menu

La numérisation 3D pour réparer et personnaliser la célèbre Ford GT40

Publié le 28 juin 2021 par Mélanie R.
artec ford GT40

La Ford GT40 est une voiture de sport conçue en seulement 126 exemplaires dans les années 1960, avec une histoire bien connue des passionnés d’automobiles mais aussi des amateurs – la rivalité entre Henry Ford II et Enzo Ferrari a d’ailleurs inspiré plus d’un film. En tout cas, le véhicule est au cœur de notre sujet du jour : aux États-Unis, Chris Ashton, un passionné de voitures de collection, a utilisé les technologies 3D pour modifier et personnaliser sa Ford GT40, notamment grâce aux scanners 3D Artec Space Spider et Artec Eva. Le collectionneur a ainsi pu reproduire des formes complexes très rapidement, au plus proche de la réalité, et espère reprendre la route au plus vite.

Les scanners 3D sont souvent employés pour numériser des objets et des pièces de l’époque, permettant d’obtenir une copie digitale. Celle-ci peut alors être modifiée, personnalisée et ensuite imprimée en 3D pour avoir un modèle physique. C’est un point particulièrement intéressant dans le secteur automobile pour concevoir des pièces détachées : sur les voitures de collection, la plupart des pièces de rechange ne sont plus produites, compliquant ainsi les tâches de maintenance et de réparation et augmentant considérablement les coûts. Or, grâce à un scanner 3D, l’utilisateur peut facilement numériser sa pièce d’origine et recréer un modèle d’abord digital puis physique grâce à la fabrication additive. 

Crédits photo : Ford

Les solutions de Artec au service de la personnalisation de la Ford GT40

Chris Ashton est passionné de voitures et a pu combiner cette passion avec son activité professionnelle : Ruffian Cars est une entreprise californienne qui fabrique et modifie des voitures de sport. Elle utilise depuis quelques années déjà la fabrication additive pour reproduire des pièces détachées mais le processus nécessitait de nombreuses itérations avant d’obtenir un modèle au plus proche de la pièce d’origine. C’est pourquoi elle a investi dans les scanners Artec Space Spider et Artec Eva, notamment pour reproduire les élargisseurs de la voiture.

Chris Ashton explique : “Avant, j’aurais dû sculpter les élargisseurs à partir de mousse ou d’argile, directement sur la voiture, et emmener la voiture entière à un atelier pour qu’ils fassent les moules (ou le faire moi-même, mais c’est compliqué et cela nécessite l’utilisation de beaucoup de produits chimiques). Et j’aurais dû le faire deux fois parce qu’il est impossible de créer une version symétrique d’une pièce dans le monde réel. Le principal avantage ici, c’est que les élargisseurs d’aile ont été construits numériquement sur un scan à l’échelle de la voiture réelle. Nous étions ainsi sûrs qu’ils auraient la bonne taille, et que les côtés gauche et droite seraient parfaitement symétriques.”

Les angles et les courbes internes du boîtier de phare ont été scannés en 3D (crédits photo : Artec 3D)

Chris précise que le scanner Artec Eva lui a permis de scanner l’ensemble du véhicule ; le Space Spider a quant à lui servi à numériser de plus petites pièces et de zoomer sur les éléments à intégrer. C’est un scanner particulièrement adapté aux applications nécessitant des détails fins et de la précision, idéal pour capturer la réalité de petits objets. L’entreprise peut alors récupérer toutes les données du véhicule sur un logiciel 3D, voir en temps réel l’imbrication des pièces, etc. Chris poursuit : “Étant donné que les scans arrivent sur l’ordinateur en grandeur nature, je peux modéliser mes nouvelles pièces autour d’eux et les imprimer sans le moindre souci d’échelle. Cela est une amélioration énorme par rapport à ce que je faisais avant : prendre les mesures manuellement et construire mes pièces à partir de celles-ci en espérant qu’elles soient correctes. Le processus d’impression 3D est donc plus facile et plus juste.

Le modèle de phare assemblé (crédits photo : Artec 3D)

Le travail de Chris Ashton ne s’arrête pas à la reproduction des élargisseurs de la Ford GT40 : le travail de personnalisation va jusqu’aux boucles des ceintures de sécurité, mais aussi sur les ailes et jupes latérales. En novembre, il présentera sa Ford GT40 au salon SEMA 2021, un salon professionnel où les constructeurs automobiles exposent leurs produits. Vous pouvez retrouver davantage d’informations sur les scanners 3D de Artec 3D ICI.

*Crédits photo de couverture : Artec 3D

Que pensez-vous du recours aux solutions de numérisation pour réparer des voitures de collection ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives. Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter !

Partagez vos impressions

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you