menu

Les émissions d’une imprimante 3D, un risque pour notre santé ?

Publié le 27 novembre 2018 par Mélanie R.
émissions d'une imprimante 3D

Pendant deux ans, le Laboratoire Underwriters (UL) et le Georgia Institute ont mené l’étude la plus complète sur l’impact des émissions d’une imprimante 3D sur l’homme. Le suivi de l’enquête a permis de déterminer si ces émissions pouvaient constituer une menace potentielle pour notre santé.

Nombreuses sont les entreprises qui utilisent quotidiennement les technologies d’impression 3D. Il est donc devenu important de voir si elles peuvent nous affecter et quel est l’environnement le plus adapté pour travailler avec une imprimante 3D. Il y a deux ans, nous parlions déjà de l’étude réalisée par American Environmental Science & Technology sur les émissions de la fabrication additive, qui soulevaient alors quelques questions sur ses risques éventuels. Quelque temps après, l’enquête menée par l’Université de Yale posait les mêmes questions au sujet : l’impression 3D est-elle réellement une méthode de fabrication durable au sens respectueuse de l’environnement ?

émissions d'une imprimante 3D

Les émissions dépendent en partie du type de filament utilisé

Dans le cadre de l’étude publiée cette année, il a été déterminé que de nombreuses imprimantes 3D génèrent des particules ultrafines, de la taille de nanoparticules. Celles-ci peuvent être facilement inhalées par la personne en contact avec la machine et pourraient éventuellement atteindre son système pulmonaire. L’étude montre que plus de 200 composés organiques volatils peuvent être libérés pendant le fonctionnement d’une imprimante 3D, ce qui peut être à terme, assez irritant voire cancérigène.

« Des études ont montré que les imprimantes 3D à dépôt de matière fondue (FDM) conçues pour un usage grand public émettent de grandes quantités de particules ultrafines et fines. Des tests préliminaires avec des méthodes in vivo, in vitro et acellulaires ont été réalisés sur un nombre limité de filaments pour étudier la quantité de particules générées ; ils ont montré des résultats défavorables”, a expliqué le Dr Rodney Weber, chercheur principal de l’étude Georgia Tech.

émissions d'une imprimante 3D

Le Dr Rodney Weber

Comment minimiser les émissions d’une imprimante 3D ?

Les technologies d’impression 3D étant de plus en plus adoptées dans différents secteurs, le Laboratoire Underwriters a  lancé une campagne pour sensibiliser aux risques potentiels des émissions d’une imprimante 3D. Elle permet de mettre en garde sur les risques éventuels et forme les utilisateurs pour qu’ils évitent de s’exposer aux microparticules émises.

Suite à notre série d’études, nous recommandons des investissements supplémentaires dans la recherche scientifique et le développement de produits visant à réduire les émissions au minimum et une plus grande sensibilisation de l’utilisateur afin que des mesures de sécurité puissent être prises”, poursuit le Dre Marilyn Black, chercheuse qui a participé à l’étude.

Les experts donnent une liste de recommandations pour éviter d’être trop exposés aux particules : utilisez des imprimantes 3D dans des zones bien ventilées, éloignez-vous des imprimantes 3D en fonctionnement, diminuez le plus possible la température de la buse ou utilisez des imprimantes 3D et filaments qui ont été testés et certifiés comme produisant peu d’émissions. Vous pouvez aussi utiliser la solution de filtration développée par la startup française ZimpleRetrouvez plus d’informations sur l’étude des émissions d’une imprimante 3D par UL et Georgia Tech ICI.

Que pensez-vous des risques liés aux émissions d’une imprimante 3D ? Partagez votre opinion en commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK