menu

La technologie PolyJet imprime en 3D matériaux et couleurs directement sur du textile

Publié le 14 septembre 2020 par Justine D.
impression 3D vêtement

Depuis quelques années, l’utilisation de l’impression 3D dans le secteur de la mode est de plus en plus courante avec la possibilité d’élargir son champ de personnalisation. En s’appuyant sur sa technologie PolyJet, multicolore et multi-matériaux, le fabricant Stratasys a travaillé avec des designers non seulement pour créer des pièces uniques, mais aussi pour inventer de nouvelles façons de concevoir nos vêtements. L’année dernière, le collectif de mode threeASFOUR a lancé une gamme de vêtements avec des détails imprimés en 3D directement sur le tissu, un travail qui a été présenté à la Fashion Week de New-York. Aujourd’hui, Stratasys pousse encore plus loin la capacité d’impression 3D sur tissu en collaborant avec les stylistes Julia Koerner et Ganit Goldstein pour concevoir des robes et des kimonos.

Les créations de Koerner et Goldstein font partie de Re-FREAM, un projet de recherche collaboratif financé par l’Union européenne qui réunit des artistes, des designers, des ingénieurs et des scientifiques pour explorer conjointement l’utilisation de la technologie, dont l’impression 3D, pour l’avenir de la mode. Voici deux projets qui démontrent comme l’impression 3D peut impacter la mode de demain !

ARID – Julia Koerner

Lors du festival virtuel ARS Electronica, Julia Koerner a souhaité repousser les limites de la mode en dévoilant sa dernière collection, ARID. Composée de 38 pièces imprimées en 3D multicolores, elle s’inspire de la nature. Ces pièces peuvent être combinées pour former une robe complète, ou se décliner en plusieurs looks différents. Grâce à la technologie PolyJet de Stratasys, les dessins numériques ont été imprimés en 3D directement sur des tissus durables dans des couleurs vives, créant un effet unique lorsque le vêtement est en mouvement, tout en conservant le confort et la facilité du port des vêtements en tissu. L’assemblage final des pièces ne nécessite aucune couture. Au lieu de cela, toutes les coutures sont reliées par une sorte de jointure imprimée en 3D : c’est la première fois selon le constructeur que des connecteurs imprimés en 3D ont été utilisés dans l’assemblage de textiles.

La robe de la collection ARID produite par Julia Koerner

WeAreAble – Ganit Goldstein

Tout comme Julia Koerner, Ganit Goldstein a fait équipe avec le fabricant Stratasys afin de réaliser un design personnalisé en combinant des méthodes artisanales avec une impression 3D directe sur textile pour produire une robe au style japonisant. Elle explique : « En observant le monde de la mode d’aujourd’hui, je veux introduire une nouvelle façon de fabriquer, passant de la production de masse à la conception personnalisée. L’impression 3D a toujours offert le potentiel de personnaliser le design d’une manière qui n’était pas possible auparavant, mais pour vraiment créer une nouvelle façon de fabriquer, il faut un nouveau type de textile. Mon objectif est de créer un nouveau monde hybride d’artisanat et d’impression 3D multicolore, reliant les techniques passées, nouvelles et futures pour faire évoluer le design de mode.« 

Ganit Goldstein a trouvé son inspiration au Japon où elle a passé une année pour y apprendre l’art de l’imbrication et se familiariser avec la broderie artisanale et la peinture textile asiatiques. Le style de son kimono suit la méthode de coloration japonaise « ikat ». Si la broderie japonaise est l’âme du projet, l’impression 3D multicolore directe sur le textile en est le cœur. Pour la première fois dans le domaine de l’impression 3D, les textiles peuvent être utilisés comme « squelette » du vêtement. Cela permet d’intégrer un mouvement supplémentaire à l’intérieur du tissu mais aussi de mettre sur le marché des modèles uniques qui ne peuvent être réalisés autrement.

Kimono Ganit Goldstein

Le kimono créé par Ganit Goldstein à l’aide de l’impression 3D multicolore directe sur textile

La jeune styliste poursuit : « Dans la mode, il est important que nous optimisions et évoluions continuellement pour introduire de nouvelles formes de design. Au cours de cette dernière année, j’ai expérimenté de nombreux tissus et technologies différents pour intégrer l’impression 3D dans les textiles. Atteindre ce jalon nous éloigne de la conception 2D et ouvre un monde de vêtements 3D portables. »

En fin de compte, Goldstein espère que l’impression 3D directe sur textile aidera à transformer l’industrie de la mode et à présenter une nouvelle façon de créer des vêtements sur-mesure pour les consommateurs. Stratasys ajoute que cette technique progresse rapidement et que d’autres tests sont en cours, ce qui signifie que des vêtements personnalisés imprimés en 3D pourraient être sur le marché plus tôt que prévu !

Que diriez-vous de pouvoir personnaliser un vêtement grâce à l’impression 3D ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you