menu

Avec le projet HERON, Aitiip souhaite améliorer l’efficacité énergétique dans l’aéronautique

Publié le 28 septembre 2021 par Philippe G.

Le centre technologique Aitiip de Saragosse a pris les rênes du projet européen HERON. Un projet né suite à l’engagement européen en faveur de l’environnement, visant notamment à diminuer les émissions de carbone de l’industrie aéronautique. L’objectif principal d’HERON est de transformer les systèmes de production de ce secteur, qui est actuellement l’un des plus grands contributeurs d’émissions de CO2 au niveau mondial. Et pour y parvenir, Aitiip s’est engagé à développer une série de solutions technologiques innovantes afin de fabriquer l’outillage nécessaire pour atteindre les objectifs de la mission. Ces outils seront ensuite utilisés pour fabriquer, entre autres, un démonstrateur d’aile d’avion plus respectueux de l’environnement.

Ces derniers temps, fabrication additive et durabilité sont régulièrement associées. Et pour cause, la technologie offre la possibilité de fabriquer des pièces durables en utilisant seulement la quantité nécessaire de matière. De plus, l’impression 3D permet de réduire les temps de production, et n’émet qu’une faible quantité de gaz lors du processus de fabrication. Cependant, malgré ces avantages, il reste encore beaucoup à faire en matière de durabilité, et notamment dans l’industrie aéronautique. Selon les données de l’Union européenne, le transport aérien représente environ 2 % des 36 milliards de tonnes de CO2 générées chaque année par l’activité humaine. C’est pourquoi l’impression 3D va également jouer un rôle de premier plan dans le projet HERON qui, grâce aux solutions du centre technologique Aitiip, entend réduire ces chiffres.

Le centre technologique Aitiip dirige le projet HERON avec d’autres organisations européennes.

Qu’est-ce que le projet HERON ?

Financé par la Commission européenne à hauteur de près d’un million d’euros, le projet HERON porte sur le développement d’outils destinés aux ailes d’avion. Les trois parties à fabriquer sont le bord d’attaque, la boîte de torsion et le bord de fuite. L’objectif final est de rentabiliser les processus de production dans l’aéronautique en adoptant l’économie circulaire tout au long de la chaîne de valeur. Mais comment y parvenir ? Les organisations collaboratrices du projet souhaitent développer un ensemble de technologies avancées et intelligentes combinant des procédés hybrides de fabrication additive et d’usinage de haute précision.Les outils qui en résulteront permettront d’améliorer les paramètres aérodynamiques de l’aile – l’avion consommera donc moins de carburant. D’après Aitiip, le projet pourrait réduire les émissions de CO2 de 30 %.

Membre du projet HERON, la société britannique Alchemie a récemment présenté le PU3721, un système de polyuréthane à deux composants destiné à l’impression 3D de pièces de grande taille. Ce matériau permettrait de fabriquer des pièces à faible densité et de haute résistance. Alchemie cherche ainsi à améliorer les processus et les structures, en réduisant le temps de production, les coûts de fabrication, la consommation d’énergie et l’impact environnemental. Si pour le moment, HERON n’en est qu’à l’étape de projet, il sera très intéressant d’observer comment ces différentes initiatives vont se développer, et comment les technologies de pointe seront utilisées. 

Crédits photo : HERON Project

Que pensez-vous du projet HERON ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you