menu

L’entrepreneuriat au féminin dans l’impression 3D

Publié le 8 mars 2022 par Philippe G.
entrepreneuse impression 3D

Chaque année, lors de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars est l’occasion de célébrer les actions et réalisations des femmes dans le monde entier. Alors que beaucoup d’entre elles souffrent encore de disparités sociales, d’inégalités salariales et autres, il est plus important que jamais de reconnaître l’importance des femmes dans notre propre secteur. C’est pourquoi, afin de mettre l’accent sur les entrepreneuses de l’industrie, 3Dnatives a demandé à ses lecteurs d’identifier les femmes les plus influentes de l’industrie. Ci-dessous, retrouvez quelles sont les entrepreneuses du secteur de l’impression 3D qui ont été sélectionnées et découvrez leur parcours ainsi que leurs spécialités. 

Marine Coré-Baillais, fondatrice de la Pâtisserie Numérique

Après 7 ans passés chez Sculpteo, Marine Coré-Baillais décide en 2020 de fonder sa startup tournée vers l’impression 3D alimentaire. Baptisée La Pâtisserie Numérique, celle-ci vise à révolutionner le marché de la pâtisserie grâce aux technologies 3D avec notamment le développer d’un premier slicer dédié mais aussi d’un extrudeur alimentaire. Marine a ainsi combiné deux passions, cuisine et impression 3D et est d’ailleurs retournée sur les bancs de l’école pour passer son CAP afin de devenir artisan pâtissière. Avant de créer son entreprise, elle a été commis dans de grands restaurants notamment au célèbre palace parisien, le Meurice. C’est un pari réussi pour cette entrepreneure qui a notamment remporté le Startup Contest du 3D Print Paris 2021.

Pauline Eveno co-fonde SYOS

C’est en 2016 que Pauline Eveno décide de se lancer dans l’aventure SYOS – Shape Your Own Sound – une jeune pousse qui conçoit des becs de saxophones imprimés en 3D. Elle ajoutera ensuite à sa gamme des becs pour clarinettistes. Pauline est ingénieure et docteure en acoustique et passionnée de musique depuis toute petite. Grâce à la fabrication additive, SYOS propose aujourd’hui des sons sur-mesure en fonction des besoins et envies des musiciens. C’est là où l’impression 3D apporte toute sa valeur ajoutée : elle permet de concevoir des produits uniques pour pousser les performances au maximum.

Crédits photo : Welcome to the Jungle

Beatriz Biel, fondatrice de Detresdé

L’un des principaux obstacles que les entreprises rencontrent lorsqu’elles adoptent la fabrication additive dans leur activité est le manque de connaissances. C’est pourquoi, de plus en plus, des formations et des écoles proposent des cours sur ces nouvelles technologies. Afin de démocratiser l’apprentissage de l’impression 3D, Beatriz Biel a fondé Detresdé. Initialement consacré à la fabrication additive, Detresdé dispense désormais des formations présentant de nombreuses technologies. Pour faciliter l’apprentissage, l’entrepreneuse a lancé la Detresdé Academy, où tout utilisateur peut bénéficier de conseils en rapport avec l’impression 3D. En outre, Beatriz travaille bénévolement avec l’organisation Women in 3D Printing, en tant qu’ambassadrice à Saragosse, et organise différents événements pour faire découvrir les bénéfices de la technologie, ainsi que pour encourager davantage de femmes à rejoindre ce secteur.

Christina Perla, cofondatrice de Makelab

Christina Perla, cofondatrice et PDG de Makelab, est également membre du conseil d’administration de Women in 3D Printing et ambassadrice de la ville de New York. Honorée dans le cadre de « Forbes Next 1000 2021 », une initiative visant à mettre en lumière les entrepreneurs aux États-Unis, Christina Perla a cofondé Makelab en 2017, un service d’impression 3D souhaitant démocratiser la fabrication additive en permettant aux entreprises d’d’intégrer la technologie au sein de leur processus de production. Selon Forbes, l’entreprise a connu une croissance continue malgré la pandémie et compte parmi ses clients des entreprises comme Verizon, Barkbox et RocNation.

Crédits photos : Downtown Brooklyn Partnership/Christina Perla

Nadine Briallon, fondatrice de 3Desserts Graphiques

Après plusieurs expériences professionnelles, Nadine Briallon décide en 2016 de lancer 3Desserts Graphiques. Située à Lyon, au coeur de la Foodtech et de la Frenchfab, l’entreprise conçoit et distribue des imprimantes 3D alimentaires. Le produit phare de l’entreprise est la solution baptisée L’Impressionnante. Capable de créer des motifs et des décors sur les desserts ou bien des sculptures, la machine s’adresse principalement à l’industrie agroalimentaire, à l’image des pâtissiers, des chocolatiers ou encore des traiteurs. Nadine Briallon et 3Desserts Graphiques propose également des animations événementielles autour de la personnalisation alimentaire et de la Food Design. Une réussite pour l’entrepreneuse, déjà récompensée à plusieurs reprises. 

Crédits photo : Bruno Amsellem / Divergence

Cassandra Delage et le projet Plast’If 

En 2017, Cassandra Delage fonde Plast’if, une entreprise ayant vocation à aider les sociétés à atteindre dès aujourd’hui le zéro déchet plastique et à les accompagner vers des modes de consommation plus durable. Plus précisément, Plast’if recycle les déchets plastiques et les utilise afin d’imprimer en 3D de nouveaux objets. Titulaire d’un Bachelor en commerce de McGill University au Canada et d’un Master d’Entrepreneuriat de HEC Paris, Cassandra a développé une machine en mesure de recycler une variété de plastique comme le PET, le PS ou le PP. Le tout, accompagnée de son équipe. Vous l’aurez compris, Plast’if offre aux entreprises la possibilité de minimiser leur impact environnemental et de changer leurs modes de consommation. 

Crédits photo : Christophe Pouget

Elvira León, cofondatrice d’ADDvance Manufacturing Technologies

Diplômée en tant qu’ingénieur aéronautique et titulaire d’une maîtrise en ingénierie des matériaux de l’université polytechnique de Madrid, l’espagnole Elvira León a cofondé ADDVANCE Manufacturing Technologies, une société qui propose des services et des produits destinés à soutenir l’industrialisation de la fabrication avancée. L’entrepreneuse compte plus de 20 ans d’expérience dans le secteur de l’impression 3D, et est elle aussi l’une des ambassadrices de « Woman in 3D printing”. Disposant de connaissances approfondies en termes de matériaux composites et des technologies de l’industrie 4.0, Elvira León fait aujourd’hui partie des figures majeures de l’industrie. 

Mariel Diaz, fondatrice de Triditive.

Avec plus de 9 ans d’expérience dans le secteur de la fabrication additive, Mariel Díaz est ingénieur en mécanique et ingénieur industriel spécialisé dans la gestion des organisations industrielles et la conception mécanique. Il y a cinq ans, l’entrepreneuse a fondé Triditive, une plateforme en ligne où les fabricants peuvent télécharger leurs modèles, recevoir des devis et obtenir leurs pièces dans un délai très court. Son entreprise a notamment breveté une technologie d’impression 3D automatisée pour la production de pièces en métal et en polymère, basée sur une robotique avancée. Récompensée à de nombreuses reprises, Mariel Díaz a par exemple été élue meilleure entrepreneuse d’Espagne en 2018. La fondatrice de Triditive occupe en parallèle un poste d’ambassadrice au sein de « Woman in 3D printing » et est également professeur à l’université d’Oviedo dans le cadre d’un Master en impression 3D.

Nanci Hardwick, fondatrice de MELD Manufacturing

Nanci Hardwick est la fondatrice de MELD Manufacturing, et donc de la technologie propriétaire de l’entreprise qu’elle décrit comme « différent de tout autre procédé d’impression et appartenant à sa propre catégorie de procédés car il ne fait pas fondre le métal. Il repose sur un processus thermo-mécanique qui produit une pression et une friction très élevées : celles-ci permettent la déformation plastique du matériau extrudé et du substrat sur lequel les couches sont déposées. » En plus d’être PDG de MELD Manufacturing, Nanci Hardwick a également été PDG d’Aeroprobe Corporation, une société fournissant des systèmes de mesure de données aux industries de l’aérospatiale, de l’automobile, des turbomachines ainsi que des éoliennes. Récompensée pour son travail, l’entrepreneuse a notamment reçu le prix du public 2019 DOD Maintenance Innovation, le prix 2019 USARMY xTechSearch Finalist, le prix Edison 2019 et le prix spécial R&D100 2018 pour la nouvelle technologie la plus perturbatrice.

Hannah Riedle, la fondatrice d’Anamos

Après avoir mis l’accent sur la technologie médicale pendant ses études de génie mécanique à l’Université Technique de Munich, Hannah Riedle a ensuite passé son doctorat à l’Université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg, où elle s’est concentrée sur la fabrication additive et les tests biomécaniques et médicaux. Suite à ses travaux, Hannah Riedle a fondé Anamos, qui s’est spécialisée dans le développement de modèles anatomiques pour la simulation chirurgicale. Conçus à partir de matériaux élastiques, ces modèles anatomiques sont personnalisables et permettent aux praticiens de se préparer en amont des interventions chirurgicales. L’entreprise se concentre également sur les nouvelles technologies d’impression 3D innovantes. 

Quelle entrepreneuse du secteur de l’impression 3D vous a le plus marqué ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks