menu

Le marché de la fabrication additive polymère porté par les poudres plastiques

Publié le 3 mars 2020 par Mélanie R.

Le cabinet d’études SmarTech Analysis, spécialisé dans l’industrie de la fabrication additive, présente son quatrième rapport annuel sur le marché des polymères en impression 3D : celui-ci devrait générer $11,7 milliards de revenus en 2020 pour atteindre les $24 milliards en 2024 et $55 milliards en 2030. Une croissance notamment portée par les procédés sur lit de poudre qui ont fortement augmenté ces dernières années : la technologie est plus attrayante pour les industriels car elle offre une meilleure productivité et la possibilité d’imprimer des pièces en série. Cette année, le rapport de SmarTech Analysis a adopté une approche verticale en prenant en compte les applications créées et les secteurs d’activité : automobile, aéronautique et biens de consommation principalement. Il s’est intéressé à tout type de pièces : prototypes, moules, outillage et pièces finies. Enfin, l’étude divise les procédés d’impression 3D en quatre famille : lit de poudre, extrusion, photopolymérisation et jet de matière, chacune correspond à un ou plusieurs matériau(x) polymère(s). 

Ces dernières années ont beaucoup été marquées par l’ascension de la fabrication additive métal notamment avec l’arrivée de fabricants souhaitant rendre la technologie plus accessible. Mais le marché de l’impression 3D polymère est resté fort, proposant davantage de matériaux et des procédés plus rapides, tournés vers l’industrie. Il suffit de voir la diversité des matériaux proposés : thermoplastiques standards, techniques, hautes performances, résines, poudre, matériaux composites, etc. Cette diversité permet aux professionnels de concevoir des pièces avec des propriétés mécaniques, chimiques ou encore physiques proches du secteur manufacturier. 

Revenus générés par la fabrication additive polymère de 2019 à 2024 (en millions de dollars)

L’avenir de la fabrication additive polymère

Les procédés de photopolymérisation et d’extrusion ont longtemps dominé le marché de l’impression 3D polymère étant historiquement les pionniers de la technologie. Il faut dire aussi qu’ils regroupent de nombreuses applications et permettent d’utiliser différents matériaux – résines, filaments ou encore granulés. Toutefois, il semblerait que les procédés sur lit de poudre prennent le dessus : selon SmarTech Analysis, ils généreront plus de revenus que l’extrusion en 2024 et se rapprocheront de très près de ceux de la photopolymérisation. Il faut dire aussi que le frittage de poudre par exemple est davantage adapté aux besoins des industriels : la technologie peut faire du volume, atteindre un niveau élevé de productivité et de répétabilité, et fabrique des pièces qui présentent des performances mécaniques certaines. 

Par conséquent, côté matériaux, il n’est pas surprenant de voir que les poudres plastiques et plus particulièrement le polyamide, sont en pleine croissance. Le PA12 et PA11 sont davantage utilisés – cela peut aussi s’expliquer par l’arrivée de HP sur le marché de la fabrication additive qui se place dans le top 5 des plus gros fabricants internationaux.

Les polyamides sont de plus en plus utilisés (crédits photo : Flanders Investment & Trade)

L’étude de SmarTech Analysis conclut sur les différents secteurs qui auront le plus recours à l’impression 3D polymère : l’automobile et l’aéronautique devraient donc être les plus gros utilisateurs des procédés plastiques d’ici 10 ans, principalement pour des applications d’outillage et de prototypage comme c’est le cas aujourd’hui, même si de plus en plus de pièces finies sont imprimées. Les biens de consommation suivent de très près selon le rapport, particulièrement intéressés par l’ultra personnalisation. SmarTech Analysis prévoit que l’ensemble des pièces plastiques imprimées en 3D représente $40 milliards d’ici 2030 – un résultat en croissance mais qui reste relativement faible par rapport à l’ensemble de l’industrie manufacturière. Vous pouvez retrouver davantage d’informations ICI.

*Crédits photo de couverte : Evonik

Que pensez-vous de la fabrication additive polymère ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK