menu

Participez à la conception d’un satellite imprimé en 3D !

Publié le 29 octobre 2015 par Guillaume Marion

Le coût de mise en orbite pour 1kg de matière est actuellement estimé à 15 000€. Réduire la masse des appareils lancés dans l’espace est donc un objectif majeur pour les sociétés qui les conçoivent. C’est pourquoi l’industrie aérospatiale est particulièrement intéressée par la grande liberté de forme que permet l’impression 3D, en explorant différentes idées pour alléger les structures.

L’utilisation de matériaux architecturés, qui ne peuvent être fabriqués que par fabrication additive, permet par exemple d’alléger les zones où le matériau est massif mais moins soumis aux efforts. Autre exemple, l’optimisation topologique est une méthode de conception, qui, à l’aide d’un algorithme, cherche à s’approcher du meilleur compromis entre la masse d’une pièce et sa résistance. Les formes obtenues, généralement organiques, seraient très difficiles et coûteuses à fabriquer autrement qu’en impression 3D.

Optimisation topologique

Exemple de support d’antenne pour satellite obtenue par optimisation topologique. Co-conception Thales Alenia Space et Poly-Shape, Fabrication Poly-Shape

Faisant face au challenge de concevoir des formes aussi complexes avec leurs méthodes traditionnelles, les entreprises Poly-Shape, Altair et Thales Alenia Space ont décidé de faire appel à l’intelligence collective. Elles lancent le concours européen MAKE IT LIGHT ! permettant aux étudiants et jeunes diplômés de proposer leur propre solution à un problème d’optimisation de structure. Le concours lancé le 12 octobre 2015 sera clôturé le 31 mars 2016 à minuit heure de Paris. Il est ouvert aux volontaires de plus de 18 ans résidents en Europe.

logos

Le défi est de concevoir une structure bien précise, une fixation pour les optiques d’un télescope intégré à un futur satellite. Celle-ci doit être la plus légère possible, tout en respectant des contraintes techniques données dans le cahier des charges mis à disposition des participants inscrits. Ces critères sont dictés par les contraintes de l’environnement spatial et par des règles liées à la fabrication additive.

Les meilleures propositions seront sélectionnées par un jury composé de 7 membres des entreprises partenaires. La démarche innovante la plus pertinente et aboutissant à une géométrie 3D répondant aux contraintes de légèreté et de fabricabilité sera produite par l’entreprise Poly-Shape.

Cette maquette, étudiée par Thales Alenia Space contribuera au développement d’un futur satellite. Le 1er prix se verra offrir un stage ou une période d’essai en bureau d’études ainsi qu’une visite du plus grand centre européen de conception et d’intégration de satellites. Le second gagnant bénéficiera d’un entretien professionnel, d’une visite guidée de Poly-Shape, pour voir la fabrication additive en pratique et d’une année de licences Altair. Les bonnes idées suivantes seront aussi récompensées, par des tablettes numériques offertes par Altair.

Capture d'écran de 2015-10-14 21:29:52

Pour aider les participants dans leur démarche, un document contenant toutes les indications nécessaires à la conception de la pièce ainsi qu’un guide de bonnes pratiques leur est envoyé après inscription via le site Altair University ICI. Si nécessaire, Altair Engineering met à disposition des participants demandeurs, un mois de licence du logiciel Inspire, dédié à l’optimisation topologique.

Que vous soyez passionné par l’aérospatiale ou par les nouvelles opportunités offertes par l’impression 3D, étudiant, concepteur, ingénieur, architecte, ou tout simplement curieux, n’hésitez pas à participer au challenge MAKE IT LIGHT !

article_satellite-altair2

Pour rester informé abonnez-vous à notre flux RSS ou pages Facebook Twitter Google+ ou LinkedIn

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you