menu

Les applications de l’impression 3D au service de la mode

Publié le 10 juillet 2020 par Mélanie R.
impression 3D et mode

Ces dernières années, les technologies d’impression 3D ont pénétré l’industrie de la mode, en particulier le secteur de la haute couture, pour offrir plus d’innovation dans les designs. Compte tenu de la liberté de conception que permet la fabrication additive, il est logique que les stylistes soient intéressés à travailler avec cette technologie pour créer des formes complexes et des pièces originales. Des chaussures aux robes, la mode imprimée en 3D est très différente des vêtements fabriqués de manière conventionnelle. Chaque modèle tend à être unique, personnalisé et durable. C’est une autre des raisons pour lesquelles l’impression 3D est intéressante pour ce secteur. De plus, la réduction des déchets dans ce secteur est un défi que certains créateurs veulent relever chaque jour, veillant à concevoir des collections plus « vertes ». Nous avons décidé de vous montrer quelques applications de l’impression 3D au service de la mode, classées par ordre alphabétique.

Annie Foo et ses chaussures

Annie Foo est une créatrice de chaussures haut de gamme qui utilise des technologies d’impression 3D dans son processus de fabrication. Elle explique qu’elle a toujours été fascinée par la combinaison des méthodes de fabrication de chaussures existantes avec les technologies et les matériaux modernes pour créer quelque chose de nouveau. Et c’est exactement ce que sont ses chaussures imprimées en 3D : originales. À l’aide d’un logiciel de modélisation 3D, elle a conçu des formes complexes pour donner à ses chaussures un aspect esthétique. Ses pièces finales, produites pour les défilés, ont été réalisées avec la machine Jet Fusion 4200 de HP, en utilisant du PA12 (nylon).

impression 3D et mode

Les chaussures d’Annie Foo

Anouk Wipprecht et la Proximity Dress, une robe pour respecter les gestes barrières

Anouk Wipprecht est une styliste hollandaise connue pour associer nouvelles technologies et mode afin de créer des vêtements uniques, dotés de fonctionnalités insoupçonnées. C’est le cas de sa nouvelle robe baptisée Proximity Dress. Anouk l’a imaginée dans le cadre de la crise sanitaire : la robe comprend différents capteurs qui sont capables de détecter le non-respect des distanciations sociales. Si une personne s’approche trop du porteur de la robe, celle-ci s’étend pour créer une sorte de barrière. Une idée astucieuse développée en partie grâce à l’impression 3D : Anouk a eu recours au procédé SLS ainsi qu’à la technologie PolyJet de Stratasys pour fabriquer différents composants de la Proximity Dress.

impression 3D et mode

La Proximity Dress

Ganit Goldstein, la mode sur-mesure

La jeune styliste israélienne utilise depuis quelques années déjà l’impression 3D afin de créer des vêtements sur-mesure et parfaitement adaptés à chacun. Sa première collection, baptisée « Between the Layers », comprend 7 vêtements et 6 paires de chaussures imprimés en 3D sur des machines Stratasys, notamment une PolyJet qui permet de combiner de multiples couleurs. Ganit Goldstein explique qu’elle commence toujours son travail par un scan 3D corporel afin d’ajuster ses créations à une silhouette spécifique. Elle espère ainsi proposer des vêtements personnalisés, confortables et adaptés à chacun.

L’une des robes imprimées en 3D par Ganit Goldstein

Iris van Herpen : entre impression 3D et nature

Iris van Herpen est sans doute l’une des stylistes de l’impression 3D les plus connues sur le marché. La jeune femme hollandaise s’est très vite penchée sur les technologies 3D, convaincue des avantages qu’elles peuvent apporter au secteur de la mode. Elle a notamment conçu plusieurs collections présentées à diverses Fashion Week – on pense par exemple à « Ludi Naturae », une collection centrée sur la nature qui comportait la robe Foliage composée de motifs en forme de feuilles imprimés en 3D. Grâce à une imprimante 3D PolyJet, Iris van Herpen a pu créer des feuilles d’une épaisseur de 0,8 mm se fondant sur un tulle. La styliste est également à l’origine de plusieurs chaussures imprimées en 3D, réalisées en collaboration avec la marque United Nude.

La robe Foliage

Julia Daviy et sa jupe zéro déchet

La styliste Julia Daviy travaille avec l’impression 3D depuis 2017, particulièrement fascinée par la liberté qu’elle crée en termes de choix des matériaux et de structure. Il y a un an, elle a finalement décidé de se lancer dans le monde dans la mode et de la fabrication additive avec la première jupe personnalisée « Zéro Déchet » imprimée en 3D. La styliste affirme que la jupe produit moins de 1% de déchets lors de sa fabrication en utilisant des filaments recyclables. Cela était particulièrement important pour elle car elle considère l’impression 3D (principalement le procédé SLA) comme le début d’une nouvelle ère de la mode qui lui permettra de s’éloigner de la production de masse et de se diriger vers une fabrication respectueuse de l’environnement, tout en utilisant tout le potentiel des matériaux disponibles. La jupe est fabriquée sur commande selon les souhaits du client.

impression 3D et mode

La jupe zéro déchet

Julia Körner

Vous avez probablement déjà vu l’une des plus célèbres créations de Julia Körner si vous avez regardé le film Black Panther, pour lequel elle a créé des costumes élaborés avec Ruth E. Carter en utilisant l’impression 3D, ce qui a permis de développer des structures extraordinaires et particulièrement fines. La créatrice et fondatrice de JK Design GmbH s’était déjà fait un nom dans l’industrie de la mode en 2013 lorsqu’elle a développé la première robe imprimée en 3D avec Iris Van Herren et Materialise 3D. Sa dernière collection, intitulée « Chro-Morpho », a été créée en collaboration avec Stratasys et vise à démontrer les possibilités et la diversité de l’impression 3D dans le monde de la mode. La nature est une grande source d’inspiration, comme en témoigne la photo ci-dessous : la veste SETAE rappelle un papillon de nuit du coucher du soleil à Madagascar.

La veste de Jula Körner

La robe du Met Gala 2019

Le Met Gala à New York est l’un des plus grands événements de la mode. L’année dernière, on a pu y voir une robe imprimée en 3D créée par le designer Mac Posen en collaboration avec GE Additive et Protolabs. La robe s’appelle « Rose » et était portée par le mannequin Jourdan Dunn. Comme son nom l’indique, il s’agissait d’une robe faite de pétales de rose imprimés en 3D. La technologie SLA a été utilisée et les pièces imprimées ont été peintes avec de la peinture automobile pour créer un look spécial. Le designer a également imprimé un bustier personnalisé utilisant la technologie SLA, porté par l’actrice Nina Dobrev. Mac Posen a démontré la polyvalence de l’impression 3D grâce à divers accessoires imprimés en 3D.

impression 3D et mode

La robe Rose est faite de 21 pétales de rose imprimés en 3D

New York Fashion Week

L’année dernière, pendant la Fashion Week de New York, la fabrication additive a largement contribué à la beauté et l’originalité des défilés. Stratasys a notamment présenté sa nouvelle technique – l’impression 3D directement sur le tissu, par opposition à l’attachement des éléments déjà imprimés en 3D sur les vêtements. Le géant de la fabrication additive a collaboré avec les créateurs de mode threeASFOUR et Travis Fitch pour créer une collection appelée Chro-Morpho, qui s’inspire de la morphologie des couleurs et du filtrage de la lumière des ailes d’insectes. L’effet visuel de changement de nuances et de profondeur sur un tissu a été obtenu par l’impression 3D de cellules de la taille d’une écaille de poisson faites de photopolymères directement sur un tissu en polyester. Les milliers de cellules sur les 27 parties de la robe sont constitués d’une lentille transparente avec des bandes de couleur à l’intérieur.

La robe de la collection Chro-Morpho

VIP TIE et ses cravates imprimées en 3D

VIP TIE est une société italienne qui est célèbre pour ses cravates imprimées en 3D. Son objectif est de proposer des accessoires de mode aussi personnalisés que possible afin de satisfaire les besoins et les désirs des clients. VIP TIE combine à la fois le luxe et un design high-tech innovant. Le processus de création d’une seule cravate peut inclure un mélange complexe de plusieurs procédés et matériaux complémentaires : artisanat, broderie, impression 3D, cuir exotique, nacre, fibre de carbone, argent, or et argent massif plaqué. En plus du côté personnalisaton, un autre avantage de VIP TIE est que plus de 80 % des matériaux utilisés sont 100 % écologiques.

Les cravates VIP TIE

VOJD Studios et ses bijoux

VOJD Studios est une startup basée à Berlin qui crée des accessoires et des bijoux imprimés en 3D pour défier les perceptions de conformité. La vision de l’entreprise est de promouvoir une synergie entre le luxe et la progression. Par conséquent, la marque associe les dernières innovations technologiques à un savoir-faire traditionnel de qualité pour redéfinir la façon dont les gens pensent au design. En plus de ses collections de bijoux, VOJD travaille également avec des acteurs de la mode de luxe tels que Kenzo, Acne Studios, Louis Vuitton, Alexander McQueen et Carolina Herrera et les aide à intégrer l’impression 3D dans leurs collections. En ce qui concerne la technologie, VOJD travaille principalement avec les technologies SLS, DMLS, liage de poudre et SLA et utilise un large éventail de matériaux tels que l’argent, l’acier, la céramique, le nylon, la résine, etc.

impression 3D et mode

Le collier imprimé en 3D de VOJD Studios

XYZBAG et ses sacs imprimés en 3D

Basée à Turin, XYZBAG est une société italienne qui se consacre à la fabrication et à la personnalisation de sacs à main. Pour chaque sac, le client doit choisir entre plusieurs options de conception basées sur 3 produits différents. Une fois le modèle choisi, la conception sera réalisée dans un logiciel de CAO avant de passer à la fabrication. À l’origine, XYZBAG propose une couleur noire en standard, mais le client peut choisir une autre couleur spéciale sur demande, qui sera peinte à la main par des artisans professionnels. Pour la création des accessoires, la société utilise la technologie SLS, bien qu’elle ait récemment intégré le processus HP Multi Jet Fusion. Annalisa Nicola, PDG de XYZBAG, déclare que l’impression 3D offre de grands avantages au monde de la mode, en permettant une plus grande liberté de conception et de personnalisation.

Un sac imprimé en 3D par XYZBAG

Zap&Buj et ses designs originaux fabriqués en Espagne

Les designers espagnoles Elena Zapico et Raquel Buj, sont les fondatrices de la société Zap&Buj. La société a été créée avec l’idée de combiner l’architecture avec le design de mode, en intégrant également des technologies d’impression 3D pour la fabrication de vêtements. Pour avoir une idée de la méthode qu’ils utilisent, certains de leurs dessins ont été réalisés avec un filament flexible en 3D sur un tissu de tulle élastique. Cela permet d’adapter la pièce aux différents mouvements du corps des modèles. Les deux fondatrices affirment que la fabrication additive a facilité la matérialisation des géométries organiques et le processus d’expérimentation et de prototypage avant la création des ensembles. Zap&Buj a déjà prévu plusieurs projets qui, suivant l’essence même de la marque, tenteront de rapprocher l’impression 3D, l’architecture et la mode.

Les créations de Zap&Buj

Zer Collection, impression 3D et mode durable

Le studio de design de la Collection ZER a été créé par les artistes espagnoles Ane Castro et Núria Costa. Située à Barcelone, l’entreprise utilise différents procédés de fabrication numérique pour développer ses vêtements originaux. Sa collection se distingue par l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement. Ils utilisent généralement une imprimante 3D avec des filaments souples et biodégradables pour fabriquer les vêtements. Ils disposent également d’une machine à broder industrielle qui leur permet de créer des vêtements sans coutures ni déchets. Malgré cela, le studio pense déjà à intégrer d’autres technologies qui leur permettront d’expérimenter de nouveaux modèles, comme une machine de découpe laser ou un scanner corporel. ZER Collection tente d’apporter une valeur ajoutée à ses vêtements, lui permettant de toucher un public plus varié.

La ZER Collection

Que pensez-vous de la place de l’impression 3D dans la mode ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. […] une jupe, une veste ou même des chaussures chez soi ? C’est l’objectif de Danit Peleg, diplômée du Shenkar College en Ingénierie et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you