menu

L’impression 3D et la haute couture : la robe d’Iris van Herpen

Publié le 26 janvier 2018 par Mélanie R.
iris van herpen

A l’occasion de la Fashion Week Haute Couture à Paris, la styliste hollandaise Iris van Herpen a présenté sa nouvelle collection dont certaines pièces ont été imprimées en 3D. En mélangeant différentes technologies innovantes, dont l’impression 3D avec des méthodes de création plus traditionnelles, la styliste donne vie à ses designs inspirants. Un bel exemple de ce que la fabrication additive peut apporter au secteur de la mode!

Iris van Herpen a présenté cette semaine sa collection “Ludi Naturae” à la Galerie de Minéralogie et de Géologie, inspirée de la nature comme la plupart de ses autres créations. Le résultat? Une collection de robes et de combinaisons ajustées couleur peau, légères, éthérées et ondulant au fur et à mesure que les modèles défilaient. Parmi les 21 pièces présentées, on insistera sur la robe Foliage dont une partie a été imprimée en 3D. Ce n’est pas la première fois que la styliste hollandaise a recours aux technologies 3D pour donner vie à ses designs.

“C’est amusant de constater que les gens pensent que la nature est simple et la technologie complexe – c’est le contraire; la technologie est simple et la nature complexe. « 

iris van herpen

La collection Ludi Naturae

La robe imprimée en 3D d’Iris van Herpen

La styliste aurait utilisé la technologie Polyjet pour fabriquer ces motifs en forme de feuilles, placés directement sur un tissu fin et transparent. Les feuilles auraient une épaisseur de 0,8 mm et se fondent parfaitement sur le tulle, créant ainsi l’impression que la robe n’est pas faite de plastique. Iris van Herpen explique avoir travaillé avec l’Université de Technologie de Delft pour développer une technique d’impression hybride lui permettant de combiner du plastique imprimé en 3D avec du tissu naturel.

L’équipe aurait donc eu recours à la technologie d’impression 3D Polyjet multi-matériaux afin d’imprimer des structures en résine sur un morceau de tulle transparent. Cette technologie aurait permis à la styliste de varier les couleurs et la transparence subtilement, en intercalant simplement différentes gouttes de matériau. Le tulle, quant à lui, apportait un niveau de douceur supplémentaire à la fois en termes de sensation et d’aspect. L’imprimante 3D n’ayant pas un très grand volume d’impression, la robe a été séparée en morceaux de 300 x 300 mm, qui ont ensuite été soigneusement assemblés pour créer la forme finale de la robe.

iris van herpen

La robe Foliage

Selon Jouker Verlinder, un des ingénieurs qui a participé au projet, la robe a nécessité plus de 260 heures d’impression et 60 heures de travail manuel par la suite. La styliste précise que le travail de post-traitement a été assez conséquent car les structures imprimées en 3D avaient tendance à se déformer naturellement. Retrouvez l’ensemble du défilé d’Iris van Herpen dans la vidéo ci-dessous :

Que pensez-vous de la robe imprimée en 3D d’Iris van Herpen? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you