menu

Photocentric imprime en 3D 30 000 badges pour Badgemaster

Publié le 21 février 2022 par Philippe G.

Alors qu’à ses débuts l’impression 3D était principalement utilisée à des fins de prototypage, la fabrication additive a démontré qu’elle était en mesure de concevoir des pièces finales. À l’instar de l’industrie automobile, qui n’hésite pas à utiliser la technologie pour finaliser ses voitures, l’entreprise britannique Badgemaster s’est tournée vers la fabrication additive pour répondre aux besoins de ses clients. Pour ce faire, la société a fait appel aux services du fabricant anglais Photocentric, déjà expérimenté dans la production en masse de pièces imprimées en 3D. À l’aide de sa ferme d’imprimantes 3D composée de machines LC Magna, Photocentric a réussi à fabriquer pas moins de 30 000 badges.

Après avoir réalisé plusieurs essais s’étant avérés concluants, la société spécialisée dans l’impression 3D résine a pendant 3 semaines conçu les badges nominatifs. Sally Tipping, directrice des ventes chez Photocentric, revient sur ce partenariat : « Nous avons été ravis d’aider Ian et l’équipe de Badgemaster pour ce projet dans lequel notre ferme d’impression a été en mesure de fournir une rotation rapide des composants à la qualité requise, sans aucun outillage nécessaire.” Elle ajoute : « Permettre à notre client de livrer pour un important partenaire de la grande distribution dans un délai difficile est un excellent exemple des forces de la fabrication additive comme solution, et cela souligne les avantages de notre technologie LCD 3D.« 

L’imprimante 3D Liquid Crystal Magna. (Crédits photo : Photocentric)

Les capacités de production de Photocentric

En plein coeur de la crise sanitaire, Photocentric avait déjà surpris par son importante capacité de production. Afin de fournir des valves dédiées aux appareils respiratoires, le fabricant britannique imprimait en une seule nuit plusieurs centaines de pièces grâce à ses machines de la gamme LC. Et c’est principalement pour cette raison que Badgemaster a collaboré avec Photocentric. Le détaillant explique que, ses capacités de production ayant été fortement ralenties par la pandémie, il a fallu trouver rapidement une alternative aux méthodes de fabrication traditionnelles. Et l’impression 3D s’est révélée être la meilleure option. Cependant, à l’inverse de nombreuses applications, l’usage de la technologie a coûté plus cher que l’utilisation des techniques conventionnelles, même si Badgemaster confie que le processus fût « commercialement acceptable« .

Ian Bradbeer, directeur général de Badgemaster, explique : « Le concept original de notre badge avait été mis en attente pendant la pandémie. Notre client a ensuite renouvelé son intérêt une fois la situation apaisée. Cependant, le court délai d’exécution signifiait que l’outillage était impossible. En tant que fabricant britannique fier d’être « Made in Britain », nous avons voulu voir en Photocentric un autre fabricant britannique innovant capable de nous fournir une solution. » Il conclut : « Photocentric a été réactif aux exigences de Badgemaster et a pu répondre aux exigences de volume dans un délai particulièrement court. »

Crédits photo : Badgemaster

Que pensez-vous de la collaboration entre Photocentric et Badgemaster ? N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez dans les commentaires de l’article. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

de_DEen_USes_ESfr_FRit_IT
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thanks