menu

NVPrinter, une imprimante 3D personnelle 100% automatisée

Publié le 28 juillet 2014 par Alex M.

Comment rendre l’impression 3D domestique encore plus simple ? C’est la question à laquelle la startup NVBots a tenté de répondre en proposant sa propre imprimante 3D 100% automatisée. Dévoilée lors de la dernière Mini Maker Faire de Nashville aux Etats-Unis, la NVPrinter a été mise au point par quatre étudiants de la prestigieuse université du MIT et devrait grandement participer à l’adoption de la technologie par le grand public.

Basée à Boston, la société entend simplifier au maximum l’expérience liée à l’impression 3D et s’est focalisée sur la dernière étape qui consiste au décollement de l’objet imprimé en 3D de la plateforme d’impression, une étape qui peut s’avérer critique notamment si l’objet contient des détails fins ou une géométrie complexe. L’amélioration apportée par NVBots intervient ainsi une fois l’impression 3D terminée, un bras robotique vient automatiquement retirer l’objet du plateau libérant alors l’espace pour une nouvelle impression. Comme avec une imprimante 2D classique, vous pourrez désormais envoyer à votre machine une fil d’attente des objets à imprimer sans vous soucier de les retirer un à un.

L'imprimante 3D NVPrinter inclura un système de décollement automatique des objets imprimés

L’imprimante 3D NVPrinter inclura un système de décollement automatique des objets imprimés

NVBots a également fait le choix de rendre son imprimante 100% connectée en proposant une plateforme cloud permettant l’impression 3D à partir de n’importe quel type de device, qu’il s’agisse d’un mobile, d’une tablette ou d’un ordinateur, et accessible par plusieurs utilisateurs à la fois. Une caméra intégrée viendra compléter les spécificités de la NVPrinter qui permettra ainsi de contrôler la qualité des impressions. La technologie de la NVPrinter reposera sur le Dépôt de Matière Fondue même si pour le moment, les informations concernant l’épaisseur de couche minimum, la résolution ou bien le type de filament n’ont pas été dévoilées.

« Chez NVBots, nous pensons que la plupart des procédés d’impression 3D sont bien trop compliqués, empêchant ainsi une adoption généralisée de cette technologie qui aura un énorme impact à la fois dans l’éducation et le monde professionnel, » confie AJ Perez le CEO de NVBots avant d’indiquer que la NVPrinter ciblera prioritairement les écoles et universités grâce à un système de leasing annuel des imprimantes.

Après un premier tour de table de $850,000 récoltés ces derniers mois auprès d’un réseau d’investisseurs, la startup cherche dorénavant à lever un minimum de $150,000 dollars via la plateforme de financement participatif Fundable, qui propose aux particuliers d’investir directement dans des projets innovants.

Plus d’informations sur le site de NVbots : www.nvbots.com

Pour rester informé abonnez-vous à notre flux RSS ou pages FacebookTwitterGoogle+ ou LinkedIn

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. PELep dit :

    Non mais sérieux ? Ils prennent une solidoodle 3, ils lui mettent une raclette commandée par le gcode avec 2-3 servomoteurs et roule ma poule, levons 800 000 $ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK