menu

Cette chaussure de course aide à “régénérer” les espaces verts urbains avec l’impression 3D

Publié le 10 août 2023 par Tom Comminge
chaussure de course

Il ressemble à un sabot, disperse des graines et sort d’une imprimante 3D. Ce ne sont pas des caractéristiques que l’on associe généralement à une chaussure de course. Kiki Grammatopoulos, une jeune designer britannique a dévoilé son projet « Rewild the Run » lors de son programme de maîtrise en matériaux du futur à la Central Saint Martins University de Londres. La pièce maîtresse du projet est une chaussure imprimée en 3D capable de disperser les graines lorsqu’elle est utilisée.

Imaginez une chaussure de trail New Balance conventionnelle équipée d’une semelle extérieure imprimée en 3D qui distribue discrètement des graines de diverses plantes pendant la course du porteur, contribuant activement à la verdure urbaine. Pour Grammatopoulos, ce projet transcende l’innovation en matière de chaussures. C’est un appel aux citadins pour qu’ils adoptent le rewilding, s’engagent dans la sauvegarde de leur environnement naturel et jouent un rôle actif dans la création d’espaces plus vert.

chaussure de course

Une chaussure de course capable de transporter et de disperser des graines et des plantations tout en se déplaçant. (crédits photo : Maël Hénaff)

Le rewilding se présente comme une méthode de restauration écologique visant à rétablir l’équilibre de la nature. Dans les paysages urbains, le développement de l’homme perturbe le cycle naturel, rendant l’auto-régénération et l’expansion de la forêt presque impossibles. Avec Grammatopoulos et ses chaussures de sport imprimées en 3D, la designer essaye de donner un coup de main à la nature urbaine. Son prototype met en oeuvre une idée simple : disperser des graines directement pendant que vous courez. En collaboration avec le groupe de course « Run the Boroughs », elle soumet actuellement sa conception à des essais pratiques, en scrutant son efficacité et en utilisant des données pour améliorer sa création.

L’élément indispensable de la création de Grammatopoulos réside dans sa semelle extérieure imprimée en 3D, un produit en polymère de nylon fabriqué à l’aide d’une imprimante 3D. L’utilisation de la fabrication additive a conféré à la chaussure de course son design à la fois visuellement saisissant et utilitaire. La semelle extérieure arbore de minuscules crochets rappelant la fourrure hirsute, inspirés des mécanismes ingénieux de la nature. Ces crochets servent de supports à la saleté, les graines et les matières végétales, transportées, via la chaussure du coureur, vers de nouvelles zones, permettant leur dispersion. Grâce à la fusion de la biométrie et de la technologie d’impression 3D, la designer marie habilement les principes de la nature avec des méthodes avancées, favorisant des espaces urbains plus verts.

Une chaussure de course s’inspirant des animaux

Outre le concept de dispersion des graines, Grammatopoulos s’inspire d’un autre phénomène naturel pour sa chaussure de course imprimée en 3D. Cela découle du concept d »espèce clé de voûte » dans le monde animal, où certaines espèces jouent un rôle central dans la structure et le fonctionnement d’un écosystème. Un bon exemple en est le bison, dont les sabots robustes forgent par inadvertance des voies que d’autres animaux utilisent pour s’aventurer dans de nouveaux territoires.

Ainsi, la chaussure imite non seulement l’action de propagation des graines via la fourrure des animaux, mais reflète également la forme des sabots robustes du bison. Lorsqu’un coureur fait son jogging dans le parc avec aux pieds la chaussure de sport imprimée en 3D de Grammatopoulos, il diffuse simultanément des graines via la semelle extérieure et crée des sentiers similaires aux pistes du bison, encourageant les animaux à lui emboîter le pas. Cette double approche de rewilding des zones urbaines s’aligne parfaitement avec les principes de la nature.

Le design de la semelle est basé sur des principes issus du monde animal (crédits photo : Kiki Grammatopoulos)

Avec cette paire de chaussures, la designer utilise l’impression 3D comme un outil utile pour la durabilité, car elle fabrique des prototypes et des biens de consommation ayant un impact environnemental minimal. Par la suite, Grammatopoulos envisage de fabriquer la chaussure par impression 3D ou moulage par injection avec du caoutchouc pour renforcer son endurance et sa praticité. De plus, elle explore activement la création d’accessoires supplémentaires pour les chaussures qui reflètent la fonction de dispersion des graines lors de la course ou de la marche. Pour en savoir plus sur ces développements, n’hésitez pas à regarder ICI.

Que pensez-vous de cette chaussure de running imprimée en 3D qui disperse des graines ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

*Crédits photo de couverture : Tom Mannion / Kiki Grammatopoulos

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks