menu

Future Fusion PEAK3D, des baskets entièrement imprimées en 3D

Publié le 8 juillet 2019 par Mélanie R.
Future Fusion PEAK3D

La marque chinoise PEAK a récemment fait un tabac sur le marché de la chaussure avec sa nouvelle paire de basket, conçue en partie grâce à l’impression 3D. Baptisées Future Fusion PEAK3D, 600 paires se seraient vendues en seulement quelques heures. Il faut dire aussi que la chaussure est particulièrement innovante puisqu’elle comporte une semelle imprimée en 3D mais aussi une empeigne créée sur une imprimante 3D à dépôt de fil. Trois couleurs ont été proposées aux consommateurs qui se sont jetés sur ces baskets à moins de 170€. 

Quand on parle d’impression 3D et de chaussures, on rencontre souvent des produits qui sont partiellement conçus via les technologies 3D – c’est d’ailleurs la semelle intermédiaire qui est souvent imprimée en 3D. Les exemples ne manquent pas à l’appel, certains fabricants se lancent même dans la production en masse de chaussures ultra personnalisées comme Carbon et Adidas ou plus récemment New Balance et Formlabs. L’entreprise chinoise PEAK s’était également lancée sur ce marché avec des chaussures conçues spécialement pour le basketball – à partir de TPU, elle avait imprimé en 3D la semelle intermédiaire ainsi que les côtés de la basket, offrant alors plus de flexibilité et de légèreté pour des performances plus élevées.

Future Fusion PEAK3D

Future Fusion PEAK3D, semelle et empeigne imprimées en 3D

Les Future Fusion PEAK3D seraient également imprimées en 3D à partir de TPU ; pour la semelle, l’entreprise a eu recours à une machine de frittage laser qui lui a permis de créer une structure creuse. On a finalement besoin de beaucoup moins de matière, ce qui a permis de réduire le poids de la semelle : selon PEAK, la chaussure ne pèse que 250 grammes. Cette géométrie permettrait également d’avoir une meilleure absorption des chocs et d’être antidérapante. Si on se penche sur l’empeigne de la basket, elle serait entièrement imprimée en 3D, cette fois-ci à partir de filaments plastiques. Dans certains cas, des marques personnalisent l’empeigne en imprimant en 3D des motifs directement sur le tissu à couper – c’est le cas de Voxel8. Or, dans ce cas-là, PEAK aurait directement imprimé en 3D la totalité de l’empeigne, en superposant des couches successives de filament TPU.

Pour l’instant, seulement 600 paires de Future Fusion PEAK3D ont été fabriquées ; elles ont rencontré un franc succès puisqu’elles ont toutes été vendues en ligne en seulement quelques minutes. On peut se demander si l’entreprise chinoise produira davantage de modèles : la technologie de dépôt de matière fondue est-elle suffisamment rapide pour répondre à de tels besoins ? Remplacera-t-elle les procédés de production traditionnels ? En attendant de voir comment les technologies 3D évolueront sur le marché de la chaussure, vous pouvez retrouver plus d’informations ICI.

future fusion peak3D

La structure de la semelle imprimée en 3D est creuse

Que pensez-vous de ces baskets imprimées en 3D ? Partagez votre opinion en commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK