menu

Des dragons ramenés à la vie grâce aux technologies 3D

Publié le 13 juillet 2018 par Mélanie R.
dragons imprimés en 3D

Si vous faites un tour à Londres cet été, passez par les jardins de Kew dans lesquels vous pourrez admirer The Great Pagoda, une tour octogonale de dix étages conçue en 1762 et récemment restaurée grâce aux technologies 3D. Elle vient de réouvrir au public aujourd’hui : les 72 dragons qui la décorent ont été imprimés en 3D et ont repris leur place après plus de 230 ans d’absence.

The Great Pagoda a été conçue par Sir William Chambers comme cadeau pour la princesse Augusta, la fondatrice des jardins botaniques de Kew. A chaque coin de la tour, sur les dix étages, on pouvait apercevoir des dragons en bois peints qui, vingt ans après avaient été enlevés pour réparer le toit de la tour n’ont jamais été remplacés. Patrimoine mondial de l’UNESCO, l’architecture avait besoin de conséquentes restaurations. C’est le Historic Royal Palaces (HRP) qui s’est alors chargé de ces travaux et qui a vite constaté que ramener à la vie ces dragons n’allait pas être une mince affaire.

dragons imprimés en 3D

Un dragon imprimé en 3D

72 dragons imprimés en 3D

Les travaux de restauration sont souvent longs, coûteux et posent parfois des difficultés en termes de design et d’exactitude dans la reproduction du travail original. Les technologies 3D peuvent alors devenir une solution pour contourner ces quelques défis et sont de plus en plus utilisées pour mener à bien ces restaurations culturelles et historiques. HRP s’est donc tourné vers la technologie SLS de 3D Systems pour créer des répliques légères et durables des dragons d’origine.

Nous nous sommes tournés vers 3D Systems pour avoir une cadence rapide, des détails précis et d’excellentes finitions nécessaires à ce projet, explique Craig Hatto, directeur du projet chez HRP. Les compétences en ingénierie de l’équipe de 3D Systems, la possibilité d’alléger les statues de dragons et la durabilité matérielle de l’impression 3D SLS ont été des points clés pour ce projet.

dragons imprimés en 3D

Les acteurs du projet expliquent qu’ils ont d’abord scanné en 3D le dragon en bois grâce au scanner FARO Design ScanArm. Puis, grâce à la CAO, ils ont pu ajouter quelques détails aux dragons et alléger leur poids de 60%. Cette réduction de poids significative devraient réduire les efforts placés sur cette tour historique. Les données CAO auraient également permis de mettre à l’échelle les dragons et de les fabriquer dans une variété de taille – de 1150 mm à 1850 mm de longueur.

dragons imprimés en 3D

Les dragons ont ensuite été imprimés sur des machines SLS de 3D Systems avec du DuraForm PA, un matériau polyamide nylon, idéal pour offrir cet aspect comparable aux statues d’origine. Les pièces imprimées en 3D ont ensuite été peintes à la main.  Phil Schultz, vice-président et directeur général de 3D Systems conclut : « Nous voyons si souvent la technologie d’impression 3D appliquée à de nouvelles innovations que lorsque nous avons l’occasion de littéralement écrire l’histoire, c’est passionnant. Dans le cadre de cette collaboration avec Historic Royal Palaces, nous avons pu apporter une nouvelle technologie à un monument historique, en lui redonnant sa beauté d’antan et en assurant son avenir pour les générations futures. »

Retrouvez plus d’informations sur le site officiel de 3D Systems et dans la vidéo ci-dessous :

Que pensez-vous de ces dragons imprimés en 3D? Partagez votre opinion dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you