menu

Comment les entreprises françaises de l’impression 3D font-elles face au Covid-19 ?

Publié le 25 mars 2020 par Mélanie R.
covid-19

Ces derniers jours, l’incertitude sur l’évolution de la crise du Covid-19 et ses conséquences ont commencé à affecter l’économie et les industries du monde entier. Les gouvernements ont lancé des mesures pour réduire la propagation du virus, mais nous ressentons progressivement les impacts collatéraux, avec une production et une consommation réduite dans tous les secteurs et la fabrication additive n’est pas épargnée par ce brutal ralentissement. À cette occasion, 3D organise un webinaire exclusif cet après-midi à 16h afin de clarifier les mesures prises par le gouvernement français pour les entreprises.

Ce qui est sans aucun doute le plus perceptible pour le moment sur le marché est le report ou l’annulation des principaux salons professionnels, que ce soit le Global Industrie, les APS Meetings mais aussi Rapid TCT et AMUG à l’international. Les organisateurs sont obligés de prendre ces mesures, suivant les directives des gouvernements et protégeant le plus possible les populations.

Bien que l’industrie traverse une période d’inquiétude inédite, la plupart des acteurs français de l’impression 3D se sont rapidement réorganisés et mis en place plusieurs projets de solidarité, notamment dans le secteur médical. La fabrication additive a démontré la carte qu’elle pouvait jouer sur les chaînes d’approvisionnement, affichant sa capacité à produire localement, au plus près de ceux dans le besoin. Aujourd’hui, nous nous sommes entretenus avec plusieurs entreprises françaises du secteur, dont CoreTechnologie, éditeur de logiciels de CAO dont 4D_Additive. L’entreprise nous a confié : “L’industrie de l’impression 3D est selon nous en phase de préparation de croissance. L’intérêt est là, les cas d’utilisation potentiels y compris à grande échelle se développent mais dans l’immédiat nous avons le sentiment que l’essentiel de l’activité est devant nous, que le déploiement est à venir.” Mais alors comment réagissent ces acteurs ? Quelles sont les mesures qu’ils ont pris pour faire face à la crise du Covid-19 ? 

Les fabricants d’imprimantes 3D face à la crise du Covid-19

Même si la plupart des équipes sont en télétravail, les fabricants de machines maintiennent une continuité de la production et des travaux de R&D. Les équipes présentes dans les locaux sont réduites et les consignes sanitaires et de sécurité respectées. Volumic, fabricant français d’imprimantes 3D FDM professionnelles, nous a expliqué : “Sur site, une équipe ultra réduite et isolée dans nos salles travaille, avec port de masques et de gants obligatoires. Nous avons arrêté notre atelier de fabrication mais une équipe SAV hardware et d’expédition assure un service minimum.” La marque niçoise travaille actuellement sur plusieurs projets en collaboration avec des laboratoires de recherche et les autorités de santé.

Les machines HP permettent de développer de nouvelles applications médicales

HP a quant à lui fermé tous ses sites mais l’activité continue – Nicolas Aubert, Direction Impression 3D HP France, affirme : “Notre équipe R&D passe en revue toutes les demandes d’application où l’impression 3D est pertinente, pour les valider techniquement mais surtout d’un point de vue sanitaire. Aujourd’hui, nous avons un stock suffisant en termes de matériels et de consommables pour assurer un redémarrage rapide.” Le groupe propose d’ailleurs des offres d’abonnement 3D As a Service pour permettre aux clients de réduire l’investissement initial en cette période tendue pour leur trésorerie.

Enfin, Pollen AM a lui aussi suivi les décisions prises par le gouvernement en plaçant ses équipes en télétravail (seulement 2 personnes sont présentes dans les locaux). Didier Fonta, Directeur des opérations de l’entreprise, explique : “Il va sans dire que la situation actuelle a quelques peu transformé nos habitudes individuelles et collectives. Pollen AM a suivi attentivement l’évolution de la situation et a appliqué les préconisations gouvernementales. Ainsi, nous avons communiqué rapidement auprès de nos équipes sur la situation et avons rappelé les règles de bases permettant de se protéger et de protéger les autres.” La période permettra au fabricant de se concentrer sur de nouveaux développements et de préparer la mise sur le marché de nouveaux services et matériaux comme la céramique

Les fabricants de matériaux maintiennent leur production

Dans ce contexte de crise sanitaire, la consommation de matériaux d’impression 3D change : beaucoup d’utilisateurs développent des projets d’impression 3D depuis leur domicile ou depuis des centres médicaux, favorisant l’achat de consommables. Nous avons échangé avec Armor 3D, la branche dédiée à la fabrication additive du groupe ARMOR : “Les fonctions supports comme le commercial et le marketing sont en télétravail mais notre site de production des Sorinières reste ouvert, uniquement accessible aux équipes de production.” 

La production continue chez ARMOR 3D (crédits photo : ARMOR)

La marque Kimya nous souffre pour l’instant pas d’annulation de commandes mais étant donné le contexte incertain, rien n’est moins sûr pour la suite. “Il nous faudra faire un état des lieux par zone et relancer des actions de communication externe et de marketing pour générer de nouveaux leads”, nous expliquait Bertrand Pesneau, Responsable du Marketing Digital chez ARMOR 3D.

Les revendeurs adaptent leur logistique à cause du Covid-19

Les distributeurs de technologies 3D ont eux aussi suivi les mesures visant à réduire les risques, en essayant de rester disponibles pour que leurs clients puissent continuer à acheter des machines et des consommables. Pour en savoir plus sur la façon dont ils se sont réorganisés, nous avons discuté avec Emilie Demas, Head of Business Development chez Hava3D, un des leaders français de la distribution d’imprimantes 3D avec des marques comme Ultimaker, Markforged, BigRep ou encore Zortrax et Raise3D. Elle nous a confié : « Nous continuons à assurer le service client et le support technique. Notre première problématique c’est la logistique forcément. Etant un site de vente en ligne, nous pouvons maintenir une activité, même si celle-ci est un peu diminuée. Du côté des professionnels, on ressent la baisse d’activité car certains de nos clients ont fermé ; d’un autre côté, de plus en plus de gens sont chez eux et la crise a permis de développer de nouvelles applications, ou en tout cas une nouvelle voie dans le secteur médical. »

Le revendeur français Hava3D a dû adapter ses offres en ligne

L’entreprise a également repensé son catalogue d’offres, en mettant davantage en avant des produits qui peuvent être utilisés à la maison, par des enfants comme des stylos 3D par exemple, mais aussi des services pour découvrir l’impression 3D. Pour Emilie Demas, « Il y aura un avant et un après pour tout le monde. Je pense que le marché du médical s’intéressera davantage à la fabrication additive après cette crise, mais ça ne sera pas le seul. Il y a des petites applications qu’on pourra facilement mettre en place dans les entreprises, surtout pour répondre à des ruptures de stock : la fabrication additive pourra répondre à pas mal de besoins.« 

Les éditeurs de logiciels ralentissent leurs développements

Les logiciels d’impression 3D sont une précieuse aide dans ce contexte car ils permettent de modéliser toutes les nouvelles applications médicales récemment développées. Les modèles 3D sont clés, encore faut-il pouvoir les valider d’un point de vue médical. En discutant avec CoreTechnologie, les éditeurs de logiciels apportent leur soutien et mettent à disposition leurs compétences. L’entreprise est toutefois assez sceptique quant au futur de ses activités : « Nous  travaillons actuellement sur un plan d’action mais faute de positionnement national clair nous n’avons pas encore arrêté de stratégie. Le contexte est tendu et les directives gouvernementales sont floues, les informations ne nous permettent pas de prendre des décisions fermes et de maîtriser les tenants et les aboutissants. Nous restons impatients de reprendre notre activité à 100% et évaluons les différentes possibilités pour relancer au plus vite nos développements dans des conditions sereines et sécurisées. »

Une chose est sûre, la crise du Covid-19 oblige toutes les entreprises du secteur de la fabrication additive à réorganiser leurs activités, leur travail en équipe, à développer de nouveaux outils de collaboration à distance et à imaginer des applications pour répondre aux défis médicaux et aux ruptures de la chaîne d’approvisionnement.

Et vous, quelles sont les mesures prises pour faire face au Covid-19 ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK