menu

Une étudiante imprime des coraux en 3D pour sauver les récifs coralliens

Publié le 25 août 2017 par sven

La conservation des récifs coralliens est un grand sujet de recherche pour les protecteurs de l’océan. Les barrières de corail contiennent un des écosystème les plus importants de notre planète et leur mise en danger, due à la pollution et aux activités de l’Homme, menace fortement l’avenir de faune et de la flore sous-marine. C’est pour cette raison que Jessica Gregory, une étudiante diplômée en design de produits venant de Newport, Pays de Galles, a entrepris un nouveau projet. En utilisant l’impression 3D, elle fabrique des répliques de squelettes de corail.

Les coraux qu’imprime Jessica imitent parfaitement les coraux produits pas la nature

En raison du changement climatique, de nombreux récifs coralliens du monde entier sont passés d’écosystèmes vibrants, magnifiques, hauts en couleurs et pleins de vie à des cimetières ternes en un très court laps de temps. Ce phénomène est appelé le «blanchissement des coraux». L’un des récifs les plus célèbres qui souffre de cette maladie n’est autre que la Grande Barrière de corail, qui a perdu près de la moitié de son corps en raison de ce blanchiment. Les poissons et espèces qui en dépendent se retrouvent sans ressources et migrent vers d’autres régions ou meurent.

En raison de cet fatalité tragique, Jessica s’est rendu compte qu’elle devait agir et donner de sa personne pour éviter que le pire, à savoir la disparition totale des récifs coralliens, ne se produise. Pour ce faire, elle a lancé son propre projet qui, grâce à la combinaison de sa créativité, son amour pour la nature et une imprimante 3D, vise à repeupler les barrières et ramener leur écosystème à la vie.

Les récifs coralliens sont l’équivalent des forêts sur terres, ils abritent, nourrissent et protègent des milliers d’espèces aquatiques.

Son projet, intitulé « Coralise », se concentre sur l’impression 3D de squelettes coralliens, qui imitent de manière très détaillée les vrais coraux que l’on retrouve sous l’eau. Alors que Jessica n’a pas divulgué le matériel qu’elle utilise, elle explique comment la surface du corail qu’elle imprime imite parfaitement celle des squelettes coralliens naturels. Ceux-ci protègent les polypes, ces organismes vivants accrochés aux coraux. À l’aide de ces répliques, Jessica espère qu’elle aidera les polypes à trouver de nouveaux squelettes à coloniser et qu’ils pourront correctement se développer et se reproduire autour de la structure de corail imprimée 3D. Selon l’observateur océanique et petit fils du célèbre « commandant », Fabien Cousteau, collaborateur de Jessica sur ce projet, estime que Coralise a 99% de chances de fonctionner.

« Le corail est un organisme complexe et fragile. Il est très important pour l’humanité et pour la planète; les récifs coralliens sont l’un des écosystèmes les plus divers au monde. Mais, en raison de facteurs humains comme la pollution, le changement climatique et la sédimentation, 30% des récifs existants pourraient disparaître au cours des 30 prochaines années », explique Jessica.

Un poisson vivant dans un corail implanté par Jessica

Jessica, qui étudie actuellement dans un double master en conception d’innovation mondiale à l’Imperial College de Londres et au Royal College of Art, est en train de tester ses coraux. Ils seront présentés dans un documentaire axé sur son projet. Bien que le projet ne soient pas encore concret à 100% et reste à améliorer, il devrait remporter un franc succès !

Photos via Coralise.co

Pour en savoir plus sur le projet Coralise, consultez le site officiel ICI.

Que pensez vous du projet Coralise de Jessica ? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK