menu

La startup HealthPrint veut imprimer en 3D le plâtre de demain

Publié le 9 février 2015 par Alex M.

La startup HealthPrint annonce avoir récolté la somme de $100,000 afin de développer le plâtre de demain grâce… à l’impression 3D ! Basée en Russie, la compagnie compte révolutionner le plâtre de contention classique et imagine un modèle respirant, étanche, mais surtout permettant de soulager rapidement les éventuelles démangeaisons.

article_zdravprint

HealthPrint veut faire du plâtre imprimé en 3D la norme de demain

Et pour se faire, HealthPrint imagine une pose du plâtre en 3 étapes. La première consiste à numériser le membre fracturé, que ce soit une jambe, un bras ou un poignet, afin d’en obtenir le modèle 3D. Dans un deuxième temps, le plâtre ou l’attelle est créé de manière numérique par un logiciel de création 3D avant d’être imprimé en 3D à partir d’un plastique bio-compatible et dans la couleur préférée du patient. Finalement, le médecin se charge de poser le plâtre sur-mesure sur le patient en quelques secondes.

Plus confortable et hygiénique, le plâtre mis au point par HealthPrint n’est toutefois pas nouveau, et trouve ses origines dans un projet étudiant dénommé Cortex datant de 2013. À l’époque, Jake Evill de l’Université Victoria de Wellington, en Nouvelle-Zélande, avait imaginé un plâtre similaire réalisée grâce à une imprimante 3D en 3 heures.

Cortex, un projet étudiant de plâtre  imaginé dès 2013

Cortex, un projet étudiant de plâtre imaginé dès 2013

Alors qu’un plâtre mal posé risque de ne pas être efficace sur la lésion, le recours à l’impression 3D permettra au médecin d’obtenir un plâtre aux-mesures exactes du patient, capable de soigner plus rapidement et plus efficacement le membre blessé.

La plus grande difficulté à surmonter viendra toutefois des temps d’impressions estime la startup. Alors qu’un plâtre traditionnel requiert environ 5 minutes, le recours à l’impression 3D demande plusieurs heures. Cependant, une fois le modèle 3D envoyé à l’imprimante, le travail humain est quasi-nul. Une solution qui pourrait ainsi être bénéfique au médecin comme au patient.

Quelques exemples de plâtres imprimés en 3D par HealthPrint :

article_zdravprint5

article_zdravprint4

article_zdravprint3

Pour rester informé abonnez-vous à notre flux RSS ou pages Facebook Twitter Google+ ou LinkedIn

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. […] le Dr. Corre utilisait l’impression 3D pour réaliser des modèles anatomiques. De son côté la startup HealthPrint imaginait le plâtre de demain grâce à l’impression […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK