menu

Une galette des rois conçue à l’aide des technologies 3D

Publié le 6 janvier 2020 par Mélanie R.
galette des rois

Tous les ans, nos boulangeries proposent la fameuse galette des rois pour l’Epiphanie : le célèbre gâteau à la frangipane fait saliver plus d’un français ! Alors quand on a entendu que la pâtissière Nina Métayer avait utilisé l’impression 3D pour concevoir sa galette pour la nouvelle année, nous n’avons pas pu passer à côté. Surtout que la galette frappe par son esthétisme : elle reprend la rosace de Notre Dame de Paris, un hommage suite à l’incendie survenu quelques mois auparavant. La pâtissière a réalisé un moule imprimé en 3D avec du PLA, coulé ensuite dans du silicone alimentaire – un travail qui lui aura valu plusieurs heures de travail afin d’obtenir un résultat le plus fidèle possible. Les 100 dernières galettes seront vendues ce week-end à la boulangerie The French Bastards, dans le 11ème.

Ce n’est pas la première fois que Nina Métayer, élue meilleur chef pâtissier en 2016 et 2017, a recours aux technologies 3D pour créer des pâtisseries innovantes : elle possède depuis quelques années une imprimante 3D Magis de Dagoma qui lui permet de concrétiser plus facilement ses idées. Elle nous a confiés : “Je passe d’une idée abstraite à une première itération très rapidement et je suis capable de modifier ce qui ne va pas jusqu’à obtenir le design parfait. L’impression 3D m’offre davantage de créativité et de précision : c’est extrêmement important en pâtisserie.” Une réflexion qui nous rappelle celle de Dinara Kasko, autre pâtissière qui a recours à l’impression 3D pour imaginer des moules complexes et des formes originales.

Il aura fallu de nombreuses heures de travail pour concevoir cette rosace (crédits photo : Nina Métayer)

La préparation de la galette des rois

Nina souhaitait rendre hommage à Notre-Dame et recréer une rosace sur la galette, un design très riche en détails. Son principal défi résidait dans le niveau de finesse pâtissière qu’elle pouvait atteindre sans casser la pâte lors du démoulage. C’est pour cela qu’elle a réalisé de nombreux tests avant d’obtenir le bon moule : elle a imprimé en 3D une dizaine de pièces chez elle, sur son imprimante 3D FDM de bureau avec du PLA, après avoir vectorisé son modèle sur Illustrator. Le moule est doté de plusieurs épaisseurs afin de retranscrire les détails de la rosace : celle-ci n’étant pas plate, il fallait pouvoir gérer ses différents volumes. Il a ensuite été coulé dans du silicone alimentaire. Nina explique que l’ensemble du processus était assez long car il a fallu faire des tests à chaque fois, que ce soit au niveau de la modélisation, du volume, de la prise dans le silicone, etc. 

Si le design de la galette est très original, Nina nous a confiés qu’elle a également travaillé sur une recette un peu différente de la traditionnelle galette à la frangipane. Le feuilletage est réalisé avec du beurre AOP Charente-Poitou, le sucre de la frangipane a été caramélisé et de la cannelle ainsi que des morceaux d’amandes torréfiées ont été ajoutés. Nina Métayer conclut : “L’impression 3D est ici le mélange parfait entre l’artisanat qui me tient beaucoup à coeur, et la modernité. Je pense qu’il est important de s’ouvrir à toutes les techniques de pointe en pâtisserie et je trouve que l’impression 3D vient apporter une précision supplémentaire. C’est un outil très intéressant pour nous.” 

La pièce imprimée en 3D pour réaliser le moule en silicone (crédits photo : Nina Métayer)

La pâtissière a déjà vendu 100 galettes le week-end dernier à la boulangerie The French Bastards – pas de panique, 100 galettes supplémentaires seront en vente les 11 et 12 janvier, au même endroit. Disponibles à partir de 40 euros, on vous conseille de vous y rendre tôt car la première tournée est rapidement partie. Vous pouvez retrouver toutes les réalisations de la pâtissière française sur son site officiel.

Seulement 100 galettes seront vendues ce week-end (crédits photo : Nina Métayer)

Allez-vous craquer pour cette galette des rois conçue grâce à l’impression 3D ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Mekaz dit :

    Le pla c’est pas foufou pour la bouffe non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK