menu

Conseils d’experts : Comment choisir son imprimante 3D ?

Publié le 25 mars 2016 par Alex M.

Que vous soyez novice, convaincu de la première heure ou professionnel du secteur, le choix d’une imprimante 3D reste toujours une question sensible tant la concurrence est grande et le nombre de paramètres à prendre en compte important. Pour vous éclairer dans vos choix, 3Dnatives est allé à la rencontre de trois profils très différents : un maker, un FabLab ainsi qu’un prestataire en impression 3D.

Quels sont les critères à prendre en compte lors de l’achat d’une imprimante ? Vaut-il mieux privilégier le volume d’impression, le plateau chauffant ou le nombre d’extrudeurs ? Devez-vous partir sur un modèle open-source ou une imprimante 3D propriétaire ? Ci-dessous, retrouvez les éléments de réponse de nos 3 experts.

Pascal Poeck, fondateur de Bulb Zone

conseil imprimante 3D

Pascal Poeck de chez Bulb Zone

Pascal est un maker dans l’âme depuis l’enfance et touche à l’impression 3D depuis près de 6 ans. Après avoir tenu un blog personnel sur le sujet, il a rejoint l’équipe de rédaction de 3Dnatives en 2013 et a récemment créé sa société Bulb Zone spécialisée dans l’impression 3D et plus globalement dans le mouvement des Makers avec sa compagne Delphine Masson.

« Une imprimante 3D est pour moi avant tout un outil qui ouvre pas mal de portes dans la conception d’objets personnalisés. Je ‘joue’ depuis pas mal de temps avec des modules électroniques comme les Arduino et Raspberry PI et j’ai toujours été confronté à la problématique du ‘conteneur’. Ce n’est pas très compliqué de se fabriquer un petit boitier en carton ou en bois pour y placer son module mais l’impression 3D a clairement révolutionné ce genre d’intégration. »

Quand on lui demande quelles sont les caractéristiques les plus importantes dans le choix d’une imprimante 3D, il répond « je privilégie les imprimantes en provenance du monde Open Source et Open Hardware ce qui me permet de les modifier comme bon me semble pour atteindre mes objectifs ».

conseil imprimante 3D

La Printrbot Simple metal, une imprimante 3D Open Source à assembler soi-même

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si sa société a décidé de distribuer la gamme d’imprimantes 3D Printrbot. « Je reste persuadé qu’avec quelques modifications toutes les imprimantes du marché ont le potentiel d’imprimer des pièces dans une qualité similaire donc il est important pour moi de pouvoir mettre les mains dedans comme bon me semble sans être limité par un firmware propriétaire ou des bobines avec un système de puces. »

Dominique Droniou, fondateur de TH Industries

conseil imprimante 3D

Dominique Droniou de la société TH Industries

Dominique Droniou a fondé TH Industries, une société de prestation en impression 3D basée dans la banlieue d’Angers. Son parc machines est aujourd’hui constitué uniquement d’imprimantes 3D FDM (Stratasys, Zortrax, NTR, ZMorph, IRA3D ou UP…), au nombre de quinze, dont deux fabriquées sur mesure pour proposer un volume de fabrication XXL. La firme réalise principalement des pièces techniques, du prototype aux petites séries, pour le compte de l’industrie.

Dans ses ateliers, Dominique travaille à 95% des pièces en ABS, « il est donc primordial de posséder un plateau chauffant et une enceinte fermée, avec la possibilité de monter à plus de 300°C pour proposer une large gamme de matériaux. Pour les pièces les plus volumineuses, une enceinte chauffée est absolument nécessaire. »

« La possibilité de changer le diamètre des buses est aussi important, afin de réaliser des pièces plus ou moins fines. Les machines autonomes, qui permettent d’imprimer à partir d’une carte ou d’une mémoire interne, tout comme celles qui disposent d’un plateau amovible, sont aussi à favoriser. »

conseil imprimante 3D

La Zortrax M200 est une imprimante 3D polonaise Plug&play

Selon Dominique, plusieurs questions sont à se poser : « Quelle est son degré de connaissance technique ? » afin de savoir si l’on souhaite une machine Plug&play ou non. « Combien de pièces souhaites-t-on imprimer par an ? » pour privilégier une machine fiable et conçue pour imprimer des heures durant, et enfin « quelle typologie de pièces veut-on imprimer ? » pour sélectionner un modèle avec des buses interchangeables pour imprimer des pièces fines par exemple.

Quentin Garnier, FabManager du FabLab La Casemate

conseil imprimante 3D

Quentin Garnier du FabLab La Casemate

Ouvert en 2012, le FabLab La Casemate est un atelier collaboratif basé à Grenoble, ouvert à tous les publics 6 jours sur 7. C’est bien entendu un lieu où l’on retrouve plusieurs imprimantes 3D comme une Zortrax M200, une Ultimaker 2, une UP Mini et même une imprimante SLA, la Form1+ de chez Formlabs.

Pour Quentin Garnier, FabManager de La Casemate, « l‘avantage de l’impression 3D est sa capacité « d’usiner » des pièces qui serait impossibles (ou presque) à réaliser avec une autre technique. Aujourd’hui, l’utilisation principale qu’en font nos fabusers est la création de prototypes. »

Pour la sélection des équipements du FabLab, il a misé sur les ingrédients suivants : « robustesse de construction (la Zortrax est une référence pour moi), démontable facilement pour une réparation aisée et enfin facilité d’utilisation, tant sur le soft de pilotage que dans l’utilisation de la machine ».

conseil imprimante 3D

Le FabLab La Casemate s’est notamment procuré une imprimante SLA : la Form 1+ de chez Formlabs

Pour aller plus loin, comparez des dizaines d’imprimantes 3D personnelles et professionnelles au sein du comparateur 3Dnatives

Quels sont les critères de sélection les plus importants pour vous ? Partagez votre opinion en commentaire de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you