menu

Le marché de l’impression 3D dans le médical évalué à $2,3Mi

Publié le 3 mars 2016 par Alex M.

Selon une récente étude du cabinet américain Allied Market Research, le marché de l’impression 3D dans le secteur de la santé devrait passer de 579 millions en 2014 à près de 2,3 milliards de dollars en 2020.

Dans son rapport intitulé « World 3D Printing Healthcare Market – Opportunities and Forecasts, 2014 – 2020 », la firme dévoile comment ce marché, réparti entre la vente de machines, de matériaux et de services dédiés aux acteurs du domaine médical, pourrait ainsi augmenter de 26,2% par an sur les 5 prochaines années.

Fin 2015, le français Poietis levait 2,5 millions d'euros pour développer sa technique de bio-impression

Fin 2015, le français Poietis levait 2,5 millions d’euros pour développer sa technique de bio-impression

Parmi les principaux utilisateurs, on retrouve à la première place les services de chirurgie des hôpitaux, suivis par les laboratoires pharmaceutiques, les instituts spécialisés en biotechnologies et enfin les universités.

L’étude nous apprend également comment les imprimantes 3D de type MultiJet ou PolyJet (technologie de jet de matières) sont actuellement les plus utilisées dans le domaine de la santé, devant les technologies de déposition de filament (FDM) ou stéréolithographie (SLA).

Selon le cabinet Allied Markets, la création de dispositifs médicaux externes comme les aides auditives, les prothèses dentaires ou les prothèses visant à remplacer un membre amputé apparaissent comme les applications les plus populaires. Les implants réalisés dans des matériaux bio-compatibles, les dispositifs médicaux dédiés à la formation ou la préparation d’opérations et enfin les recherches liées à l’ingénierie tissulaire (communément appelé bio-printing) sont également largement utilisés (retrouvez notre infographie dédiée à l’impression 3D en médecine ICI)

En vidéo, le processus de conception d’une prothèse auditive par impression 3D chez ReSound :

Le rapport pointe finalement du doigt les potentiels freins au développement de la technologie dans le secteur médical : une absence de cadre juridique, une politique de remboursement non-favorable pour le patient, des coûts élevés liés aux imprimantes 3D, les infractions liées à la violation de droits d’auteur ou de brevets, les contraintes de bio-compatibilité des matériaux utilisés en impression 3D ou bien le manque d’expertise technique apparaissent ainsi comme des éléments qu’ils restent à résoudre selon Kajal Pardeshi, l’analyste à l’origine du rapport.

Plus d’informations sur le site d’Allied Market ICI

Quel avenir pour l’impression 3D dans le secteur médical ? Partagez votre opinion en commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK