menu

Des armes imprimées en 3D vendues $12 sur le Dark Web

Publié le 26 juillet 2017 par Mélanie R.

En 2013, Cody Wilson dévoilait pour la première fois une arme fonctionnelle imprimée en 3D avec une mise en ligne publique de ses plans ; l’arme avait alors été téléchargée plus de 100 000 fois en deux jours ! Cette histoire a alors amorcé une grande polémique au sein de l’industrie 3D de laquelle s’est découlée plusieurs lois interdisant la fabrication des armes imprimées en 3D.

C’est dans ce contexte que Rand Europe et l’Université de Manchester ont réalisé une étude qui démontre l’ampleur qu’ont pris les armes imprimées en 3D sur les marchés noirs et le nombre de personnes qui les téléchargent. Ces marchés noirs, appelés Dark Web en anglais, sont inaccessibles via les moteurs de recherche Google et contiennent différents marchés cryptés, des marchés secrets en quelque sorte. L’étude réalisée s’intéresse à 12 de ces marchés. Elle a récolté différentes données en septembre 2016 et met en évidence que le second achat le plus réalisé quant on recherche une arme à feu concerne les instructions pour fabriquer l’arme en question. Ces instructions incluent les étapes pour créer des armes à feu et les archives CAD pour imprimer le pistolet. Des instructions qui sont disponibles à $12 !

armes imprimées en 3D

Les résultats de l’étude sont alarmants : même si l’impression 3D est sans aucun doute une révolution pour l’industrie, elle s’avère dans ce cas-là dangereuse. Les armes imprimées en 3D sont en effet une menace surtout quand on sait que la plupart sont fabriquées avec du plastique, un matériau difficile à détecter.

Judith Aldridge, professeur de criminologie à l’Université de Manchester qui a participé à la réalisation de l’étude, déclare : « Si on fait simple, n’importe qui se connectant au web peut avoir accès en quelques minutes à une multitude de vendeurs qui proposent leurs produits, le plus souvent illégalement. Ce réseau accélère le développement du commerce illégal sur le plan international et élimine les barrières géographiques entre vendeurs et acheteurs. Il offre également une certaine sécurité car les parties prenantes ne révèlent jamais leur vraie identité. Cet anonymat ainsi que la facilité d’accès font de ce marché noir une option attirante pour une large partie de vendeurs. »

armes imprimées en 3D

Un modèle 3D d’arme à feu

Cet attrait pour les armes imprimées en 3D est également lié à leur prix qui, comparé au coût d’une arme à feu classique, est très bas. L’étude estime que la valeur totale des armes vendues sur les marchés noirs analysés oscille autour des 80 000 dollars par mois. Un nombre qui augmente rapidement, au fur et à mesure que les modèles d’armes imprimées en 3D sont ajoutés. Reste à savoir jusqu’où cela ira avant que les autorités compétentes y mettent fin.

armes imprimées en 3D

Comment pourrait-on empêcher le développement des armes imprimées en 3D? Partagez votre avis dans les commentaires de l’article ou avec les membres du forum 3Dnatives.

Les 8 commentaires

Rejoignez la discussion et laissez votre commentaire.

  1. Pascal Tendon dit :

    Imprimer des armes ….le titre est accrocheur mais je pose la question qui tue….qui imprime la munition ? Et surtout qui imprime le canon. Ces articles sans parler de l’étude sont un ramassis de conneries. ..on peut faire une arme avec des tuyaux eux aussi légales. Mais ces armes sont surtout une menace pour celui qui les utilises. Une armé en plastique va tirer un ou deux coups et n’importe quelle arme fabriquée avec des moyens conventionnelles aussi voir plus . C’est juste de la désinformation. ..

  2. Anton Dupont dit :

    Des armes en plastique alors qu’il est facile de fabriquer des armes full auto en acier avec des outils rudimentaires et des pieces metalliques librement en vente dans toute quincaillerie? Cela ne fera pas forcement des armes de precision mais elles fonctionneront tres bien a des distances de plusieurs metres. En plus leurs plans de construction circulent sur Internet depuis quasiment la naissance d’Internet, et ceci en clair, sans passer par le « Dark Web ».

  3. sarigolepas dit :

    Ouais, des armes en plastique… au pire pour un lance grenade c’est limite mais pour faire des armes y’a la cnc ghost gunner 2 qui est beaucoup plus précise (quelques micromètres contre plusieurs centaines de micromètres dans une imprimante 3d)

    Attention, le métal est beaucoup plus rigide et a un coefficient de frottement plus élevé que le plastique ce qui fait qu’il faut une plus grande précision ainsi que de l’huile pour le faire fonctionner correctement, l’idéal serait d’alterner les pièces en métal et en plastique si la cnc n’est pas assez précise.

    1. sarigolepas dit :

      La ghost gunner 2 est surtout utilisée pour usiner la pièce qui sert à relier le canon de l’arme (la partie la plus compliquée) au reste. En Amérique, seule cette partie de l’arme est soumise à réglementation alors qu’elle est très simple à fabriquer.

  4. citoyen671 dit :

    On imprime bien des sex toy.

  5. « Ces marchés noirs, appelés Dark Web en anglais » Dark web décrit simplement la partie du web non indexée par les moteurs de recherche.

  6. « inaccessibles via les moteurs de recherche Google ». Il manque quelques mots ici.

  7. « contiennent différents marchés cryptés ». On dit chiffrés en français, « crypté » est un non-sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

de_DEen_USes_ESfr_FR
Toute la 3D chaque semaine
Recevez un condensé de l’actualité de l’impression 3D
En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d’analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus OK

3Dnatives is also available in english

switch to

No thank you