menu

Le fabricant allemand EOS s’offre la startup Vulcan Labs

Publié le 12 février 2019 par Mélanie R.

Le fabricant allemand EOS, spécialisé dans la fabrication additive industrielle métal et polymère, a annoncé le rachat de Vulcan Labs, filiale de Stratasys qui s’est concentrée sur la fusion sur lit de poudre. L’entreprise allemande espère ainsi élargir son expertise sur cette technologie en particulier et proposer une solution de fabrication complète pour l’industrie, tous secteurs confondus.

Le marché de la fabrication additive est actuellement marqué par de nombreux investissements et rachats, preuve qu’une certaine croissance est à l’oeuvre. On pense à un des leaders de la 2D, Xerox, qui vient d’acquérir un fabricant d’imprimantes 3D, ou encore à Desktop Metal qui a levé $160 millions supplémentaires devenant alors l’entreprise privée ayant réalisé le plus important financement sur le marché de l’impression 3D. Cette fois-ci, c’est un des acteurs historiques du secteur qui s’offre une plus jeune pousse, Vulcan Labs.

eos vulcan labs

L’équipe d’experts Vulcan Labs développera la nouvelle machine d’EOS

Il est intéressant de noter que Vulcan Labs est une spin-off du géant Stratasys qui avait pour objectif d’améliorer la rapidité et la répétabilité de la technologie de fusion sur lit de poudre. Désormais, les équipes ont été intégrées au centre de recherche et de production de matériaux au Texas, entièrement dédiées aux besoins très spécifiques des industriels. Glynn Fletcher, président d’EOS Amérique du Nord, précise : “La fabrication additive est une technologie de pointe et ce n’est pas aussi simple que d’appuyer sur un bouton. Notre travail consiste à assurer la productivité et le succès de nos clients, ce qui nécessite parfois des solutions non standard, adaptées à des applications très spécifiques. Grâce à l’acquisition des plus grands talents du secteur de la fabrication additive, nous formons désormais un groupe de services d’ingénierie entièrement dédiés à ces types d’exigences.”

Les ingénieurs de Vulcan Labs devraient également se focaliser sur le développement de la nouvelle machine polymère d’EOS, la Integra P 400 lancée en décembre dernier en Amérique du Nord et dores et déjà commandée par une douzaine d’entreprise. Celle-ci serait dotée d’un volume d’impression de 420 x 420 x 500 mm et d’un seul laser (120 W ou 70 W), compatible avec des matériaux comme le TPU hautes performances et le TPE.

eos vulcan labs

L’équipe de Vulcan Labs et d’EOS Amérique du Nord (crédits photo : EOS)

David Leigh, chef de l’exploitation d’EOS Amérique du Nord, conclut : “Le moment est idéal pour rejoindre EOS et Vulcan Labs. L’impression 3D industrielle est encore relativement récente, mais elle est passée de la théorie à la pratique. Alors que les organisations tentent d’intégrer la technologie à leur chaîne de production, des experts de premier plan, tels que EOS, feront la différence entre lutte et réussite. Ce succès nécessite une base d’experts et un écosystème solide de partenaires. Vulcan Labs enrichit le savoir-faire d’EOS existant et nous distingue en apportant des solutions uniques et de grande valeur à nos clients.” Retrouvez plus d’informations dans le communiqué de presse officiel ICI.

Que pensez-vous de ce rapprochement entre EOS et Vulcan Labs ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you