menu

L’exosquelette du nouveau film Ghost in the Shell, un chef-d’oeuvre imprimé en 3D

Publié le 29 mars 2017 par Mélanie R.

A l’occasion de la sortie de Ghost in the Shell, adapté du manga japonais et du film animé de 1995, le designer américain Adam Savage est allé dans les coulisses du studio d’effets spéciaux néo-zélandais Weta Workshop. Il a pu en savoir plus sur les accessoires et les effets utilisés dans le film. Il s’est particulièrement arrêté sur la collection imprimée en 3D, notamment l’exosquelette du personnage principal.

Le nouveau film raconte l’histoire de Major Motoko Kusanagi, interprétée par Scarlett Johannson, une humaine sauvée d’un accident qui a un corps aux capacités cybernétiques et qui voue sa vie à arrêter les criminels les plus dangereux du monde. A l’origine de ce corps, se trouve un squelette robotique qui a été créé grâce aux technologies 3D.

exosquelette

L’ossature a été fabriquée avec plus de 300 composants interconnectés, créés grâce aux technologies 3D. « Ce que vous voyez est en fait une collection d’objets imprimés en 3D, explique un des designers de Weta Workshop à Adam Savage. Il y a une résine claire, une noire, des composants découpés au laser, d’autres faits d’après un moule, des joints en acier imprimés en 3D pour maintenir une certaine solidité. Nous avons aussi imprimé en 3D du nylon pour certains des membres pour conserver leur forme. »

L’équipe du Weta Workshop a testé différents matériaux sur l’exosquelette pendant un mois avant d’être satisfaite. Le directeur du film, Ruppert Sanders, était présent pendant la plupart des tests afin de veiller à chacun des détails.

exosquelette

Il aura fallu des centaines d’heures pour imprimer les 300 à 400 pièces individuelles. L’impression s’est basée sur un fichier complexe de conception assistée par ordinateur (CAO) également réalisé en interne.

« Notre travail est de prendre ce fichier CAO et de le transformer pour qu’il puisse être matérialisé et qu’on fabrique quelque chose de concret. » affirme l’équipe Weta Workshop.

L’exosquelette est alors recouvert d’une couche de gel, également imprimée en 3D, qui reprend la silhouette de l’actrice. C’est cette couche qui représente les muscles du personnage. Le studio a également créé un autre corps grâce à un procédé de stéréolithographie afin de concevoir le corps de Scarlett Johansson.

exosquelette

L’exosquelette apparaît dans la scène clé du film quand le personnage de Major Kusanagi, qui est au départ une intelligence artificielle, se construit physiquement. A partir de là, Scarlett Johansson se transforme en une humaine au corps cybernétique.

Pour en savoir plus sur le making-off de l’exosquelette:

Que pensez-vous de cet exosquelette? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you