastique pour faire des filaments. Or, à l’époque, la demande n’était pas très développée. On s’est donc tourné vers des matières techniques puis vers la production de pièces. Le marché a toutefois évolué et la demande en matériaux recyclés s’est intensifiée. On assiste à une prise de conscience et un souhait pour consommer ce type de matières. C’est donc pour cela que Kimya est revenu à ses origines et propose aujourd’hui une gamme de 4 filaments recyclés. Notre facteur différentiant sur la gamme standard n’est pas sur le prix mais sur la qualité de nos produits recyclés avec un sourcing 100% français.

3DN : Quelles sont vos attentes du salon Formnext ? Quelles innovations aimeriez-vous y voir ?

Tout d’abord, c’est un grand retour ; on va pouvoir refaire un salon de cette envergure là, retrouver tous nos partenaires, être en contact avec l’industrie, rencontrer de nouveaux clients.

Je pense qu’il faut qu’on dépasse l’image et les limites de cette technologie, qu’on aille encore plus vers les pièces finies. Selon moi, tout ce qui peut aider à faire concorder le design et la matière pour optimiser la production de la pièce, c’est clé. Côté machines, je pense qu’on peut aller plus loin dans la rapidité de production, mais aussi dans le côté multi-matériaux et multi-couleurs. Je ne sais pas ce qu’on verra au Formnext mais j’aimerais bien que ça aille dans ce sens. Enfin, la partie automatisation des processus est également capitale ; en tout cas, on se penche sérieusement sur cette question.

Le Kimya PETG-R est le dernier filament à avoir rejoint la gamme de matériaux recyclés (crédits photo : KIMYA)

3DN : Quels sont les développements à venir pour KIMYA ?

Nous poursuivons le développement des matières recyclées pour notre gamme standard, utilisées pour le prototypage. Celui-ci sera toujours un passage obligatoire, c’est un marché à servir que nous devons adresser.

Nous poursuivons nos investissements dans l’outil, le savoir-faire et les ressources pour produire des pièces. On continue à développer cette offre de production de pièces en étant de plus en plus proches de nos clients pour comprendre leurs besoins et être réactifs. On est en train d’explorer d’autres technologies et on développe des solutions pour répondre à des marchés spécifiques. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des projets !

Connaissiez-vous les différentes offres KIMYA ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you