menu

La nouvelle startup nantaise BatiPrint3D imprimera en 3D les logements de demain

Publié le 16 janvier 2020 par Mélanie R.
batiprint3D

En 2017, trois chercheurs de l’Université de Nantes se lançaient dans un projet fou : imprimer en 3D les murs d’un logement social afin qu’il soit habité l’année suivante. Et ils l’ont fait : depuis juillet 2018, une famille vit au sein de ces murs imprimés en 3D en 52 heures seulement. Philippe Poulain, Benoit Furet et Sébastien Garnie, les chercheurs à l’origine du projet, ont donc décidé de monter leur propre startup, spécialisée dans la fabrication additive et la construction : le 9 janvier dernier, BatiPrint3D a été officiellement lancée à Nantes, dirigée par Eddy Zouaoui qui a déjà travaillé quelques années dans le secteur du bâtiment. 

Dès lors que l’on parle d’impression 3D en construction, on pense à des maisons imprimées en 3D en une journée mais la réalité est assez différente. Les fabricants du marché extrudent aujourd’hui du béton pour concevoir les murs d’une structure, le reste doit être fait via des procédés classiques. Ce nouveau procédé, bien qu’il apporte un certain nombre d’avantages, n’est pas encore normalisé et a encore quelques limites à franchir avant de pouvoir être la méthode de construction de demain. Pourtant, en France, le projet porté par BatiPrint3D semble avancer à grands pas. La différence réside surtout dans le fait que la startup n’imprime pas directement du béton mais une mousse de polyuréthane de type expansive dans laquelle on vient couler du béton. Elle assure à la fois la résistance de la structure interne grâce au béton et l’isolation de la maison. 

batiprint3D

Le robot vient déposer des couches successives de mousse polymère (crédits photo : Franck Tomps)

La création d’une entité dédiée à cette nouvelle technologie pourrait impacter le secteur de la construction français et donner naissance à des projets innovants sur le territoire, d’autant plus qu’elle tend à être plus respectueuse de l’environnement. En effet, les 3 chercheurs ont toujours souhaité développé une mousse recyclée, faite à partir de bouteilles en plastique.  Hedy Zouaoui a de belles ambitions pour BatiPrint3D :  “C’est une très belle aventure qui démarre et nous avons l’ambition de devenir le leader européen de la modernisation du BTP , pour construire mieux, en sécurité, plus vite, moins cher et durable. L’isolation de façade imprimé au moyen de matériaux recyclés est un axe fort de notre stratégie de développement. Nous allons recruter une dizaine de personnes dans les 3 prochaines années.”

La jeune pousse française aurait déjà reçu quelques commandes dont la réalisation d’une maison à deux étages, de la création d’un lot de 9 logements à Beaucouzé, près d’Angers et enfin d’un écoquartier. Elle devrait également lever des fonds cette année afin de soutenir sa croissance. Vous pouvez retrouver davantage d’informations sur le site de l’Université de Nantes.

De gauche à droite : Philippe Poullain, Sébastien Garnier, enseignants-chercheurs et associés de Batiprint 3D, Hedy Zouaoui, PDG de Batiprint 3D, Olivier Laboux, président de l’Univeristé de Nantes, Benoit Furet, enseignant-chercheur et associé du projet et Vincent Lamande, Président de la SATT Ouest Valorisation

Que pensez-vous de cette nouvelle entité dans le paysage de la construction français ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK