menu

Un fauteuil de Marie-Antoinette restauré grâce à l’impression 3D

Publié le 21 février 2015 par Alex M.

Un avantage de l’impression 3D souvent mis en avant par les médias est la possibilité pour le particulier de réparer facilement des objets de son quotidien. En vous rendant sur un site de modèles 3D, vous pourrez avec un peu de chance télécharger l’anneau cassé de votre rideau de douche, votre bouton de porte qui ne se visse plus ou votre accroche-serviette perdu… avant de la répliquer sur votre imprimante 3D ou bien de le commander sur un site de cloud manufacturing.

article_marieantoinette1

Le fauteuil ayant appartenu à Marie-Antoinette avant sa restauration

Mais qu’en est-il quand un musée utilise l’impression 3D pour restaurer des objets vieux de plusieurs centaines d’années ? Zoe Allen, conservatrice au Victoria & Albert Museum dévoile aujourd’hui comment elle et son équipe sont arrivés à redonner vie à un fauteuil ayant appartenu à Marie-Antoinette grâce à l’impression 3D.

Depuis sa création en 1788, la pièce de mobilier appartenant au musée a connu plusieurs restaurations dont la dernière date de 1970. Aujourd’hui, suite à des recherches menées par le Metropolitan Museum of Art de New-York, des documents ont permis de retrouver l’état initial du fauteuil, de la dorure originale, en passant par le choix des tissus ou de la peinture de l’époque.

C’est à cette occasion que le musée londonien a décidé de restaurer le siège royal afin de lui redonner une nouvelle jeunesse en ayant notamment recours à l’impression 3D, un outil encore très peu utilisé par les conservateurs et musées autour du monde.

La partie la plus abimée du fauteuil royal

La partie la plus abimée du fauteuil royal

La partie la plus endommagée du fauteuil est celle qui a nécessité le recours à l’impression 3D. Pour commencer, un moule a été conçu afin de recréer la partie intacte de la chaise, qui a alors été numérisé à l’aide d’un scanner 3D pour en obtenir le clone symétrique à partir d’un logiciel 3D. Un modèle imprimé en 3D a alors été réalisé, réplique fidèle de la partie manquante. Finalement, un dernier moule a été mis au point pour obtenir la pièce manquante dans un matériau proche du bois.

Les différentes étapes en photos :

article_marieantoinette3

Le scan 3D de la partie intacte recréée par un moule

article_marieantoinette4

Par symétrie, les équipes du musée ont obtenu le modèle 3D de la partie manquante

La pièce imprimée en 3D à gauche

La pièce imprimée en 3D à gauche

Après plusieurs étapes de finition, allant du capitonnage à la peinture en passant par la dorure à la feuille d’or, le fauteuil retrouvait ses couleurs passées pour le plus grand plaisir des visiteurs du V&A Museum.

Le fauteuil suite à la restauration

Le fauteuil de Marie-Antoinette suite à la restauration

Plus d’informations sur le blog du musée ICI.

Pour rester informé abonnez-vous à notre flux RSS ou pages Facebook Twitter Google+ ou LinkedIn

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK