menu

Incus développe un processus d’impression 3D métal basé sur la photopolymérisation

Publié le 4 novembre 2019 par Mélanie R.
incus

Incus est une startup basée à Vienne, issue de la collaboration entre plusieurs ingénieurs de chez Lithoz, un expert en fabrication additive céramique. Cette jeune pousse a développé un procédé d’impression 3D métal à partir d’une technique de photopolymérisation. Cela lui permet notamment d’obtenir des pièces esthétiques, avec un état de surface amélioré puisque la technologie peut traiter des poudres très fines. Incus a aujourd’hui développé quatre machines bêta qui sont actuellement testées par des industriels européens. Nous avons rencontré Gerald Mitteramskogler, CEO de l’entreprise, afin d’en savoir plus sur le fonctionnement de cette technologie, ses cas d’applications et les futurs projets d’Incus. 

3DN : Pouvez-vous présenter ainsi que votre lien avec les technologies d’impression 3D ?

incus

Gerald (crédits photo : Incus)

J’ai découvert le monde de l’impression 3D pendant mes études de master en génie mécanique à l’Université technique de Vienne. Je travaillais avec l’impression basée sur la lithographie pour concevoir des os et du matériel d’implant en céramique. J’étais également en charge d’une vieille imprimante Direct Ink Writing d’Objet (aujourd’hui Stratasys). En raison du manque de pièces de rechange (c’était l’un des modèles les plus anciens), je devais parfois faire preuve de créativité en ce qui concerne la maintenance des composants. Tous ces essais m’ont permis de mieux comprendre l’ingénierie d’une imprimante 3D industrielle. J’ai poursuivi mes études de doctorat dans le même institut en imprimant en 3D les couronnes et les bridges dentaires et en les colorant de manière sélective en une seule étape.

L’impression 3D m’intéresse beaucoup parce que vous voyez immédiatement ce que vous produisez, c’est littéralement construit sous vos yeux. On fait beaucoup d’essais et d’erreurs quand on développe quelque chose de nouveau, quand on se lance dans un défi, mais il y a toujours une grande satisfaction à ajuster les paramètres pour résoudre un problème et à voir d’excellents résultats immédiatement.

3DN : Qu’est-ce que Incus ? Comment cela a-t-il commencé ?

Incus est un fournisseur de technologie et de machines pour l’impression 3D de métaux. Nous fournissons également les matières premières ou les matériaux pour la production de pièces en métal et recherchons des opportunités de développement conjointes pour de nouveaux matériaux.

L’histoire d’Incus commence après la fin de mon doctorat et mon arrivée à Lithoz en 2014 en tant que chef de projet. En travaillant sur un projet européen Horizon 2020 appelé REProMag en 2015, je suis entré en contact avec le sujet fascinant de la fabrication additive métal. Grâce à ce projet nous avons appris que, si la technologie Lithoz est excellente pour la céramique, l’impression métal nécessite une approche différente.

Ce projet de l’UE m’a fait réfléchir à un moyen de résoudre les problèmes que nous avions avec l’impression métal et j’ai immédiatement commencé à travailler sur un premier prototype de ce qui est maintenant la machine Hammer Series. En 2017, nous avons réalisé un premier concept et, en 2018, je me suis concentré uniquement sur l’impression métal en tant que responsable des matériaux métalliques chez Lithoz et j’ai commencé à constituer une équipe. Après de nombreuses discussions et quatre prototypes plus tard, nous savions que nous avions quelque chose de prêt pour la prochaine étape et nous avons décidé avec Lithoz de créer une nouvelle société indépendante. En octobre 2019, nous avons fondé Incus pour commercialiser notre concept. J’ai maintenant l’honneur de diriger l’équipe en tant que PDG et d’apporter cette technologie à l’industrie. Nous disposons à présent de quatre machines bêta en fonctionnement en Europe et nous utilisons les précieux enseignements de nos clients et partenaires pour amener les machines et la technologie encore plus loin.

incus

Crédits photo : Incus

3DN : Pouvez-vous nous en dire plus sur la technologie que vous avez développée?

Notre technologie est un processus en deux étapes. Semblable à l’extrusion de matériaux ou à l’impression par liage de poudre, nous créons une partie dite verte à partir d’une matière première photoréactive remplie de métal, en utilisant une source de chaleur pour façonner les différentes couches. L’imprimante 3D utilise un projecteur hautes performances, qui permet une résolution jusqu’à 25 µm en X et Y. Par rapport à d’autres procédés de fabrication additive métal, nous pouvons obtenir une meilleure esthétique de surface car nous pouvons traiter des poudres de métal plus fines. Outre les avantages visibles, celles-ci ont également d’excellentes propriétés mécaniques et performances des pièces. Comme nous utilisons un processus en deux étapes, nous pouvons également travailler avec une gamme plus large de métaux par rapport aux technologies de fusion laser.

3DN : Quel type de pièces pouvons-nous imprimer ? Quelles sont les principales applications de votre technologie ?

Il est difficile de nommer une seule application dominante, car la fabrication additive, et en particulier notre processus, peut servir à de nombreuses applications et nous sommes ouverts à tout défi. Jusqu’à présent, nous avons constaté un intérêt pour la production de prototypes avant la fabrication en série via le Metal Injection Molding. Par exemple, nous avons imprimé des supports de carte SIM pour un téléphone portable et les boutons sur le côté car le client avait besoin d’environ 50 pièces pour que les prototypes de téléphones soient approuvés avant le début de la production proprement dite. D’autres exemples incluent des charnières pour lunettes, des prototypes de bijoux et des instruments médicaux. Beaucoup de nos projets impliquent de petites pièces complexes nécessitant les meilleures propriétés esthétiques et mécaniques de surface.

incus

La technologie permet de concevoir de petites pièces très détaillées (crédits photo : Incus)

3DN : Quels sont vos futurs projets ?

Nous travaillons avec des partenaires de l’industrie pour élargir notre portefeuille de matériaux disponibles. Nous voulons nous concentrer particulièrement sur les matériaux qui sont actuellement très difficiles à traiter ou qui ne sont pas encore compatibles avec d’autres technologies d’impression 3D. Nous constatons un intérêt pour le titane, le tungstène, les métaux durs et précieux. Nous travaillons également à l’amélioration de notre processus d’impression et de l’ensemble de la chaîne de production. Nous avons quelques concepts technologiques que nous prévoyons d’essayer dans un avenir proche.

3DN : Où voyez-vous la fabrication additive métal dans 5 ans?

Le marché de l’impression 3D métal continuera de croître, mais la phase de battage médiatique est terminée et la croissance ralentit. Un symptôme visible est que, mis à part certaines entreprises, la technologie n’a pas encore atteint la production de pièce en série. Je pense que cela est dû à des problèmes avec les imprimantes et les processus disponibles. Si vous cherchez derrière les affirmations de vitesses d’impression plus rapides et de plates-formes de construction encore plus grandes, l’impression 3D n’est actuellement pas en mesure de fournir une qualité de pièce uniforme en termes d’esthétique de surface et de propriétés mécaniques. Le secteur de la fabrication assistée par ordinateur, principalement les fournisseurs de machines et de technologies, pourrait résoudre ce problème en se concentrant sur l’amélioration des principes fondamentaux des processus existants et le développement de nouveaux. Si vous consacrez du temps et de l’énergie à faire progresser la technologie d’impression 3D, je pense que vous verrez la gamme d’applications et l’acceptation générale augmenter considérablement au cours des cinq prochaines années.

incus

Crédits photo : Incus

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs ?

La vision d’Incus est que notre technologie permette des solutions pour des applications encore plus difficiles, telles que l’aérospatiale ou l’énergie, et repoussera encore les limites de la fabrication additive. Celle-ci est déjà en train de transformer notre façon de concevoir et de créer des choses et deviendra encore plus important à l’avenir. Je suis impatient de voir ce qui se passera dans l’industrie et aussi pour Incus en tant que société. Venez nous rendre visite au Formnext à Francfort en novembre pour en savoir plus ! Plus d’informations ICI.

*Crédits photo de couverture : Incus

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you