menu

F-elia, les bijoux optiques imprimés en 3D qui repensent les lunettes

Publié le 17 mai 2019 par Mélanie R.
f-elia

F-elia est une jeune marque française de bijoux optiques imprimés en 3D qui donne un nouveau souffle aux lunettes que nous connaissons. En effet, ces accessoires associent esthétique, praticité et nouvelles technologies, trois caractéristiques qui pourraient bien en intéresser plus d’un ! L’utilisation de l’impression 3D dans le processus de création permet d’obtenir des formes originales, complexes et uniques qui rappellent tout le potentiel des technologies 3D dans le secteur du design. C’est aussi une méthode de plus en plus prisée par la lunetterie si on en croit le dernier rapport de SmarTech Analysis qui devrait atteindre 3,4 milliards de dollars d’ici 2028. Nous avons donc rencontré Sandrine Henry, à l’origine de la marque F-elia, pour en savoir plus sur le processus de fabrication de ces bijoux optiques et comprendre comment l’impression 3D peut impacter un tel secteur.

3DN : Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre lien avec l’impression 3D ?

f-elia

Sandrine Henry, créatrice de F-elia

Bonjour Je m’appelle Sandrine HENRY, je suis designer produit avec une spécialisation en lunetterie optique et solaire, depuis plus de 20 ans. Après des études de design industriel à l’école de Nantes, j’ai débuté mon parcours, dans un grand groupe français de lunetterie situé dans le Jura, pour les licences Nina Ricci et Chevignon. Puis, j’ai été responsable design pour un fabricant français, spécialisé en monture de luxe, pour la collection Boucheron et Henry Jullien. Riche de ces expériences, je me suis installée près de Paris, à la Garenne Colombes où j’ai fondé Eiffelia design en 2011. L’agence propose une approche globale : de la création de montures aux étuis en passant par l’environnement produit pour la lunetterie sportive, fashion ou de créateur.

En 2019, j’ai créé la marque f-elia, et viens de lancer ma première collection de bijoux optiques en impression 3D. J’ai découvert cette technologie il y a une dizaine d’année, avec un fabricant chinois spécialisé dans le packaging. Il souhaitait développer sa propre gamme d’étuis avec une approche plus novatrice dans l’usage et se différencier de l’offre du marché. Pour ce faire, j’avais développé différents concepts, et il fallait valider rapidement la faisabilité technique ainsi que l’esthétique des produits. A partir de fichiers 3D, j’ai pu imprimer des des prototypes fonctionnels facilement, le tout super vite.

3DN : Comment vous est venue l’idée de créer cette gamme de bijoux optiques F-elia ?

L’idée du bijou optique m’est venue d’une part, par mes observations sur l’attitude des porteurs de lunettes, et particulièrement celles des femmes presbytes et d’autre part, en revisitant les origines de la lunette à savoir le face-à-main et la loupe.

f-elia

Crédits photo : F-elia

La presbytie est un trouble de la vue qui apparait vers 45 ans et qui affecte la vision de près. Tendre le bras pour lire correctement un document en est le premier signe ! Progressivement, porter des lunettes devient indispensable… mais pas tout le temps. Ces dernières sont donc laissées sur son lieu de travail ou chez soi. Ce sont sur ces éléments que s’est construite la première collection de bijoux optiques f-elia. Le concept de la marque s’articule autour d’un surprenant bijou imprimé en 3D, mêlant passé et futur de la lunette d’appoint. Le bijou se métamorphose en face-à-main ou en loupe pour lire le plan du métro, un menu, ses sms, et plus encore!

Les collections sont disponibles à la vente via la boutique en ligne et les magasins d’optique. D’autres lieux et boutiques éphémères sont à venir à Paris et en province. Pour la petite histoire, les noms F-elia et Eiffelia, proviennent de l’admiration que je porte à l’architecte et ingénieur Gustave Eiffel. Son travail symbolise à mes yeux l’innovation et l’originalité française. La tour Eiffel est une vraie dentelle industrielle qui dégage une poésie incroyable ! Dentelle et poésie, c’est exactement par ces termes que l’on pourrait définir les collections f-elia.

f-elia

Crédits photo : F-elia

3DN : Quelle technologie d’impression 3D avez-vous utilisée pour les fabriquer ?

Pour cette première collection, seul le support des verres est réalisé par impression 3D, en frittage de poudre (SLS) ou grâce à la technologie Multi Jet Fusion. Le polyamide a été choisi pour sa résistance, sa flexibilité, sa légèreté, ses possibilités de colorations et de finitions. D’autres matériaux sont à l’étude pour les prochaines collections.

3 modèles sont actuellement disponibles, DORA, LUNA et GALA, et sont déclinés en 4 teintes : Dark, Azur, Rosso et Granit. Les pièces sont polies /teintées, ou brutes, comme la référence « granit » qui a un magnifique aspect pierre ! Les bijoux imprimés sont associés à des matières plus traditionnelles de la bijouterie. Ils sont montés sur des cordons de soie et agrémentés de perles argent 925 millièmes. Les verres organiques sont de haute qualité, durcis et anti rayure. Les modèles sont pensés, dessinés et fabriqués en France. L’impression des pièces est faite en région parisienne.

f-elia

Crédits photo : F-elia

3DN : Pourquoi avez-vous eu recours à l’impression 3D ? Quels sont les gains associés ?

L’impression 3D libère de certaines contraintes et permet la création et la fabrication de formes complexes ou de pièces techniques. Avec cette technologie, il est facile de passer de la pièce unique à la série, de modifier et personnaliser les éléments, d’essayer différentes matières, finitions, couleurs, etc. Enfin, la consommation de matière est maitrisée (pas de déchet) et la gestion de stock optimisée.

3DN : Selon vous, quel est l’avenir de l’impression 3D dans le secteur du design ?

L’impression 3D est une révolution indéniable et ce, quel que soit le secteur d’activité. Les designers ont déjà recours à cette technologie en création alimentaire, de mobilier, dans l’automobile, le loisir, la mode le médical, etc.  Les fabricants de matériaux joueront un rôle prépondérant dans l’évolution de cette technologie. De nouvelles matières encore plus respectueuses de l’environnement, biocompatibles ou issues du recyclage des déchets en matière ré-imprimables se développeront et se combineront entres elles. En tant que designer, cette perspective est réjouissante car source d‘idées pour de nouveaux usages et produits sur mesure.

f-elia

Le bijou optique s’accorche autour du cou

3DN : Un dernier mot pour nos lecteurs?

Je vous invite à jeter un œil sur les collections f-elia et de me faire part de vos commentaires !

Que pensez-vous de ces bijoux optiques imprimés en 3D ? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you