menu

L’hypercar Bugatti Tourbillon intègre un châssis imprimé en 3D

Publié le 25 juin 2024 par Mélanie W.
bugatti tourbillon

Le constructeur automobile Bugatti vient de révéler la dernière génération de ses hypercars : baptisée Tourbillon, celle-ci est un condensé de technologies, puissance, luxe et aérodynamique. Succédant à la Chiron, cette nouvelle hypercar de 1 800 ch intègre surtout un nouveau châssis et une suspension, imprimés en 3D via le Divergent Adaptive Production System, une solution logicielle et matérielle de l’entreprise américaine Divergent qui permet de repenser la conception et d’imaginer une structure plus légère et performante. Ainsi, Bugatti a pu s’appuyer sur les avantages de la fabrication additive métal, notamment une réduction du poids de la suspension de 45 %.  

D’une longueur de 4,67 mètres, la Bugatti Tourbillon peut atteindre 400 km/h en seulement 25 secondes grâce à l’intégration d’un système hybride : l’hypercar est équipée d’un moteur 16 cylindres ainsi que de trois moteurs électriques, deux à l’avant et un sur l’essieu arrière. Le constructeur a misé sur la puissance sans toutefois négliger le confort et le style de la voiture. Bien que l’extérieur s’inspire fortement du modèle précédent, l’intérieur est très luxueux. Et pour cause, l’habitacle compte sur des accessoires imaginés par un horloger suisse ! Le tableau de bord est composé de 600 pièces, dont des pierres précieuses comme rubis et le saphir. Son écran, entouré de cuir, n’apparait que si le conducteur le demande. Bref, on peut dire que la Tourbillon porte bien son nom ! Et sous le capot, c’est encore une autre histoire. 

L’intérieur de la Bugatti Tourbillon

Bugatti a donc travaillé avec Divergent pour concevoir un tout nouveau châssis et une suspension plus légère. L’ajout de trois moteurs électriques aurait pu augmenter le poids de l’hypercar mais c’était sans compter sur le système de fabrication de l’entreprise californienne qui s’appuie sur l’impression 3D et l’intelligence artificielle pour optimiser les performances. Le châssis de la Tourbillon possède donc une suspension multibras imprimée en 3D en aluminium – dans l’hypercar Chiron, le châssis était un acier et c’était un système à double triangulation. Ce changement de méthode de fabrication aurait permis au constructeur de réduire de 45 % le poids de la suspension.  

Mate Rimac, PDG de Bugatti Rimac, ajoute : « Nous sommes ravis d’annoncer ce partenariat après avoir travaillé en étroite collaboration au cours des dix-huit derniers mois. Il est clair que Divergent est le leader de l’industrie en matière d’ingénierie numérique et de fabrication additive. Ces composants optimisés du châssis trouveront parfaitement leur place dans notre véhicule le plus avancé à ce jour« . 

La voiture est plus légère et s’appuie sur 1 800 chevaux

La Bugatti Tourbillon peut également compter sur de nombreux renforts structurels imprimés en 3D, mais aussi sur des matériaux repensés. Par exemple, un composite de carbone a été privilégié pour concevoir la structure de la voiture, mais aussi les conduits d’air à l’avant ou encore le diffuseur arrière. Tous ces facteurs permettent de réduire le poids du véhicule tout en proposant une performance élevée et une aérodynamique importante. La Bugatti Tourbillon sera disponible au prix de 4 millions d’euros : vous pouvez retrouver plus d’informations ICI.

Que pensez-vous de l’hypercar de Bugatti ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou LinkedIn !

*Crédits de toutes les photos : Bugatti

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks