menu

Retour sur les principaux bijoux imprimés en 3D

Publié le 1 avril 2022 par Mélanie W.

Que ce soit en bijouterie ou en joaillerie, la fabrication additive est une technique de plus en plus utilisée par les professionnels du secteur de par sa capacité à concevoir des pièces complexes et uniques, le tout plus rapidement. Elle sert notamment à produire des moules utilisés ensuite pour la fonte à la cire perdue ; des prototypes pour permettre des mieux visualiser bagues, colliers, bracelets ; mais aussi des pièces finies directement intégrée à un bijou. Cette variété d’applications s’explique par la diversité des procédés d’impression employés, mais aussi la palette de matériaux disponibles. La stéréolithographie par exemple sera idéale pour créer des prototypes très détaillés ; la fusion laser permettra quant à elle de travailler sur des pièces finies en métal, voire parfois en métal précieux.  Afin de comprendre toutes les possibilités des technologies 3D dans ce secteur, voici une sélection de bijoux imprimés en 3D !

Une bague au 7 801 diamants

On commence notre sélection par un projet qui a battu un record du monde à savoir celui de la bague comportant le plus de diamants, soit 7 801 à l’époque. Et si on vous en parle, ce n’est pas tellement pour ce nombre astronomique mais plus parce que la fabrication additive est intervenue dans le processus de développement de ce bijou unique. C’est le service indien Imaginarium qui est derrière la bague en forme de fleur. Il a imprimé en 3D un moule en résine dans lequel il a coulé le métal précieux – en l’occurrence de l’or. Ce n’est donc pas un bijou imprimé en 3D à proprement parler mais sans l’impression 3D, la bague n’aurait jamais été aussi complexe. Elle est composée de 7 sections différentes – six fleurs et l’anneau, chaque fleur étant superposée les unes sur les autres. Le résultat ? Une bague aux 7 801 diamants qui ne passe pas inaperçue !

Des bagues aux géométries complexes 

Récompensée en 2020 pour ses solutions innovantes, l’entreprise Invaerso utilise l’impression 3D principalement à des fins de prototypage. Grâce à elle, la société italienne est en mesure de tester rapidement si un produit fonctionne et est capable de déterminer s’il doit être modifié ou non. De plus, associée aux techniques traditionnelles, la fabrication additive permet d’accélérer les processus de production. Maria Clelia Scuteri, la designer à l’origine d’Invaerso, confie également que l’impression 3D permet la conception de bagues et de tout autre type de bijoux aux géométries complexes. 

Crédits photo : Invaerso

Les avantages de l’impression 3D et du nylon selon Caroline Auraix

En France aussi, le domaine de la joaillerie a recours à la fabrication additive pour améliorer les processus de production. L’artiste parisienne Caroline Auraix utilise les technologies 3D pour répondre aux problématiques de temps imposées par le secteur. La bijoutière travaille principalement sur le logiciel Rhinocéros 3D, même si elle confie utiliser également des logiciels de modélisation gratuits, lui permettant de donner à ses modèles des effets « pâtes à modeler ». En ce qui concerne le procédé d’impression employé, Caroline Auraix explique que le procédé de frittage sélectif par laser, aussi connu sous l’acronyme SLS, est la technologie la mieux adaptée à ses besoins. La majorité de ces pièces sont conçues à partir de nylon, car lorsque ce matériau est appliqué en couche très fine, il laisse passer la lumière ce qui offre des effets lumineux. De plus, sa solidité et sa légèreté en font un matériau idéal pour les bijoux. 

Une broche conçue grâce aux technologies 3D. (Crédits photo : Caroline Auraix)

Radian imprime en 3D des bijoux durables

L’entreprise berlinoise Radian est connue pour ses bijoux et produits de maison durables imprimés en 3D. La société souhaite proposer des bijoux simples et originaux, mais aussi des pièces artistiques complexes, audacieuses et organiques. Si cela peut paraître difficile à réaliser, c’est grâce à l’impression 3D et aux procédés SLS et Binder Jetting que Radian y parvient. L’entreprise propose trois collections : la collection Solitaire, qui met l’accent sur les montants géométriques et angulaires, la collection Cubetwist qui, comme son nom l’indique, combine des motifs cubiques avec courbes, et Nefertiti, qui rend hommage aux anciennes pièces égyptiennes. L’impression 3D joue un rôle crucial dans les bijoux de Radian, principalement grâce à sa capacité à fabriquer localement et à réduire les déchets.

Crédits photo : Radian

Elements Lab propose des bijoux uniques

Basé à Taïwan, ElementsLab est un service d’impression 3D offrant la possibilité de concevoir des bijoux personnalisés. Fondée par Ting Tang, l’entreprise est capable de créer des pièces en argent et alliage métallique, et de les fabriquer en série. Par rapport à la métallurgie traditionnelle, la fabrication additive permet de créer des modèles plus complexes, plus rapidement et plus efficacement. ElementsLab propose donc aux clients de réaliser leurs idées et de concevoir des pièces personnalisées. Bien qu’il ne s’agisse que de prototypes, les articles imprimés en 3D doivent répondre aux normes de durabilité et posséder certaines fonctionnalités mécaniques. Ainsi, chaque bijou a une touche et une signification uniques.

Crédits photo : Elements Lab

Lunettes imprimées en 3D de F-elia

F-elia est une jeune entreprise française fabriquant des lunettes grâce à l’impression 3D, leur donnant ainsi un design original. La monture allie à la fois esthétique, avec des formes complexes et uniques, mais aussi fonctionnalité. Pour parvenir à un tel résultat, F-elia utilise la technologie SLS et, en ce qui concerne les matériaux, elle mise sur le polyamide, notamment car celui-ci offre résistance, flexibilité et une surface lisse après les étapes de post-traitement. Aujourd’hui, l’entreprise s’est diversifiée et propose en plus de ses lunettes des accessoires tels que des loupes et des colliers de lunettes.

F-elia mise sur l’originalité pour ses lunettes imprimées en 3D. (Crédits photo : F-elia)

Nuovi Gioielli, l’association du savoir-faire traditionnel et de l’innovation

Fondé en 1985, Nuovi Gioelli offre des bijoux combinant savoir-faire traditionnel et innovation. Afin de fabriquer ses bijoux uniques, Nuovi Gioielli utilise différents procédés de production, parmi lesquels l’on retrouve l’impression 3D métal. L’entreprise utilise différents métaux, même si les plus courants sont l’acier et le bronze, et a pour objectif de réussir à imprimer en 3D de l’or et du platine. Tout comme les autres entreprises du secteur ayant recours aux technologies 3D, la société loue les avantages de la technologie dans le domaine de la bijouterie, notamment en termes de liberté de conception. En associant nouvelles technologies et méthodes traditionnelles, Nuovi Gioielli réalise des pièces uniques et ne se laisse aucune limite pour exprimer sa créativité.

Crédits photo : Nuovi Gioielli

Nervous System

Nervous System est un studio de design américain spécialisé dans la création d’objets complexes imprimés en 3D. Afin de fabriquer des bracelets, des colliers et tout autre type de bijoux, l’entreprise s’inspire de phénomènes naturels et utilise des simulations informatiques pour les modéliser. Une fois le fichier 3D prêt, il est imprimé en 3D et proposé aux clients. Et avec cette méthode, Nervous System  ne produit pas que des bijoux. La société conçoit également des tasses et des vases, des lampes et autres sculptures.

Crédits photo : Nervous System

Endswell Jewelry

Rachel Gant et Andrew Deming, les designers derrière Endswell Jewelry, ont travaillé ensemble afin de réaliser leurs bagues en or imprimées en 3D. Ils se concentrent sur des pièces assez basiques qui offrent une alternative aux traditionnels anneaux de mariage. Le résultat est tout à fait unique !

bijoux imprimés en 3D

Les bijoux imprimés en 3D de Diana Law

Diana Law est une artiste spécialisée dans la création de bijoux qui a étudié en France avant de découvrir l’impression 3D. Cette méthode de fabrication lui a permis de créer les modèles de bijoux qu’elle souhaitait avec peu de contraintes. Ses collections sont fabriquées à partir de plastiques et d’acier inoxydable. Ses bijoux en plastique ont été réalisés grâce à la technologie de frittage sélectif laser ce qui lui a permis de concevoir de fines couches de nylon.

bijoux imprimés en 3D

Ross Lovegrove

L’artiste Ross Lovegrove a développé une collection de bagues imprimées en 3D appelée Foliates. Cette gamme est dotée de 6 bagues en or 18 carats et sont chacune fabriquées en 10 éditions seulement. Elles ont été conçues grâce à la technologie de frittage laser direct de métal et au procédé de fonte à cire perdue.

bijoux imprimés en 3D

Le stylo Pjotr

Bien qu’il ne soit pas un bijou à proprement parler, ce stylo imprimé en 3D est tout de même une belle pièce qu’on n’aurait pu laisser de côté. Cet accessoire de luxe imprimé en 3D en or 18 carats a été réalisé par Pjotr. Le stylo a été conçu par Rein van der Mast et baptisé Spica Virginis. Sa première version était en titane ce qui était déjà assez luxueux. Un joli petit bijou n’est-ce pas?

bijoux imprimés en 3D

Comment trouvez-vous les bijoux imprimés en 3D ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Un commentaire

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. jana claudio Soatto dit :

    Bonjour je suis un créateur de bijoux or mélanger avec argent aussi bronze ou autre bracelet collier bague c’est bijoux sont des Qr code de protection dite si c’est possible OK merci claudio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks