menu

KFC veut bio-imprimer en 3D ses nuggets de poulet

Publié le 22 juillet 2020 par Mélanie R.
KFC bio-impression

Alors que l’huile de friture de McDonald’s était recyclée pour développer une résine d’impression 3D, KFC se lance dans la bio-impression de viande blanche en collaboration avec l’entreprise russe 3D Bioprinting Solutions. L’objectif de la chaîne de fast-foods est de proposer des nuggets de poulet plus sains tout en restant aussi proche que possible du poulet KFC que nous connaissons aujourd’hui, que ce soit en termes de goût et d’apparence. Pour ce faire, KFC a misé sur la technologie de bio-impression qui vient utiliser des cellules de poulet ainsi que des végétaux, évitant ainsi de tuer des animaux. Difficile de s’imaginer le fameux poulet frit de KFC imprimé en 3D mais l’impression 3D alimentaire a montré ces dernières semaines de véritables avancées qui pourraient bien nous étonner. 

La chaîne de restauration américaine souhaite développer un concept de “restaurant du futur”, misant sur l’innovation et les nouvelles technologies. Certains seront sceptiques quant à cette proposition de valeur – KFC restant un fast-food, mais il est intéressant de voir que de plus en plus d’acteurs, quel que soit leur secteur d’activité, se penchent sérieusement sur les technologies 3D. Dans notre cas, KFC s’est rapproché du fabricant de bio-imprimantes 3D russe 3D Bioprinting Solutions, connu pour avoir travaillé avec Aleph Farms sur l’impression de viande dans l’espace. Ensemble, ils cherchent à créer des nuggets de poulet en laboratoire afin de répondre aux besoins de la société actuelle : des solutions pour remplacer la viande traditionnelle, nécessité de développer des méthodes de production alimentaire plus respectueuses de l’environnement, etc. 

Il y a 75 ans, le Colonel Harland Sanders développait la première recette des fameux poulets frits de la marque (crédits photo : KFC)

Les deux partenaires restent pour l’instant assez discrets sur les ingrédients utilisés dans l’impression de ces nuggets de poulet KFC. 3D Bioprinting Solutions explique toutefois qu’il a recours à des cellules de poulet ainsi qu’à des plantes – on imagine que la bio-encre ainsi obtenue est extrudée couche par couche pour former un morceau de poulet. KFC affirme qu’il fournira tous les ingrédients nécessaires pour obtenir la texture et le goût final (panure et épices par exemple). Raisa Polyakova, directrice générale de KFC Russie & CEI, ajoute : “Chez KFC, nous suivons de près toutes les dernières tendances et innovations et nous faisons de notre mieux pour rester à la page en introduisant des technologies de pointe dans nos réseaux de restaurants. Les produits carnés artisanaux sont la prochaine étape dans le développement de notre concept de « restaurant du futur ». Nous sommes heureux de contribuer au développement de cette méthode de bio-impression alimentaire et nous nous efforçons de la mettre à la disposition de milliers de personnes en Russie et, si possible, dans le monde entier.” 

Le poulet bio-imprimé devrait contenir les mêmes micro-éléments que la volaille traditionnelle tout en supprimant le besoin d’additifs qui sont malheureusement trop présents aujourd’hui dans notre élevage traditionnel. Ainsi, les nuggets de poulet devraient être plus “sains” (cela reste quand même du poulet frit, rappelons-le) et éthiques, que ce soit pour les animaux mais aussi pour l’environnement. Reste à savoir comment les deux partenaires feront face au problème de répétabilité et de production en série : si la bio-impression a ses avantages, elle n’est pas réputée pour sa rapidité. Or, pour un fast-food, cela peut rapidement devenir problématique d’attendre trop longtemps sa commande. 

La bio-imprimante 3D développée par 3D Bioprinting Solutions

Yusef Khesuani, co-fondateur et associé directeur de 3D Bioprinting Solutions, conclut : “Les technologies de bio-impression 3D, initialement largement reconnues en médecine, gagnent aujourd’hui en popularité dans la production d’aliments tels que la viande. À l’avenir, le développement rapide de ces technologies nous permettra de rendre les produits carnés imprimés en 3D plus accessibles et nous espérons que la technologie créée grâce à notre coopération avec KFC contribuera à accélérer le lancement sur le marché des produits carnés à base de cellules.” Vous pouvez retrouver le communiqué de presse officiel ICI.

Que pensez-vous de l’utilisation de la bio-impression par KFC ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. D5 dit :

    Bonjour,
    D’habitude j’apprécie les infos sur les imprimantes culinaires, mais avec KFC, autant manger directement du PLA …
    Bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK