menu

BMW ouvre un centre de fabrication additive pour y regrouper ses compétences

Publié le 29 juin 2020 par Mélanie R.
bmw centre de fabrication additive

Le constructeur automobile BMW vient d’ouvrir un centre dédié à la fabrication additive, le Additive Manufacturing Campus à Oberschleissheim, au nord de Munich. Annoncée en 2019, cette ouverture devrait permettre au groupe allemand d’accélérer l’adoption de la fabrication additive dans ses activités, que ce soit pour réaliser des prototypes mais aussi des pièces en série. Ayant bénéficié d’un investissement de 15 millions d’euros, le centre se concentrera également sur la recherche sur les nouvelles technologies d’impression 3D et la formation associée pour le déploiement mondial de la production sans outillage. Le groupe espère ainsi devenir leader en termes de technologies 3D dans le secteur de l’automobile.

Cela fait plus de 25 ans que BMW a misé sur la fabrication additive, affichant des résultats très prometteurs puisqu’il affirmait avoir imprimé en 3D plus d’un million de pièces à la fin de l’année 2018. On peut d’ailleurs évoquer un certain nombre de projets incluant des pièces imprimées en 3D comme la BMW i8 Roadster. Milan Nedeljković, membre du conseil d’administration de BMW AG et chargé de la production, explique : “La fabrication additive fait déjà partie intégrante de notre système de production mondial aujourd’hui, et elle est établie dans notre stratégie de numérisation. À l’avenir, les nouvelles technologies de ce type réduiront encore les délais de production et nous permettront de profiter encore plus pleinement du potentiel de la fabrication sans outillage.” Le groupe s’appuie notamment sur des partenariats forts avec Carbon mais aussi Desktop Metal dans lequel elle a investi plusieurs milliers. 

BMW a notamment investi dans des machines Desktop Metal (crédits photo : BMW)

Le centre de fabrication additive de BMW

Le constructeur explique que son nouveau campus emploie actuellement 80 collaborateurs et est doté d’une cinquantaine de solutions d’impression industrielles, polymère et métal. A cela s’ajoutent 50 autres imprimantes 3D réparties à travers le monde. On y retrouve des machines HP Multi Jet Fusion, EOS, SLM, Carbon, Desktop Metal ou encore Nexa3D. Daniel Schäfer, vice-président directeur de l’intégration de la production et de l’usine pilote du groupe BMW, ajoute : “Notre objectif est d’industrialiser de plus en plus les méthodes d’impression 3D pour la production automobile et de mettre en œuvre de nouveaux concepts d’automatisation dans la chaîne de processus. Cela nous permettra de rationaliser la fabrication des composants pour la production en série et d’accélérer le développement. Dans le même temps, nous collaborons avec le développement des véhicules, la production des composants, les achats et le réseau de fournisseurs, ainsi qu’avec divers autres secteurs de l’entreprise pour intégrer systématiquement la technologie et l’utiliser efficacement.” Les nombreuses solutions d’impression du centre de BMW devraient donc permettre des volumes de production plus importants, des pièces plus complexes afin de concevoir les véhicules de demain.

Au delà de la production et du prototypage rapide, une unité du centre BMW sera dédiée à la recherche et à l’optimisation de nouveaux matériaux, technologies et process : l’objectif du groupe allemand est d’automatiser au maximum le processus de fabrication additive afin que celle-ci soit encore plus viable et économique sur le long terme. Dans cette dynamique, il a notamment commencé le projet Industrialisation and Digitisation of Additive Manufacturing for Automotive Series Production (IDAM) qui consiste à reproduire l’ensemble de la chaîne de production, de la préparation de la production numérique à la fabrication et au retraitement des composants. La production devrait atteindre au moins 50 000 composants de série par an, avec plus de 10 000 pièces individuelles et de rechange. 

Les HP Multi Jet Fusion du centre de fabrication additive BMW (crédits photo : BMW)

L’autre projet mis en place s’appelle POLYLINE, centré sur la production en série de pièces plastique. L’objectif est de développer une méthodologie d’assurance qualité cohérente pour toute la chaîne de processus ainsi qu’une liaison numérique des étapes du processus, permettant de réduire les coûts de fabrication de 50%. 

Enfin, le centre offre des formations en impression 3D à ses collaborateurs afin qu’ils puissent tous se familiariser avec la technologie. Jens Ertel, Directeur du Additive Manufacturing Campus, conclut : « Pour réussir le déploiement de ces technologies, nous avons besoin de collègues bien formés dans l’ensemble du réseau, qui en comprennent parfaitement les avantages et les caractéristiques. Pour les utiliser, les concepteurs devront adopter une nouvelle façon de penser et une approche entièrement nouvelle lorsqu’ils concevront les prochains composants. L’impression 3D permet de produire presque toutes les formes, ouvrant la voie à de nouveaux designs et à de nouvelles fonctions. » Retrouvez l’ensemble du communiqué de presse officiel ICI.

Carbon fait partie des partenaires historiques de BMW (crédits photo : BMW)

Que pensez-vous de ce nouveau centre de fabrication additive ? Pourra-t-il aider BMW à accélérer l’adoption de la fabrication additive dans ses activités ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you