menu

Recycler pour imprimer en 3D : des projets au service de notre planète

Publié le 18 mars 2022 par Mélanie W.
impression 3D recyclage

A l’occasion de la journée internationale du recyclage, on vous propose de revenir sur quelques projets qui s’appuient sur la fabrication additive pour revaloriser nos déchets. Vous n’êtes pas sans savoir que les technologies 3D permettent actuellement de réduire la consommation de matériaux, de concevoir des pièces à la demande et de raccourcir nos circuits logistiques. Elles ont un impact sur notre environnement qui se veut à priori plus positif que des méthodes traditionnelles. Mais ce n’est pas tout : l’impression 3D peut également donner de la valeur ajoutée à nos déchets que ce soit des plastiques ou des aliments par exemple. Certaines initiatives se sont en effet développées dans ce sens : à partir de ces déchets, des matériaux d’impression sont créés et utilisés dans la construction d’objets et structures en tout genre. Lampes, bâtiments, mobilier, chaussures : voici une liste non exhaustive de pièces imprimées en 3D à partir de matériaux recyclés.

The New Raw promeut le recyclage grâce à l’impression 3D

L’association hollandaise The New Raw est à l’origine de plusieurs projets autour de l’impression 3D et du recyclage. Son objectif est de transformer les déchets plastiques en objets du quotidien à partir de machines robotiques. Vous avez peut-être déjà entendu parler de son initiative Print My City qui consistait à recycler tous les déchets ménagers des habitants d’Amsterdam afin d’imprimer en 3D du mobilier urbain. Ainsi, les habitants étaient invités à prendre conscience de leurs habitudes de recyclage et à les changer si besoin. The New Raw est aussi à l’origine du projet « Second Nature » qui vient recycler les filets de pêche et les transforme en coquillages imprimés en 3D. Là aussi, l’objectif est de faire prendre conscience des lourds problèmes environnementaux qui menacent nos océans.

impression 3D recyclage

Crédits photo : The New Raw

Un tricycle électrique imprimé en 3D

On part désormais en Autriche et plus particulièrement à Vienne où le studio de design EOOS a mené un projet des plus originaux l’année dernière. Il a en effet récupéré les déchets de différents supermarchés de la capitale afin de concevoir un tricycle imprimé en 3D ! Il a récupéré 70 kilos de déchets qu’il a transformés en matériau d’impression 3D. Celui-ci a ensuite été déposé couche par couche pour former le châssis du trois roues. Le tricycle serait suffisamment résistant pour transporter deux adultes.

Crédits photo : EOOS

Recyclez vos masques et bouchons en plastique

Le port du masque a entraîné bien des désagréments dans le monde et l’un des points les plus importants concerne leur recyclage. Combien de masques chirurgicaux avez-vous vus sur nos trottoirs et dans nos rues ? En France, le Lorraine Fab Living Lab (LF2L) participe au projet européen INEDIT qui a pour objectif de concevoir du mobilier à partir de plastique recyclé. Et pour y répondre, le fablab a misé sur la fabrication additive : à partir de masques chirurgicaux recyclés et de bouchons en plastique, il extrude son matériau d’impression sur une machine à granulés, la Gigabot X.

Crédits photo : Université de Lorraine – Laboratoire ERPI – LF2L

Aectual et ses jardinières recyclées

Les Sabato Mussel Planters sont des jardinières conçues et imprimées en 3D par le studio d’architecture néerlandais Aectual. En collaboration avec DUS Architects, les deux organisations ont décidé de combiner l’impression 3D et le recyclage dans le développement de ces jardinières. Plus précisément, ils ont utilisé du plastique 100% recyclé qui a été transformé en matériau de fabrication pour être utilisé dans 4 imprimantes 3D montées sur des bras robotisés. Le cache-pot le plus large mesure 98 x 40 x 29 cm, tandis que le plus haut mesure 55 x 45 x 49 cm. Hans Vermeulen, cofondateur et PDG d’Aectual, déclare : « Nous devons nous débarrasser de l’idée négative selon laquelle le plastique est un produit jetable« , ce qui démontre l’intérêt de la société à continuer d’utiliser l’impression 3D pour promouvoir le recyclage.

impression 3D recyclage

Crédits photo : Aectual

De la vaisselle imprimée en 3D à partir de déchets alimentaires

Il y a quelques mois, le studio de design Barbara Gollackner a présenté un set de vaisselle très original. Ses composants ont été imprimés en 3D, notamment certaines assiettes, des couverts et même des bols. Baptisée Wasteware, la collection a été élaborée à partir de déchets alimentaires industriels mais aussi personnels. Pour ce faire, les déchets sont transformés en une pâte qui est ensuite extrudée sur une imprimante alimentaire 3D FDM. Avec ce projet, le studio de design entend lutter contre le gaspillage alimentaire et la production d’assiettes et de couverts « jetables » qui ont un effet négatif sur notre environnement.

Crédits photo : Barbara Gollackner

Recyclage des déchets PLA par les tatouages

Matt Harkness, étudiant à l’université de Nouvelle-Galles du Sud, a eu l’idée d’associer les tatouages sur le corps humain au recyclage des déchets de PLA générés par le processus d’impression 3D. Plus précisément, il a mis au point une machine de biorecyclage capable de convertir les granulés de déchets issus de l’impression 3D en une encre polymère PLA qui peut être implantée dans la peau à l’aide d’un dispositif spécialisé. Une fois que le PLA a pénétré dans la couche cutanée de la personne, commence le processus d’hydrolyse par lequel le corps « recycle » les particules de PLA et excrète les composants par l’urine ou l’haleine. Bien que l’idée puisse paraître saugrenue, Harkness voulait démontrer les capacités de ce matériau, son recyclage et son intégration dans le corps humain. Vous pouvez en savoir plus sur le processus dans la vidéo ci-dessous :

Deciduous, un pavillon imprimé à partir de bouteilles recyclées

L’architecture est l’un des principaux domaines dans lesquels nous avons constaté une sensibilisation accrue à la durabilité. Alors que de nombreux projets se contentent d’utiliser la fabrication additive pour réduire les déchets, le studio d’architecture Middle East Architecture Network (MEAN) est allé encore plus loin. Il a créé un pavillon, appelé Deciduous, à partir de 30 000 bouteilles d’eau en plastique recyclées. Compte tenu de leur abondance dans le monde (un million de bouteilles plastiques sont achetées chaque minutes dans le monde selon le programme des Nations unies pour l’environnement), ce projet fait beaucoup de sens. Le pavillon a été présenté au Dubai International Financial Center (DIFC) et a permis aux visiteurs de réfléchir à la nature et à la quantité de déchets produits dans le monde.

Crédits photos : NAARO

Phoenix, des baskets imprimées en 3D à partir de déchets plastiques

Les baskets Phoenix d’Oliver Cabell sont un autre projet dédié au recyclage des bouteilles en plastique. Conçues comme un moyen de s’attaquer au problème croissant des déchets jetés dans le monde, le site Web mentionne que « 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année, dont seulement 9 % sont recyclées. » La chaussure est imprimée en 3D à partir de 7 bouteilles d’eau recyclées et est entièrement lavable en machine. Les bouteilles d’eau en plastique sont broyées puis transformées en filament pour être extrudée par une machine FDM afin de créer la partie supérieure de la chaussure. La basket est disponible sur le site Web d’Oliver Cabell à partir de 59 dollars.

impression 3D recyclage

Crédits photos : Oliver Cabell

Des présentoirs imprimés en 3D avec des matériaux biodégradables

L’entreprise polonaise GREENFILL3D conçoit et produit des supports de marketing et de publicité, ainsi que des objets du quotidien, des gadgets utiles et des éléments de décoration intérieure. Tous les projets sont réalisés à partir de matériaux biodégradables ou biocompostables. Grâce à l’impression 3D, GREENFILL3D fabrique des articles individuels adaptés à chaque client. Pour ce faire, ils utilisent des filaments provenant de trois matériaux différents : GF3D Branfill3d (matériau à base de son de blé), BioWOOD (matériau à base de poudre de bois) et BioCREATE (matériau compostable).

Crédits photo : GREENFILL3D

OHMIE : la première lampe au monde fabriquée à partir de peaux d’orange

Voici Ohmie, la première lampe au monde fabriquée à partir de peaux d’orange. Elle est élégante et chic et fournit une lumière chaude. Idéale pour votre salon, votre bureau ou votre chambre, OHMIE ajoutera une touche différente à votre maison tout en aidant la planète. Chaque année, des tonnes de matériaux sont jetés dans le monde entier. Pourquoi ne pas réutiliser ces matériaux pour créer de nouveaux produits de haute qualité, évitant ainsi l’utilisation de nouvelles ressources et l’impact négatif sur l’environnement ? Pour fabriquer ces lampes innovantes, tout ce dont vous avez besoin, ce sont les peaux de deux oranges… et le résultat final vaut le détour !

Un pavillon imprimé en 3D à partir de PET recyclé

Dans le secteur de la construction, le service d’impression Royal3D a produit une sorte d’abri qui peut fonctionner comme un espace de travail imprimé en 3D. Le PET, le fameux plastique dont sont faites nos bouteilles d’eau et nos emballages alimentaires, a été utilisé pour sa construction. Ce pavillon s’appelle R-IGLO, et a été conçu sur la machine CFAM Prime de CEAD. Grâce à un travail de conception et d’ingénierie, le R-IGLO est équipé de la ventilation, du chauffage, de l’électricité et d’un éclairage LED. L’un de ses avantages est qu’il peut être fabriqué dans la taille et la couleur de votre choix, avec un délai de fabrication de quelques semaines seulement. Il s’agit d’une option qui s’adapte à la fois à la demande des clients et aux différents lieux, de sorte qu’il peut fonctionner aussi bien comme espace de travail que comme stand d’exposition !

Crédits photo : Royal3D

Azur Printed Homes : la maison durable

Azur Printed Homes est une entreprise américaine qui souhaite innover dans l’ensemble du secteur de la construction grâce à la fabrication additive. Avec le projet d’ouvrir une usine de 15 000 mètres carrés en Californie, l’entreprise souhaite fabriquer des habitations à partir de plastique recyclé. Elle a imaginé le concept de Accessory Dwelling Units (ADU), des sortes de petites cabines d’une pièce à assembler et mixer selon les besoins. Vous pouvez configurer chacun de ces ADU depuis l’outil en ligne de l’entreprise qui se chargera ensuite de l’imprimer en 3D selon vos envies, le tout en moins de 24 heures.

impression 3D recyclage

Crédits photo : Azur

R3direct offre une nouvelle vie aux déchets

L’entreprise italienne R3direct s’est donné pour mission de fabriquer des objets composés à 100 % de plastique recyclé post-consommation et entièrement imprimés en 3D. En utilisant la fabrication additive et beaucoup de créativité, l’entreprise imagine toutes sortes de pièces. R3direct imprime le plastique à partir de granulés plastiques, ce qui signifie qu’il n’est pas transformé en filament et qu’il nécessite donc moins d’énergie et produit moins de CO2. L’entreprise est le fruit de l’association du designer Stefano Giovacchini et de Cresco Lab, une société d’ingénieurs créatifs. Ensemble, ils sont déjà capables d’imprimer des objets jusqu’à un mètre cube, et travaillent actuellement à la production future d’objets beaucoup plus grands par impression 3D.

impression 3D recyclage

Crédits photo : R3direct

Yuma Labs, du festival à l’imprimante 3D

Vous êtes-vous déjà demandé ce que deviennent les déchets des grands festivals ? Si l’on considère la quantité produite, on se rend compte de notre consommation excessive de produits en tout genre. L’entreprise Yuma Labs a conclu un partenariat avec le festival Tomorrowland, connu et apprécié dans le monde entier afin d’imprimer en 3D les montures de ses lunettes de soleil. Celles-ci sont composées à 100 % de plastique recyclé. Le matériau utilisé provient à 50 % de bouteilles et de gobelets en plastique recyclés collectés au Tomorrowland. Les bouteilles et les gobelets sont triés, lavés et broyés. La matière est ensuite introduite dans les imprimantes 3D afin de créer des lunettes de soleil uniques et durables.

Crédits photo : Yuma Labs

Que pensez-vous de ces projets combinant impression 3D et recyclage ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks