menu

Le moteur à vapeur de James Watt renaît grâce à l’impression 3D

Publié le 11 juin 2019 par Mélanie R.
james watt

L’impression 3D est aussi un moyen de rendre un hommage en permettant la création de pièces et d’objets réalistes, nous replongeant dans la période de l’Histoire souhaitée. Nous allons cette fois-ci dans les années 1760 où le célèbre inventeur James Watt proposa une amélioration considérable sur la machine à vapeur Newcomen, évolution qui aura des conséquences capitales sur la révolution industrielle. A l’époque, l’écossais étudiait à l’Université de Glasgow : 200 ans après sa mort, une équipe de la même université, la JetX, a tenu à lui rendre hommage en créant un modèle miniature imprimé en 3D de son moteur à vapeur.

Le nom JetX vous dit peut-être quelque chose, et pour cause, nous vous avions présenté un des premiers travaux de l’équipe en 2017 : le groupe d’étudiants avait conçu un réacteur composé de plus de 950 pièces imprimées en 3D. Un projet de longue haleine qui avait beaucoup suscité l’intérêt du marché de part la complexité de certaines pièces. JetX a poursuivi ces travaux dans l’impression 3D et nous propose aujourd’hui un modèle miniature du moteur à vapeur de Watt, réalisé sur une période de 5 mois.

james watt

De gauche à droite : Alan Hewett, conseiller JetX ; Chris Triantfyllou, Président de JetX ; le professeur Colin McInnes et Hamzah Mushtaq, Vice-président de JetX (crédits photo : Université de Glasgow)

Un hommage à James Watt

En 1765, l’inventeur écossais développe une chambre de condensation séparée pour les machines à vapeur déjà existantes, améliorant considérablement leur efficacité. Il a ainsi proposé une machine plus pratique et beaucoup plus utile pour l’ensemble de la société, contribuant grandement à la révolution industrielle. Le groupe JetX a donc proposé un modèle imprimé en 3D pour rendre à hommage à James Watt, modèle d’un mètre de long. Accompagnés par le professeur Colin McInnes, les étudiants auraient conçu 800 pièces dont 150 imprimées en 3D. Ils affirment qu’il aura fallu 845 heures d’impression et plus de 2,2 km de filament d’impression pour les réaliser. On ne sait pas combien de machines ont été utilisées, ni quel modèle a été préféré. Contrairement à la version originale qui fonctionnait à la vapeur, le modèle imprimé en 3D intègrerait un mécanisme supplémentaire pour se déplacer, montrant comment le moteur aurait bougé.

Chris Triantafyllou, le président du groupe JetX explique : « Les cinq derniers mois ont été très chargés, mais nous sommes vraiment ravis du modèle final. Tout le processus de construction a fait appel à de nombreuses pratiques de conception et de prototypage que nous avons apprises au cours des années de développement de nos modèles de moteurs à réaction. L’Université de Glasgow est à juste titre fière de son association avec James Watt et son héritage contribue à en faire un lieu d’étude inspirant. Nous sommes heureux d’avoir eu la chance de contribuer aux célébrations du 200e anniversaire de l’Université et nous espérons que les visiteurs de l’exposition en tireront autant de plaisir que nous.« 

james watt

Zoom sur le moteur imprimé en 3D (crédits photo : Université de Glasgow)

L’Université a en effet organisé une exposition autour de James Watt, exposition qui a commencé le 6 juin dernier et prendra fin en décembre. En espérant que ce modèle miniature imprimé en 3D puisse inspirer plus d’un visiteur et montrer les possibilités qu’offre la fabrication additive, quel que ce soit son projet. Vous pouvez retrouver davantage d’informations sur le site officiel de JetX ICI.

james watt

Crédits photo : Université de Glasgow

Que pensez-vous de ce modèle imprimé en 3D ? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you