menu

Des briques LEGO imprimées en 3D à partir de déchets de construction recyclés

Publié le 29 avril 2021 par Mélanie R.
briques LEGO

A l’université Brunel à Londres, une équipe de chercheurs travaillent actuellement sur le projet DigiMat qui a pour objectif de réutiliser les déchets issus du secteur de la construction en matériau d’impression 3D. Ils espèrent ainsi réduire l’impact environnemental du béton et proposer une nouvelle façon de bâtir les structures de demain, comme des briques de LEGO qu’on emboîterait. Le projet n’en est qu’à ses débuts et il faudra probablement attendre quelques mois avant de voir des premiers résultats mais il démontre bien la volonté de proposer une alternative plus écologique.

La fabrication additive béton est souvent utilisée pour construire des formes plus complexes ou pour réduire les délais de production. Certains acteurs mettent en avant son côté plus écologique car on utilise que la matière dont on a besoin donc, à priori, on en gâche moins. Le béton reste toutefois un matériau très polluant, qui produit 70 kg de CO2 par tonne et qui reste l’une des ressources les plus utilisées sur Terre. L’industrie de l’impression 3D cherche alors à remplacer le béton traditionnel par un matériau plus durable à l’image de WASP qui a conçu GAIA, une petite maison faite à partir d’un mélange de boue prélevée sur site et de déchets issus de la riziculture comme la paille et les balles de riz. L’équipe de l’université Brunel veut quant à elle s’appuyer sur les déchets issus de la construction et proposer, en quelque sorte, une démarche d’économie circulaire. 

Quelques initiatives dans le secteur de l’impression 3D cherchent à remplacer le béton par des matériaux recyclables (crédits photo : WASP)

Menée par le Dr. Seyed Ghaffar, professeur associé en génie civil à Brunel, l’équipe souhaite créer des sortes de briques imprimées en 3D qu’on pourrait facilement emboîter les unes avec les autres, comme des LEGO. Il explique : “Les projets de démonstration réalisés au cours des dernières années ont montré la viabilité et le potentiel des technologies d’impression 3D. Toutefois, ces projets ont utilisé des matières premières conventionnelles pour la fabrication du béton. L’utilisation de matières premières secondaires issues de déchets recyclés pour remplacer les agrégats vierges pour l’impression 3D d’un bloc de construction n’a pas encore été réalisée, mais nous espérons en faire la démonstration avec ce projet.”

On ne sait pas quelle machine sera utilisée – on imagine assez facilement un bras articulé capable d’extruder ce nouveau type de béton couche par couche. Ce dernier devrait être constitué de 100% de granulats recyclés. En tout cas, l’équipe souhaite imprimer des blocs de 500 x 500 mm pour former un mur qui servira de démonstrateur. Elle veut bien entendu diminuer l’empreinte CO2 de ces briques comparé à des bétons traditionnels. Pour en savoir plus, consultez le site de l’université ICI

*Crédits photo de couverture : Lewis Tse Pui Lung / Shutterstock

Que pensez-vous de ces futures briques LEGO imprimées en 3D ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D