menu

Le budget de l’impression 3D : ce qu’il faut savoir

Publié le 12 juillet 2021 par Mélanie R.
budget impression 3D

On ne vous apprend rien, l’impression 3D gagne en popularité, tant chez les particuliers que dans l’industrie. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’obstacles qui pourraient empêcher une personne intéressée par le sujet de s’y adonner pleinement. Le principal obstacle est le prix. L’impression 3D peut coûter cher. Entre les machines, les logiciels, le post-traitement et, bien sûr, les matériaux, le coût peut grimper en flèche pour les utilisateurs. C’est pour cette raison que nous avons décidé de réaliser un guide sur l’impression 3D à petit prix. Nous examinerons tous les aspects, du choix de l’imprimante aux filaments, en passant par les logiciels et le post-traitement, afin de vous donner une idée précise des meilleures options bon marché pour vous lancer dans l’impression 3D.

Il existe de nombreuses technologies d’impression que vous pouvez utiliser. FDM, SLA, SLS, fusion laser…elles ont toutes leurs avantages et leurs inconvénients, mais dans ce guide, nous nous concentrerons principalement sur le FDM et le SLA. De toutes les techniques, le FDM est sans aucun doute la plus accessible à une utilisation quotidienne, les machines et les matériaux étant souvent moins chers que leurs homologues. Bien que souvent moins bon marché que le FDM, il existe également des imprimantes SLA bon marché, notamment par rapport aux imprimantes plus industrielles.

Le dépôt de matière fondue est l’un des procédés les plus accessibles

Quel budget pour une imprimante 3D ?

Il existe de nombreux facteurs différents qui influent sur le prix des imprimantes. Le premier est, bien sûr, le procédé d’impression utilisé. Les technologies plus industrielles, notamment celles qui utilisent du métal, sont naturellement plus chères. En outre, la taille de l’imprimante joue un rôle important. Cependant, il est tout à fait possible de trouver des imprimantes 3D de bureau à moins de 200 € utilisant les procédés FDM ou SLA. Si vous êtes prêt à assembler l’imprimante vous-même, les kits sont souvent moins chers que les machines déjà assemblées. Notez cependant qu’en fonction de la quantité d’assemblage à réaliser, cela peut prendre plusieurs heures.

En ce qui concerne les imprimantes de moins de 200 €, plusieurs options sont disponibles. Pour ceux qui souhaitent (ou qui préfèrent !) assembler leur propre imprimante, l’Ender 3 de Creality est l’une des plus populaires du marché. Et à un prix de départ de 155 €, il est facile de comprendre pourquoi. Creality propose, en général, des machines bon marché, dont la plupart peuvent être facilement trouvées sur des sites tels qu’Amazon. Un autre fabricant chinois proposant des imprimantes à moins de 200 € est Anycubic. Parmi leurs machines FDM, la Mega Zero 2.0 ne coûte que 189 €, mais il faut noter qu’elle nécessite de l’assemblage.

3D printing on a budget

A gauch, la Anycubic’s Photon Zero et à droite, la Ender 3 de Creality

Il existe également quelques machines SLA disponibles dans cette gamme de prix. Par exemple, Anycubic a la particularité de proposer l’une des seules machines SLA du marché à moins de 200 €. La Photon Zero (109,00 €) et la Photon Mono (199,00 €) sont toutes deux des machines SLA basées sur un écran LCD. Bien qu’elles ne soient pas comparables à de nombreuses imprimantes FDM dans la même gamme de prix, leur volume de construction est un peu plus petit, ce qui est courant avec les machines SLA. Entre les prix des deux imprimantes les moins chères de la gamme Photon d’Anycubic, vous trouverez l’imprimante 3D Elegoo Mars UV Photocuring LCD MSLA. Vendue au prix de 149,99 €, elle est légèrement plus grande que la Photon Zero mais plus petite que la Photon Mono. Si votre budget s’élève à 300 €, le choix est beaucoup plus vaste, car de nombreuses imprimantes 3D « bon marché » se situent dans la fourchette 200-300 €.

Le budget pour les matériaux d’impression 3D

Bien que les imprimantes représentent un investissement initial plus important, au fil du temps, les matériaux seront probablement ce qui fera grimper les coûts pour ceux qui veulent se lancer dans l’impression 3D. De plus, avec les imprimantes 3D les moins chères, vous serez également limité dans les matériaux que vous pourrez utiliser car elles ne seront compatibles qu’avec certains filaments ou résines.

Une autre chose à prendre en compte est que certaines imprimantes ne sont compatibles qu’avec les matériaux développés par le fabricant de la machine. Ceux-ci peuvent être plus chers que d’autres sur le marché. Gardez cependant à l’esprit qu’il existe souvent une corrélation directe entre le prix et les propriétés des matériaux. Le matériau le moins cher aura donc ses limites en termes de qualité et de propriétés.

Cela étant dit, si vous recherchez des matériaux bon marché, vous achèterez probablement des thermoplastiques comme l’ABS, le PETG, le TPU et le PLA. Ces quatre matériaux sont parmi les plus couramment utilisés dans l’impression 3D, avec des propriétés, des avantages et des inconvénients différents. Ce sont également les matériaux qui sont le plus souvent compatibles avec les imprimantes FDM.

3D printing on a budget

Quelques filaments utilisés en impression 3D (crédits photo : AMFG)

Même parmi les matériaux les moins chers, vous trouverez une large gamme de prix. Cela est dû aux propriétés du matériau. Par exemple, avec le PLA, les options les plus basiques et les moins chères auront des propriétés physiques moindres comparé aux options haut de gamme. Sur MatterHackers, le PLA le moins cher coûte environ 18,99 €  (15,59 € par bobine si vous l’achetez en vrac) pour une bobine de 1,75 mm et 1 kg. Cependant, la plupart des fabricants de matériaux vendent le PLA, le PETG et le TPU dans une fourchette de 30 à 40 euros.

Bien que les résines pour les machines SLA/DLP puissent être assez chères, les imprimantes dont nous avons parlé utilisent le LCD, ce qui permet non seulement d’avoir une machine et une résine plus accessibles. Par exemple, la résine pour imprimante 3D MH Build Series Epoxy-Free de Matterhackers coûte environ 27,99 € pour 1 litre. De même, si vous achetez une imprimante Anycubic, pour 36 euros de plus, vous pouvez acheter un litre qu’ils ont développé spécifiquement pour leurs machines. Bien que la moins chère soit plus chère que le PLA le plus accessible, dans l’ensemble les résines ont un prix similaire.

Le logiciel

L’un des avantages de l’impression 3D est que la plupart des logiciels nécessaires peuvent être trouvés gratuitement en ligne. Par exemple, pour la phase de conception, les utilisateurs doivent disposer d’un certain type de logiciel de modélisation, le plus souvent un logiciel de CAO, et d’un slicer. Bien sûr, il existe d’autres logiciels qui peuvent être utilisés pour l’impression 3D, tels que des logiciels d’optimisation ou de gestion du flux de travail, mais il est possible de faire déjà beaucoup avec seulement la modélisation et le slicer. Heureusement pour tous ceux qui souhaitent imprimer en 3D avec un budget limité, il existe de nombreux programmes faciles à utiliser pour les débutants et totalement gratuits, y compris des logiciels open-source, ce qui signifie qu’ils sont constamment mis à jour et améliorés.

Bien que créé à l’origine par Ultimaker, le slicer Cura est open-source et peut être utilisé avec la plupart des machines FDM (crédits photo : Ultimaker)

Pour ceux qui ne souhaitent pas concevoir leur propre pièce à partir de zéro, il existe de nombreuses plateformes où des modèles déjà développés peuvent être téléchargés gratuitement. Thingiverse, par exemple, possède des millions de fichiers 3D qui ont été téléchargés sur le site par sa communauté d’utilisateurs. Les utilisateurs pourront télécharger un fichier directement à partir du site ; il ne vous restera plus qu’à utiliser un slicer avant de lancer votre impression. Il existe de nombreux autres sites gratuits où vous pouvez trouver ces fichiers comme Cults ou MyMiniFactory.

Pour le FDM, les slicers comme Cura sont gratuits et populaires et il y en a beaucoup d’autres disponibles. Notez qu’en raison des différences de processus, le processus SLA nécessitera un logiciel différent. Il existe cependant des options gratuites, par exemple, CHITUBOX basic est gratuit et populaire pour les processus SLA/DLP. Assurez-vous également que, quelle que soit la machine que vous utilisez, vous devez vérifier les fichiers avec lesquels elle est compatible. La plupart sont compatibles avec les fichiers STL car c’est la norme dans l’industrie, mais ce n’est pas toujours le cas.

La plateforme Thingiverse propose des milliers de modèles 3D

Bien que ce ne soit pas obligatoire, si vous cherchez à vous lancer dans l’impression 3D avec un budget plus serré, il serait bon d’envisager de télécharger un logiciel de réparation de votre fichier STL. Il est tout à fait possible d’imprimer sans ce logiciel, mais vu que certains sont disponibles gratuitement en ligne, cela en vaut certainement la peine. En utilisant un logiciel de réparation, vous serez en mesure de réduire les déchets provenant d’impressions ratées, ce qui vous permettra d’économiser considérablement sur les matériaux.

Le post-traitement

Le post-traitement peut être une étape nécessaire pour de nombreuses pièces imprimées en 3D, surtout si vous utilisez des supports. Avec l’impression FDM, il peut être facultatif, mais cela limite les pièces que vous pouvez fabriquer, car les supports permettent de créer des pièces avec des porte-à-faux, ou qui sont géométriquement plus compliquées. En général, avec l’impression FDM, à moins que vous ne souhaitiez une pièce plus compliquée, vous pouvez soit acheter des supports qui peuvent être dissous, soit utiliser des outils tels que des pinces pour les retirer à la main ; aucune de ces options n’étant heureusement très onéreuse, même si elle alourdit votre budget.

Les différentes étapes de post-traitement (crédits photo : MakerBot)

Avec tous les procédés SLA/DLP, le post-traitement est obligatoire. Bien qu’il existe des options bon marché, Anycubic propose une machine de lavage et de traitement pour seulement 99 euros, ce qui pourrait être une bonne option. Elle est également compatible avec la plupart des machines SLA/DLP. Il est également possible d’acheter un nettoyant pour résine afin de rincer la pièce soi-même, ce qui coûte généralement environ 10 €. Ensuite, comme avec le FDM, les supports peuvent être retirés à l’aide d’une pince. L’étape finale est le durcissement, qui nécessite toujours une machine de durcissement UV. Vous pouvez en trouver sur Amazon pour moins cher, de nombreux modèles sur le site coûtant environ 40 €.

Est-il vraiment possible de se lancer dans l’impression 3D avec un budget limité ?

En fin de compte, même si vous achetez tout ce qu’il y a de moins cher, l’impression 3D reste un passe-temps coûteux. Au-delà du coût initial de l’imprimante 3D, il faudra acheter continuellement des matériaux, ce qui devient coûteux au fil du temps. En fonction du matériau, il peut également être nécessaire d’investir dans des outils comme de la colle ou des adhésifs pour minimiser les déformations et autres problèmes. Cependant, il existe des moyens de réduire les coûts. D’une manière générale, compte tenu de l’étendue des logiciels gratuits disponibles et du fait que la machine la moins chère de notre liste coûte environ 109 €, que le matériel vous coûte 30 € de plus et qu’une machine de post-traitement coûte 40 à 60 € de plus, il est tout à fait possible d’investir dans l’impression 3D pour moins de 200 €.

Si vous envisagez l’impression 3D pour quelques pièces seulement, il serait peut-être plus judicieux de consulter les services d’impression 3D disponibles. Ils vous proposeront un prix en fonction de la pièce et du matériau souhaités. Ils constituent une excellente option lorsque vous ne souhaitez qu’une pièce imprimée en 3D de manière occasionnelle, que vous souhaitez utiliser une technologie spécifique pour laquelle vous n’êtes pas formé ou que vous voulez tout simplement tester l’impression 3D. En fin de compte, les services d’impression 3D sont le moyen idéal de s’assurer que vous imprimez en 3D en respectant votre budget, car ils vous permettront d’obtenir votre pièce à un coût moindre qu’un investissement en machine et matériaux.

Et vous, quel est votre budget en impression 3D ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you