menu

Epson fait son entrée officielle sur le marché de l’impression 3D

Publié le 7 mars 2022 par Mélanie W.
epson

Difficile de ne jamais avoir entendu parler du groupe japonais Epson, notamment lorsqu’il s’agit d’imprimantes 2D. Et si on vous en parle aujourd’hui, c’est que le géant de l’électronique prend cette fois-ci un virage inattendu sur le marché de la fabrication additive. Il devrait en effet dévoiler sa première imprimante 3D dans deux jours à l’événement International Robot Exhibition 2022, 8 ans après une première annonce faite par son président, Minoru Usui. Cette nouvelle solution est une machine industrielle basée sur un procédé d’extrusion. La principale différence réside dans l’utilisation d’une vis plate en guise de buse permettant d’élargir la gamme de matériaux disponibles et la quantité de matière déposée.

En janvier 2014, à l’occasion des trente ans du groupe, Minoru Usui avait révélé ses intentions de se lancer sur le marché de l’impression 3D dans les 5 prochaines années. A l’époque, Epson considérait que la technologie avait encore de nombreuses limites notamment en termes de matériaux compatibles. Depuis, le marché a beaucoup évolué et il suffit de voir le nombre d’entreprises spécialisées dans la 2D qui ont fait le pari de la fabrication additive : on pense bien évidemment à HP, mais aussi à Canon ou Xerox. C’est au tour d’Epson qui a pour ambition de commercialiser sa nouvelle machine après une utilisation en interne. 

La machine d’Epson s’appuie sur un procédé d’extrusion (crédits photo : Epson)

Epson est resté assez discret quant à cette nouvelle imprimante 3D industrielle. On sait qu’elle sera basée sur une méthode d’extrusion rendue possible à l’aide d’une vis plate. Le fabricant précise que c’est la même que l’on retrouve sur ses machines de moulage par injection – ce sont donc des composants éprouvés et fiables. L’utilisation d’une telle vis permet surtout d’élargir la gamme de matériaux compatibles en proposant une impression 3D à base de granulés, plastiques ou métalliques, mais aussi à partir de polymères hautes performances comme le PEEK. Le fabricant précise dans son communiqué de presse :

La quantité de matériau injecté est contrôlée avec précision en régulant la pression à l’intérieur de la tête et en réglant l’action d’une valve de concert avec la vitesse de modélisation. La température à la surface de la pièce imprimée doit également être contrôlée afin d’obtenir la résistance requise. Epson utilise un mécanisme unique pour contrôler précisément cette température et obtenir à la fois force et précision.

On aura donc affaire à une machine industrielle, pensée pour la production de pièces finies de haute qualité. Elle sera présentée pour la première fois à partir de mercredi sur le stand d’Epson au salon international de la robotique qui a lieu à Tokyo. Le géant japonais révélera peut-être davantage de détails qu’on ne manquera pas de vous faire suivre ! En attendant, retrouvez le communiqué de presse ICI.

Que pensez-vous de l’arrivée d’Epson sur le marché de l’impression 3D ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks