menu

TOP 5 des vidéos de la semaine : les scanners 3D de Creaform

Publié le 1 août 2021 par Philippe G.

Cette semaine, on vous présente les différents scanners 3D fabriqués par Creaform ! L’entreprise, spécialisée dans l’impression 3D et la numérisation, propose différents types de scanners permettant de numériser toutes sortes de surfaces. Ensuite, rendez-vous à Lyon, où le Dr. Marquette et son équipe mènent le projet BLOC-PRINT, qui a pour objectif de régénérer la peau des victimes de brûlures grâce à la bio-impression. Enfin, découvrez le partenariat entre Materialise et Pinarello, qui a permis de construire un vélo très léger. On vous souhaite en tout cas un très bon dimanche à tous !

TOP 1 : Les scanners 3D de Creaform : Dans le secteur de l’impression 3D, la numérisation est régulièrement employée pour obtenir des modèles 3D de pièces existantes. Pour ce faire, il faut utiliser un scanner 3D. Creaform, une entreprise spécialisée dans l’impression 3D et la numérisation 3D, propose plusieurs scanners. Parmi eux, on retrouve le MetraSCAN, rapide et destiné aux surfaces grandes et accessibles. Pour les surfaces difficilement accessibles, le HandySCAN est plus adapté. Enfin, pour les petites surfaces, Creamform propose également le Go!SCAN, le plus rapide de la gamme d’après le fabricant :

TOP 2 : Le futur de la bio-impression : Avec son équipe, le Dr Christophe Marquette, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de l’université Lyon 1, travaille actuellement sur un projet appelé BLOC-PRINT, en partenariat avec l’armée française. L’objectif de cette initiative est de régénérer la peau des victimes de brûlures en utilisant la bio-impression directement dans le bloc opératoire. Selon le médecin, il faudra environ dix ans pour développer pleinement cette technologie. Et une fois que ce sera le cas, la bio-impression pourrait venir en aide à de milliers de personnes en attentes de transplantation ou de greffe :

TOP 3 : Materialise s’associe à Pinarello : Vous êtes sans doute au courant, l’impression 3D permet à de nombreux entreprises de l’industrie du sport de concevoir toutes sortes d’équipements. Et le cyclisme ne fait pas exception ! Pour rendre son dernier vélo plus léger, le Dogma F, Pinarello s’est associé avec Materialise afin que la société spécialisée dans l’impression 3D imprime 2 000 pièces. Grâce à ce partenariat, les deux entreprises ont fabriqué un composant crucial de la selle du Dogma F, avec un poids réduit de moitié :

TOP 4 : Le pont Striatus : À l’occasion de l’Exposition internationale d’architecture à Venise, des ingénieurs et architectes de l’ETH Zurich ont imaginé un pont imprimé en 3D en béton non armé. La structure, qui mesure 12 mètres sur 16, rejoint de nombreuses autres constructions bâties grâce à l’impression 3D. Mais la spécificité du pont Striatus réside dans le procédé d’impression 3D utilisé. Au lieu de d’appliquer des couches de béton à l’horizontal, ils ont privilégié une direction orthogonale aux flux des forces de compression :

TOP 5 : L’impression 3D s’invite aux Jeux Olympiques : Dans cette vidéo de Vision Miner, découvrez comment l’impression 3D a été utilisée par les organisateurs des Jeux Olympiques. Les 98 podiums, destinés à récompenser les vainqueurs, ont été imprimés en 3D à partir de plastiques recyclés. Une façon innovante de marier technologie et sport, tout en limitant l’emprunte écologique ! Mais ce n’est pas la seule application de la technologie lors des JO. Des sportifs, à l’image de Céline Goberville, participeront à la compétition avec des équipements imprimés en 3D :

Que pensez-vous des scanners 3D de Creaform ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : Creaform

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you