menu

Europol s’inquiète du nombre croissant d’armes imprimées en 3D

Publié le 9 juin 2022 par Mélanie W.
europol

Ces dernières années, de plus en plus d’armes imprimées en 3D ont été saisies en Europe, ce qui inquiète Europol, l’agence européenne de police criminelle. C’est pourquoi une conférence a récemment été organisée pour réunir un certain nombre de professionnels et d’experts afin d’aborder le problème. « La menace posée par les armes imprimées en 3D est très présente dans le radar d’Europol« , a déclaré Martin van der Meij, un haut fonctionnaire de l’agence dans un communiqué ; il y affirme d’ailleurs qu’ils ont noté un « nombre croissant de ces armes à feu saisies dans des enquêtes à travers l’Europe. »

En 2019, deux personnes ont été abattues à Halle, en Allemagne, par un assaillant qui a utilisé une arme artisanale : celle-ci avait été imprimé en 3D à partir d’un modèle téléchargé sur internet., L’année dernière, la police espagnole a également, pour la première fois, démantelé un atelier illégal qui était dédié à la fabrication d’armes imprimées en 3D à Tenerife, une île de l’archipel atlantique des Canaries. Europol a également déclaré qu’un mois plus tard, deux hommes et une femme ont été arrêtés dans la ville britannique de Keighley, dans le cadre d’une enquête sur le terrorisme d’extrême droite, accusés de posséder des composants d’armes imprimés en 3D.

armas impresas en 3D

Europol face aux armes imprimées en 3D

Face à ce phénomène effrayant, le bureau a réuni plus de 120 parties prenantes, dont des professionnels de l’application de la loi, des experts en balistique, des médecins légistes et des décideurs politiques, cette semaine à La Haye, aux Pays-Bas, où se trouve le siège d’Europol.  M. Van der Meij explique : « Un tel défi ne peut être relevé qu’en combinant l’expertise, les ressources et les idées des services répressifs, du secteur privé et du monde universitaire pour retirer ces armes des rues. »  Après la conférence, Europol a également annoncé la création d’un réseau international d’experts en armes à feu imprimées en 3D afin de tenir les services répressifs au courant de l’évolution de ce type d’armes.

L’Europe est très avancée en matière d’impression 3D. En effet, au cours des dix dernières années, les entreprises européennes ont été à l’origine de 47 % de toutes les inventions déposées dans ce domaine auprès de l’Office européen des brevets (OEB) – la France arrive d’ailleurs en 3ème position, après l’Angleterre et l’Allemagne. Malgré l’impressionnante croissance du secteur, la « démocratisation » de ces nouvelles armes à feu « artisanales » est pour l’instant limitée par la résistance des matériaux utilisés dans l’impression 3D, qui résistent difficilement aux pressions et aux hautes températures provoquées par le tir d’un projectile. Cependant, les choses pourraient évoluer dans le mauvais sens dans les prochaines années.

armas impresas en 3D

Doit-on craindre les armes à feu imprimées en 3D ?

Que pensez-vous du nombre croissant d’armes à feu imprimées en 3D ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : Atelier Ted Noten

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Julien COPPOLANI dit :

    Faut arrêter de voir le mal là où il n’est pas
    Il y a bien eu des tentatives d’impression d’armes, mais ça reste totalement anecdotique. De plus le plastique n’est pas du tout un bon matériau pour ce type d’objet.
    Europol s’inquiète pour pas grand chose. Ils devraient bien plus s’inquiéter des armes à feu (des vraies) qui circulent dans les cités …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks