menu

Les visages de la fabrication additive : Avi Reichental

Publié le 20 mars 2019 par Mélanie R.
Avi Reichental

Alors que la fabrication additive croît chaque jour et trouve de plus en plus d’utilisateurs dans l’industrie, nous avons décidé de nous arrêter sur quelques acteurs qui ont profondément marqué le marché, contribué à sa croissance et suivi son évolution ses dix dernières années. Ces visages de la fabrication additive sont un élément clé pour offrir davantage d’opportunités aux professionnels ayant adopté ces technologies 3D. Nous commençons donc notre série de portraits avec Avi Reichental, ancien PDG de 3D Systems, et aujourd’hui fondateur de XponentialWorks, en plus de ses multiples projets dans la fabrication additive. Nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur l’évolution de la technologie et connaître sa vision du marché.

3DN : Vous avez un long parcours dans la fabrication additive, pourriez-vous rappeler à nos lecteurs vos diverses expériences?

avi reichentalBonjour à tous, Avi Reichental ! Je suis dans l’industrie depuis presque deux décennies maintenant. Cela a commencé lorsque je suis devenu PDG de 3D Systems en 2003, aux côtés du fondateur de l’impression 3D, Chuck Hull, qui a créé l’entreprise et la première imprimante 3D. En 2015, après 12 ans chez 3D Systems, j’ai fondé XponentialWorks, une société de conseil en ingénierie et en développement de produits dans le but de faire progresser et d’améliorer le secteur de la fabrication additive grâce à un modèle d’entreprise unique. Dans notre laboratoire d’innovation situé à Ventura, en Californie, nous organisons des rencontres entre de jeunes entreprises spécialisées dans l’impression 3D, l’IA, la robotique et l’apprentissage automatique, et des entreprises plus matures et traditionnelles qui ont déjà une certaine notoriété sur le marché mais ont besoin des technologies de ces startups plus agiles afin de maintenir leur pertinence dans un monde de plus en plus numérique. Grâce à mon rôle chez XponentialWorks dans le conseil et la direction de différentes entreprises tout au long de ce processus, je me suis également impliqué dans de nombreuses entreprises de fabrication additive. Par exemple, j’ai cofondé Nexa3D, ParaMatters et NXT Factory, occupe le poste de président exécutif chez Nano Dimension et suis le PDG de Techniplas Digital. Toutes ces entreprises font partie de l’écosystème XponentialWorks.

3DN : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vos différents projets liés à la fabrication additive ?

Comme expliqué, je suis impliqué dans plusieurs entreprises et projets – je vais essayer de vous résumer l’ensemble afin que vous ayez une vue d’ensemble.

Tout d’abord, Nexa3D : c’est un fabricant d’imprimantes 3D SLA ultrarapides, de qualité industrielle abordables pour les professionnels et les entreprises de toutes tailles. Les imprimantes sont alimentées par la technologie brevetée LSPc (Lubricant Sublayer Photo-Curing) et une matrice de lumière structurée également brevetée. Capables d’atteindre des vitesses maximales de 1Z centimètre par minute, les machines de Nexa3D réduisent considérablement les cycles d’impression 3D de pièces fonctionnelles de précision de quelques heures à quelques minutes.

avi reichental

Les machines SLA de Nexa3D

NXTFactory est pionnier dans le développement de la technologie de frittage laser Quantum (QLS ™) pour la fabrication additive de thermoplastiques à une vitesse et à une échelle convaincantes. La société utilise cette technologie pour créer ses premiers systèmes d’impression 3D à grande vitesse et de qualité industrielle, avec l’objectif clair de remplacer le moulage par injection traditionnel de pièces en plastique à grande échelle.

ParaMatters propose une plate-forme de conception cognitive basée sur le cloud pour l’optimisation topologique et le design génératif. ParaMatters est capable de générer automatiquement des structures allégées, avec de hautes performances et prêtes pour la fabrication additive, que ce soit pour des applications aérospatiales, automobiles et autres applications critiques.

Nano Dimension fournit des produits et des services pour le prototypage rapide et la fabrication à court terme qui répondent à la demande croissante de circuits, y compris de circuits imprimés, cœur de chaque dispositif électronique. Leur technologie est utilisée dans un large éventail d’industries, y compris l’électronique grand public, les dispositifs médicaux, la défense, l’aérospatiale, l’automobile et les télécommunications.

avi reichental

La solution de Nano Dimension

Techniplas est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de produits et services d’ingénierie de conception et de fabrication qui contribuent à façonner l’avenir de la mobilité. Ils élargissent continuellement la portée de leurs technologies cognitives basées sur les données pour offrir une mobilité personnalisée, durable et plus performante.

Autrement, nous avons des partenariats avec d’autres spécialistes de la fabrication additive comme UNYQ, Supercraft3D, Hyperganic, Sharebot et XYZprinting.

avi reichental

Crédits photo : XponentialWorks

3DN : Comment le secteur de la fabrication additive a-t-il évolué depuis l’époque où vous étiez PDG de 3D Systems et maintenant ?

C’était une industrie totalement différente il y a 10 ans. Lorsque je suis entré dans la fabrication additive en 2003, nous n’avions ni la puissance infinie du cloud computing ni la connectivité omniprésente dont nous disposons aujourd’hui. L’intelligence artificielle n’était qu’un sujet d’étude enseigné dans de grands établissements comme le MIT, mais elle n’avait pas encore d’applications pratiques. La robotique était en grande partie hors de portée, en termes de coûts et de performances. L’idée du design génératif n’était même pas apparue à l’époque. Regardons où nous en sommes aujourd’hui : tout cela a radicalement changé. Et grâce à tous ces développements en matière d’intelligence artificielle, de cloud computing, de connectivité et autres, nos machines sont plus rapides et plus abordables, les matériaux sont de meilleure qualité et, de ce fait, ce qui était considéré comme impossible il y a dix ans est désormais devenu une norme dans notre industrie.

avi reichental

Crédits photo : XponentialWorks

3DN : Quels sont, à votre avis, les problèmes qui freinent l’adoption mondiale de la fabrication additive par l’industrie ?

Je crois que le plus grand défi de notre industrie à ce jour réside dans les barrières restrictives de vitesse, de taille et de volume qui ont considérablement limité la capacité d’imprimer des pièces à grande échelle. Après de nombreuses années de travail et de recherche, toutefois, nous constatons de grands progrès dans ce domaine, et des volumes d’atelier de production comparables à ceux du moulage par injection et du moulage sous pression traditionnels. Ceci a été accompli en adaptant l’impression 3D aux flux de travail traditionnels et en gérant les contraintes de conception qui améliorent les performances, réduisent l’utilisation de matériau et sont plus durables que les processus de fabrication traditionnels.

Sur le plan matériel, nous avons également été en mesure de construire et de traiter des pièces plus rapidement avec de nouvelles solutions chimiques afin de produire des matériaux plus résistants dans le produit final. Vous pouvez constater cette évolution des imprimantes développées par des sociétés telles que Nexa3D, qui offre des vitesses d’impression infiniment plus rapides.

avi reichental

Crédits photo : XponentialWorks

Un autre défi pour notre industrie est l’absence de véritables normes universellement acceptées et comprises, qui permettraient aux sociétés d’impression 3D de comparer ce qui est comparable et de prendre des décisions intelligentes qui sont mises en œuvre dans un environnement cohérent composé de fabricants, de revendeurs et d’utilisateurs. Cette industrie doit utiliser un langage plus transparent et responsable en matière de performances. En ce qui concerne les performances des machines et des matériaux, le secteur de la fabrication assistée par ordinateur pourrait apprendre des fabricants plus matures et traditionnels afin de sensibiliser le public aux caractéristiques de performance de cette technologie.

avi reichental

Crédits photo : XponentialWorks

Enfin, je pense que cette industrie pourrait vraiment bénéficier de davantage d’écosystèmes comme celui de XponentialWorks, qui permettent aux entreprises en phase de développement et aux sociétés matures de collaborer et de s’unir pour bâtir une industrie plus forte. Cette industrie pourrait aller beaucoup plus loin si certains acteurs apprenaient à mieux travailler ensemble. Cela ne veut pas dire que la concurrence est morte. La concurrence est essentielle, mais la création d’écosystèmes se révélera être un multiplicateur de force qui accélérera l’adoption de la fabrication additive dans de nombreux secteurs.

Que pensez-vous des différents projets d’Avi Reichental ? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Partagez vos impressions

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you